CHIENS MOLOSSES : TOUT SAVOIR

Les molosses, aussi appelés molossoïdes, sont une catégorie de chiens qui regroupent une grande variété de races. Ne pensez pas que les molosses sont uniquement des grands chiens, bien au contraire. On trouve aussi de petits molosses. D’ailleurs, connaissez-vous l’origine du mot molosse ? On doit ce nom au peuple des Molosses, qui vivaient dans l’Épire durant l’Antiquité. Les Molosses avaient d’impressionnants chiens de combat, qui ont finalement pris le nom de leurs maîtres.

Qu’est-ce qu’un molosse ?

Les molosses sont un des quatre types de chien, dans la classification établie par le vétérinaire Jean-Pierre Mégnin au XIXe siècle. Le spécialiste a classé les animaux en fonction de critères physiques précis.

Les caractéristiques du molosse sont :

  • Tête et corps massifs,

  • Museau court,

  • Oreilles courtes et tombantes,

  • Babines longues et épaisses.

La plupart des molosses appartiennent au groupe 2 de la Fédération Cynologique Internationale (chiens de type Pinscher et Schnauzer – Molossoïdes – Chiens de montagne et de bouvier suisses), mais certains appartiennent également au groupe 9 (chiens d’agrément et de compagnie). Les trois autres types de chien selon Jean-Pierre Mégnin étaient les lupoïdes, les braccoïdes et les graïoïdes.

Les molosses face à la loi

Ce n’est pas parce qu’un chien est un molosse qu’il est concerné par la loi sur les chiens dangereux de 1999. Cette loi a défini une liste de races précises, divisées en deux catégories : les chiens d’attaque, catégorie 1, les chiens de défense, catégorie 2. La qualification de molosse n’a aucune incidence sur les catégories.

TESTEZ NOUS !

30 JOURS DE CROQUETTES ♡

- 50%

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement


Berger du Karst

Le Berger du Karst est, comme son nom l’indique, un chien de berger protecteur et courageux. Méfiant envers les étrangers, il est très attaché à son maître. Il n’hésitera jamais à s’interposer en cas de danger. Il est plutôt obéissant, mais il a quand même un tempérament assez affirmé. Il a donc besoin d’une éducation solide entamée très tôt.

Le Berger du Karst est originaire de Slovénie. C’est un animal très ancien, mais dont les origines sont assez incertaines. Les spécialistes estiment que les ancêtres du Berger du Karst ont accompagné la tribu des Illyriens lors de leur migration. Le chien a d’ailleurs été reconnu officiellement sous le nom de Berger d’Illyrie en 1939, avant de devenir Berger du Karst en 1948.


Boerboel

Le Boerboel est un chien de grande taille extrêmement protecteur, courageux et déterminé. Il est d’une grande docilité avec sa famille, et en particulier les enfants. Il est plutôt discret et n’aboie qu’en cas de nécessité, pour mettre en garde les intrus ou alerter sur un problème. Le mâle se montre souvent dominant avec ses congénères. Le Boerboel a besoin d’une éducation et d’une sociabilisation précoces et appliquées.

Le Boerboel est né en Afrique du Sud. La race a été créée par les fermiers Boers. Le mot boel signifie grand chien en afrikaans. Les ancêtres du Boerboel ont été importés en Afrique du Sud par les colons hollandais au XVIIe siècle. Ces molosses descendaient eux-mêmes du Brabanter Bullenbijter, aujourd’hui disparu. Le Boerboel était utilisé pour la garde des fermes et écarter les prédateurs. De nos jours, il sert encore pour la garde. Dans l’Hexagone, ce chien est considéré comme un chien d’attaque, de catégorie 1.


Bouledogue américain

Aussi appelé American Bulldog, le Bouledogue américain est un chien d’un gabarit imposant. D’un naturel plutôt calme, il est gentil, doux et affectueux avec sa famille. Il apprécie les enfants, mais n’aime pas beaucoup les autres animaux et se montre même dominant. Il fait un excellent chien de garde, mais il doit être éduqué très tôt pour éviter qu’il ne devienne trop agressif envers les étrangers.

