ROTTWEILER : SA SANTÉ

Le Rottweiler est un chien robuste qui est beaucoup moins affecté que d’autres races par des problèmes de santé. Cependant, son élevage intensif a provoqué l’apparition de certaines pathologies qui dépendent de la vigilance des maîtres.

Santé du Rottweiler : points forts

Le Rottweiler est un chien résistant à la musculature développée qui est taillé pour le travail et la vie au grand air. Contrairement à beaucoup de chiens de grande taille, il a un système digestif solide qui le met à l’abri des retournements d’estomac. De même, la race est beaucoup moins touchée que d’autres par les cancers. La santé du Rottweiler est donc plutôt bonne !

L’entretien du Rottweiler est facile. Un brossage quotidien de son poil et un nettoyage régulier de ses yeux et des oreilles suffisent à le garder en bonne santé, en plus d’une nourriture adaptée et de beaucoup d’activités physiques.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Santé du Rottweiler : points faibles

Sa grande popularité a conduit à un élevage intensif de ce chien qui a eu, comme conséquence, d'exacerber sa prédisposition aux problèmes articulaires et, en particulier, à la dysplasie de la hanche. La reproduction de masse est aussi à l’origine de la prédisposition de ce chien à l’entropion.

Aussi sportif qu’il soit, le Rottweiler a tendance à prendre facilement du poids. L’obésité peut être le facteur déclenchant de plusieurs maladies plus ou moins graves, dont le diabète. Une prise de poids importante nécessite un examen vétérinaire pour éviter d’autres conséquences plus graves sur la santé du Rottweiler.

Santé du Rottweiler : ses maladies

Même si la santé du Rottweiler est assez robuste, certaines maladies sont fréquentes chez le Rottweiler. La plupart se manifestent dès les premières semaines de la vie du chien.

👉 Dysplasie de la hanche

La dysplasie de la hanche est un trouble articulaire fréquent chez les chiens de moyenne et grande taille. D’origine génétique, cette malformation de la hanche se développe durant la période de croissance et se caractérise par une déformation progressive de la tête fémorale pendant les premières années de la vie du chien. La qualité de l’alimentation et le contrôle de la prise de poids permettent de prévenir le développement de la dysplasie.

Les premiers signes sont généralement une boiterie, un manque de coordination des membres postérieurs et un manque d’intérêt pour les activités sportives. Chez certains chiens, cette malformation passe complètement inaperçue. Une consultation vétérinaire s’impose pour faire un examen complet et envisager un traitement selon la gravité de la déformation.

Les traitements non-chirurgicaux de la dysplasie de la hanche consistent en la mise en place d’une bonne hygiène de vie, avec des séances de physiothérapie, une alimentation adaptée, des compléments alimentaires et des médicaments pour soulager l’inflammation. Les cas les plus sévères peuvent être traités par une opération chirurgicale visant à corriger la malformation ou sauver le plus possible la mobilité du chien.

👉 Entropion

L’entropion chez le Rottweiler est, là aussi, une conséquence de la reproduction de masse de cette race. Cette pathologie est une anomalie des paupières qui se caractérise par un enroulement du bord de la paupière vers l’intérieur. L’entropion développemental peut toucher soit la partie supérieure de la paupière, soit la partie inférieure, soit même les deux.

Les premiers signes sont visibles dès les premières semaines de la vie du chiot : il souffre souvent de conjonctivites assez douloureuses provoquées par le frottement des cils sur la cornée. Pour se débarrasser de la douleur du frottement, le chien va instinctivement cligner des yeux, ce qui va accentuer l’enroulement. Ce trouble oculaire se traite uniquement par une opération chirurgicale.

👉 Parvovirose

La parvovirose est une maladie contagieuse grave causée par un virus qui résiste aux produits de désinfection. Elle se propage lorsqu’un chien lèche les excréments ou les vomissures d’un chien infecté. Les chiots sont particulièrement à risque en raison de l’immaturité de leur système immunitaire. Au regard de la virulence de ce virus, des traitements lourds et souvent peu efficaces, la prévention à travers la vaccination reste la meilleure arme.