Le Bouledogue américain descend d’une race aujourd’hui disparue, l’Old English Bulldog. Il partage donc un ancêtre commun avec le Bulldog anglais, mais est aujourd’hui très différent de ce dernier. Le Bouledogue américain a été importé aux États-Unis par des colons. Il existe aujourd’hui trois types de Bouledogue américain (Bully, standard, hybride). Il n’est pas reconnu officiellement par la FCI.


Bouledogue français

Le Bouledogue français est un petit chien de type molossoïde avant tout destiné à la compagnie. Il se montre très gentil, doux et affectueux avec sa famille. Sa petite taille n’en fait évidemment pas un bon chien de garde, car il n’est pas dissuasif. Joyeux et joueur, c’est un formidable compagnon de jeu pour les enfants. Il est très peu indépendant et ne supporte pas la solitude.

Les ancêtres du Bouledogue français sont particulièrement anciens, puisque selon les spécialistes, il s’agirait des chiens ayant ensuite donné naissance au Dogue du Tibet. Mais c’est à partir des années 1850 que le Bouledogue français apparaît, suite à l’interdiction des combats de taureaux en Angleterre. Le Bulldog anglais est alors importé en France, à Paris, où il est croisé avec des chiens locaux. Il devient chien de boucher, avant de se populariser vers d’autres classes, notamment les classes supérieures. De nos jours, il reste un chien très populaire.


Boxer

Le Boxer est un chien très doux et gentil. Patient avec les enfants, il est un excellent compagnon de jeu pour les plus petits. Le Boxer est un chien joueur et énergique, doté d’un bel instinct de protection. Son éducation n’est pas toujours évidente, et il faut que son maître sache se montrer autoritaire et ferme, mais sans être brutal.

Le Boxer est apparu en Allemagne à la fin du XIXe siècle, et plus précisément dans les années 1880. Il est issu d’un croisement entre un Bullenbeißer, aujourd’hui disparu, et un Bulldog anglais. Un premier standard est établi en 1902. Dès le départ, le Boxer est considéré comme un chien de travail. Encore aujourd’hui, il est utilisé pour la sécurité ou la garde, mais il fait aussi un très bon chien pour toute la famille.


Broholmer

Le Broholmer est un chien particulièrement attaché à sa famille. Calme et équilibré, il est protecteur avec les plus fragiles et est aussi doté d’un grand courage. Il est gentil par nature, mais reste un peu méfiant avec les étrangers. Il est plutôt facile à éduquer, mais il faut avoir une certaine poigne pour ne pas se laisser déborder par ce chien puissant.

Le Broholmer est une race ancienne, connue depuis le Moyen Âge au Danemark. Utilisé d’abord à la chasse, et en particulier à la chasse au cerf, il évolue ensuite en chien de garde et chien de ferme. C’est surtout à la fin du XVIIIe siècle qu’il commença à connaître son essor, dans la région de Broholm à qui il doit son nom. Le Broholmer manque de disparaître après la Seconde Guerre mondiale, avant d’être sauvé par quelques éleveurs.


Bulldog anglais

Il ne faut pas se laisser berner par la petite taille du Bulldog anglais. Ce chien garde une grande force de son passé de chien de combat, ainsi qu’un grand courage. Pour autant, il est doux et docile, et très attaché aux siens. Il est intelligent, mais il est très sensible, et ne supporte pas la réprimande injustifiée. Ne le disputez pas inutilement.

Les ancêtres du Bulldog anglais, appelés Old English Bulldog, ont été utilisés dès le XIIIe siècle en Angleterre dans le cadre de combats contre des taureaux. Son nom, Bulldog, signifie d’ailleurs chien taureau. L’interdiction des combats de taureaux en 1835 a failli détruire la race, mais elle a survécu grâce à quelques passionnés. Au fur et à mesure des croisements, sa morphologie a grandement changé. C’est aujourd’hui un chien de compagnie par excellence.


Bullmastiff

Le Bullmastiff est connu pour être jovial et actif, malgré sa masse impressionnante. C’est un animal doté d’une personnalité calme et douce, en particulier avec les enfants, mais il sait aussi se montrer particulièrement protecteur. S’il détecte un danger, il n’hésitera jamais à s’interposer, quitte à mettre sa propre vie en danger. Il a besoin d’être éduqué de manière précoce pour ne pas le laisser prendre le dessus sur vous.

Il est apparu au XIXe siècle en Angleterre. Le chien a été créé à partir d’un croisement entre un Mastiff et un Old English Bulldog. La première fonction du Bullmastiff a été de lutter contre le braconnage. Il devait repérer les chasseurs et être en mesure de les immobiliser. Il a également été utilisé comme chien policier.


Cane Corso

Le Cane Corso est un chien intelligent et gentil. Sous ses airs de gros dur, il est très affectueux et proche de sa famille et de son maître. Il apprécie les enfants, avec qui il se montre doux. Le Cane Corso est réputé pour être parfois un peu têtu. Il doit être éduqué avec sérieux. C’est un incroyable chien de garde, doté d’un fort instinct de protection.

Les origines du Cane Corso sont très lointaines, puisque ses ancêtres étaient les chiens utilisés par les légions romaines. Ils ont également participé aux jeux du cirque. Par la suite, le Cane Corso était utilisé comme chien de ferme, mais l’effondrement du système agricole italien dans les années 1960 a eu un impact sur la population de Cane Corso, qui a commencé à décliner. Dans les années 1980, il ne restait que quelques spécimens. Aujourd’hui, la race est assez populaire, y compris hors des frontières de son pays d’origine.


Chien de berger yougoslave de Charplanina

Le chien de berger yougoslave de Charplanina, ou plus simplement berger yougoslave, fait preuve d’une incroyable loyauté envers son propriétaire. Calme, placide et intelligent, il se montre méfiant envers les étrangers et ne laissera pas le danger pénétrer sur son territoire. C’est un chien plutôt têtu, qui ne convient pas du tout pour une première adoption.

Malheureusement, il est difficile de connaître les origines exactes du chien de berger yougoslave de Charplanina. Il descendrait du molosse d’Épire, présent durant toute l’Antiquité. Par la suite, le chien de berger yougoslave a été utilisé comme chien de protection des troupeaux contre les ours et les loups. Il était connu sous le nom de Berger d’Illyrie jusqu’en 1939, mais afin de ne pas le confondre avec le Berger du Karst, il a été renommé chien de berger yougoslave de Charplanina. Plutôt populaire dans les années 80 dans l’Hexagone, il est redevenu un peu plus confidentiel aujourd’hui.


Chien de la Serra da Estrela

Le chien de la Serra da Estrela, aussi appelé chien de montagne portugais, fait preuve d’un grand attachement envers son maître et sa famille. Il est en revanche beaucoup plus réservé avec les étrangers et monte la garde avec dévouement. S’il se montre en général obéissant, il est aussi doté d’un caractère plutôt têtu, qui demande une bonne et solide éducation.

Le chien de la Serra da Estrela est originaire, comme son nom l’indique, de la région de la Serra da Estrela, une chaîne de montagne au Portugal. Il s’agit d’une des races les plus anciennes de la péninsule ibérique, mais ses origines exactes sont mal connues. Il est traditionnellement utilisé pour la garde. S’il est peu connu hors de son pays d’origine, le chien de la Serra da Estrela est la race la plus populaire au Portugal.


Chien de Castro Laboreiro

Ce chien est doté d’un caractère bien équilibré. Docile, obéissant et gentil, le chien de Castro Laboreiro est un excellent chien de compagnie, parfaitement adapté pour la fonction de chien de garde. Il a besoin, comme tous les chiens, d’une éducation sérieuse, commencée le plus tôt possible.

Il est originaire du village de Castro Laboreiro, dans le nord du Portugal. Il n’a subi que très peu de croisements avec d’autres races et garde encore aujourd’hui une morphologie proche de sa morphologie d’origine. Le chien de Castro Laboreiro était traditionnellement utilisé pour la garde des vaches. Il est plutôt confiné à sa région d’origine, y compris au Portugal. Il est particulièrement rare en France.


Dogue allemand

Sous ses airs de géant inébranlable, le Dogue allemand cache un caractère d’une grande douceur et d’une grande docilité. Très affectueux, il adore son maître et sa famille. Il est méfiant avec les étrangers, mais n’est pas agressif : il n’en a pas besoin. Sa très grande stature rend ce chien particulièrement dissuasif.

Les origines du Dogue allemand ont longtemps prêté à controverse. L’Allemagne et le Danemark se sont disputés sa paternité : le Dogue allemand est pour cette raison parfois appelé Grand Danois. Dans tous les cas, les ancêtres de la race sont arrivés en Europe au IVe siècle de notre ère, aux côtés des tribus nomades. Parmi les ancêtres plus proches du Dogue allemand, on compte sans doute le Bullenbeißer. De nos jours, il est utilisé aussi bien pour la garde que pour la compagnie.


Dogue argentin

Le Dogue argentin est apparu en Argentine dans les années 1920 et 1930. Il a été créé par Antonio Nores Martinez, à partir de la race appelée Perro de pelea, chien spécialisé dans la chasse au sanglier et au puma. Plusieurs races ont été utilisées pour la création de ce chien : le Dogue allemand, le Bull Terrier, le Mâtin des Pyrénées, le Pointer ou encore le Dogue de Bordeaux. Le Dogue argentin est aujourd’hui utilisé pour la garde, mais aussi pour la vie de tous les jours.


Dogue de Bordeaux

Très affectueux et attaché à son maître, le Dogue de Bordeaux est un chien doté d’un fort instinct de protection. Déterminé et courageux, il n’hésite pas à se dresser face au danger, au péril de sa vie. Il possède cependant un fort caractère et a donc besoin d’être éduqué avec sérieux. Un tel chien, à l’âge adulte, ne peut pas être maîtrisé s’il est mal éduqué.

Comme de nombreux molosses européens, il descend des chiens arrivés avec les tribus nomades venues d’Asie lors des invasions du IVe siècle. Son ancêtre accompagnait sans doute la tribu des Allains ou des Taïfales. La race s’est ensuite développée dans le sud-ouest de la Gaule à partir de croisements avec de multiples races. Le Dogue de Bordeaux a failli disparaître en raison des deux guerres mondiales, mais a pu être sauvé dans les années 1970 grâce à Raymond Triquet.


Dogue des Canaries

Le Dogue des Canaries, ou Dogo Canario, est d’un naturel très méfiant envers les étrangers, ce qui en fait bien évidemment un formidable chien de garde. Équilibré, attentif et protecteur, le Dogue des Canaries est un chien dissuasif et imposant. Il se montre obéissant une fois bien éduqué, mais la moindre trace de brutalité peut le rendre agressif. Son éducation doit donc être réalisée avec sérieux.

Il est originaire des îles de Tenerife et des Grandes Canaries, à qui il doit son nom. Il est issu d’un croisement entre le Majorero et de molosses importés dans les îles. Des sources du XVIe et du XVIIe siècle attestent de la présence du Dogue des Canaries. Ce chien servait pour la protection des bovins et ovins, mais aussi comme chien de chasse. D’autres sources estiment qu’il est issu d’un croisement entre le bardino, petit chien de chasse, le mastiff et des molosses. De nos jours, c’est un chien de garde et de compagnie. La race est assez peu connue.


Dogue du Tibet

Aussi appelé Do-Khyi dans sa langue d’origine, le Dogue du Tibet ne laisse personne indifférent. C’est un chien très fidèle, courageux et déterminé. Il ne laissera aucune chance aux intrus qui oseront s’aventurer sur son territoire. Le Dogue du Tibet a un très fort caractère et il n’est absolument pas conseillé comme premier chien. Il a besoin d’un maître disposant d’une solide poigne.

Le Dogue du Tibet est né dans les plateaux de l’Himalaya au cours du premier millénaire avant notre ère. Il serait également à l’origine des chiens utilisés par les légions romaines, chiens qui ont ensuite servi à la création d’un bon nombre d’autres races en Europe. Le Dogue du Tibet est officiellement arrivé en Europe au XIXe siècle, en Angleterre, et en 1978 en France. Ce toutou détient le record de chien le plus cher du monde.


Fila de Sao Miguel

Le Fila de Sao Miguel est un chien au caractère rustique et calme. Il est assez indépendant et ne se montre pas particulièrement affectueux, même s’il est très attaché à sa famille et à son foyer, qu’il défendra coûte que coûte. Méfiant envers les étrangers, il se dressera devant le danger. Il doit être éduqué avec le plus grand sérieux.

Le Fila de Sao Miguel est né sur l’île de Sao Miguel, dans les Açores. Il est sans doute né de croisements entre des chiens importés par les marins, en particulier le Fila de Terceira, race aujourd’hui disparue. Les oreilles de ce chien ont la particularité d’être taillées en rond pour le protéger des ronciers. Le Fila de Sao Miguel est particulièrement rare dans l’Hexagone.


Fila Brasileiro

Le Fila Brasileiro n’a vraiment aucune confiance envers les étrangers, envers qui il est incroyablement méfiant, au point, parfois, de devenir agressif. Il est très attaché à son maître et voit d’un mauvais œil les intrus lui tourner autour. Paradoxalement, il est affectueux, sensible et adore les câlins. Il a besoin d’une éducation mesurée et ferme, mais non violente.

Le Fila Brasileiro est originaire du Brésil, mais ses ancêtres sont inconnus. Le chien semble cependant être arrivé au Brésil au début du XVIIe siècle via des marchands hollandais. Sur place, le Fila est croisé avec d’autres chiens, locaux ou non, et la race continue d’évoluer au fil des siècles. Le premier standard est établi en 1946. Le Fila Brasileiro n’est pas un chien très répandu en Europe.


Mâtin des Pyrénées

Le Mâtin des Pyrénées est sans doute moins connu que le chien de montagne des Pyrénées. C’est un énorme nounours, gentil et affectueux avec sa famille, mais beaucoup plus sur ses gardes avec les étrangers. Calme et équilibré, il n’est jamais agressif, mais n’hésitera pas non plus à agir s’il l’estime nécessaire.

Il s’agit d’une race très ancienne, descendant sans doute des chiens importés par les tribus nomades au cours des grandes invasions du IVe siècle de notre ère. Il était utilisé traditionnellement comme gardien de troupeaux. Malheureusement, les effectifs ont commencé à décliner après la guerre, et le Mâtin des Pyrénées a failli disparaître avant d’être sauvé de l’extinction dans les années 1970.


Mâtin espagnol

Le Mâtin espagnol a un fort caractère et fera tout pour protéger les chiens, quitte à sacrifier sa propre vie. Il peut même se montrer agressif face à un intrus qu’il estime dangereux, malgré son calme et sa gentillesse habituels. Il n’est pas à mettre entre toutes les mains, car il a besoin d’un maître expérimenté pour l’éduquer avec le plus grand sérieux.

Il s’agit là encore d’une race de chien très ancienne. Il servait à la protection et à la conduite des de brebis mérinos. Avec le déclin de l’industrie de la laine en Espagne au XIXe siècle, les brebis, ainsi que les chiens, ont été vendus à l’étranger. Un premier standard a été accepté en 1946. De nos jours, le Mâtin espagnol reste un chien plutôt rare hors des frontières de son pays d’origine.


Mâtin napolitain

Le Mâtin de Naples, ou plus simplement Mâtin napolitain, est un chien loyal, dévoué et très attaché à sa famille. Affectueux, doux et gentil, il est en revanche beaucoup plus méfiant avec les étrangers, sans pour autant être agressif à moins de percevoir une menace. Faites attention, car ce toutou a tendance à se montrer dominant avec ses congénères. Il doit donc être sociabilisé dès son plus jeune âge.

Les Mâtins napolitains sont les descendants directs des chiens utilisés par les légions romaines, ainsi que les animaux chargés de surveiller les bêtes sauvages lors des jeux du cirque. Par la suite, il a été utilisé pour la garde et la protection, en particulier dans le sud du pays. Au XIXe siècle, la race commence à disparaître, avant d’être sauvé par Ruggero Soldati, qui rédige le premier standard. Après la Seconde Guerre mondiale, le Mâtin napolitain a regagné en popularité.


Mastiff

Derrière ses allures de gros dur se cache en réalité un chien gentil et sensible. Le Mastiff est doux, calme et affectueux avec les siens, envers lesquels il est particulièrement loyal. Il est patient et joueur avec les enfants, mais avec les personnes qu’il ne connaît pas, il se montre sur ses gardes. Il ira au devant du danger pour protéger les siens. Comme bon nombre de molosses, il a besoin d’une éducation appliquée.

Il est possible que le Mastiff soit lui aussi lié aux anciennes races de molosses utilisées durant l’Antiquité. Les spécialistes estiment que le Mastiff pourrait aussi descendre du chien d’Alaunt, aujourd’hui disparu. Par la suite, il a évolué au fil des croisements. Le chien était traditionnellement utilisé pour la garde en raison de son imposant gabarit. Comme beaucoup de races, il a failli s’éteindre après la Seconde Guerre mondiale, mais plusieurs éleveurs ont réussi à le préserver.


Rottweiler

La mauvaise réputation du Rottweiler est bien entendu totalement injustifiée. Ce chien gentil et doux est très proche de sa famille. Il est affectueux et adore les câlins et les caresses. Il se montre également très patient avec les enfants, sur qui il veille avec dévotion. Bien entendu, c’est un excellent chien de garde, avec un fort instinct de protection. Il a donc besoin d’être éduqué avec fermeté, mais jamais brutalité.

Le Rottweiler prend lui aussi ses origines dans les chiens utilisés par les légions romaines. Lors de la conquête de la Germanie, les soldats se sont établis dans la région de Rottweil. Au Moyen Âge, l’ancêtre du Rottweiler prend le nom de Metzgerhund, ou chien de boucher, car il était utilisé par les bouchers de la ville. Le nom de Rottweiler apparaît à la fin du XIXe siècle, et à partir du XXe siècle, le Rottweiler se reconvertit en chien de guerre. Il arrive dans les années 1970 en France, où il rencontre depuis un franc succès. Il est cependant considéré comme un chien de catégorie 2 depuis 1999.


Saint-Bernard

Le Saint-Bernard est un énorme nounours gentil, doux et patient. D’un caractère placide, ce n’est pas le plus actif des chiens et il aime passer du temps avec sa famille. Très dévoué à son maître, il a un très fort instinct de sauvetage et cherche toujours à aider ceux qu’il pense être dans le besoin. Il ne faut cependant pas se laisser endormir par l’air bonhomme du Saint-Bernard : c’est un excellent gardien, dont la présence est dissuasive en raison de son gabarit. C’est aussi pour cette raison qu’il a besoin d’être éduqué avec le plus grand sérieux !

Les ancêtres du Saint-Bernard seraient originaires de Haute-Assyrie et se seraient diffusés en Europe aux côtés des légions romaines. Dans les années 1660 et 1670, plusieurs Saint-Bernards sont offerts à l’hospice du Grand-Saint-Bernard, en Suisse. Ces chiens étaient utilisés pour porter secours aux voyageurs égarés dans la neige. Le type actuel du Saint-Bernard est apparu à la fin du XIXe siècle, lorsqu’un élevage plus systématique s’est développé. Le Saint-Bernard est aujourd’hui le chien national suisse.


Tosa

Le Tosa brille par son courage et sa bravoure. C’est un chien qui ne recule devant rien pour protéger ses maîtres et sa famille. Mais ce toutou n’est certainement pas à conseiller à tout le monde en raison de son très fort caractère. Il a besoin d’un maître expérimenté et d’une éducation solide pour éviter les accidents.

Le Tosa a été créé au XIXe siècle sur l’île de Shikoku, au Japon, dans la région de Tosa. Il est issu de croisements entre des Bulldogs, des Mastiffs, des Dogues allemands, des Saint-Bernards ou encore des Bull Terriers. Courageux, le Tosa était utilisé pour la garde, mais également pour les combats de chien. En France, le Tosa est considéré comme un chien de catégorie 2 s’il est inscrit au LOF et un chien de catégorie 1 s’il ne l’est pas.

SON ALIMENTATION PARFAITE ?

en 3mn !