BOXER

Le Boxer est un chien de taille moyenne et élégant, à l'allure facilement reconnaissable grâce à son museau écrasé. Molosse affectueux et doux, c’est un compagnon idéal pour la famille.

Un peu d’histoire

Les ancêtres du Boxer sont arrivés en Europe avec les peuples nomades venus d’Asie au IV et au Ve siècles de notre ère. Ces molosses ont été modifiés au fil des siècles pour donner naissance à différentes races, dont les caractéristiques morphologiques dépendaient de leurs origines géographiques. C’est au XIXe siècle que le Boxer a vu le jour, en Allemagne. Il est né d’un croisement entre le Bullenbeisser, chien particulièrement puissant et dangereux aujourd’hui disparu, et le Bulldog anglais. Un premier club du Boxer est établi en Allemagne en 1895, avant qu’un standard ne soit établi en 1902. En France, le Boxer arrive par l’Alsace, avant de se diffuser un peu partout dans le pays. Les origines du nom Boxer sont assez incertaines, et plusieurs théories s’affrontent. Une théorie rapproche le mot Boxer d’un mot bavarois Boxl, signifiant sous-vêtement, qui aurait donné naissance à un nom affectueux utilisé pour les chiens de type Boxer, Boxerl. Une autre, très plausible également, explique que Boxl était aussi utilisé pour désigner les chiens de type Bullenbeisser, plus petits. Avec le temps, Boxl serait ainsi devenu Boxer.

La race de chien Boxer a été reconnue à titre définitif par la Fédération Cynologique Internationale en 1955.

TESTEZ NOUS !

14 JOURS DE CROQUETTES ♡

1€

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

Caractéristiques physiques

Apprécié pour ses nombreuses qualités, et notamment pour ses qualités de chien de travail, le Boxer est un chien de taille moyenne à grande. On note une différence de gabarit assez notable entre les mâles et les femelles.

Le Boxer appartient au groupe n°2 de la FCI : Chiens de type Pinscher et Schnauzer – Molossoïdes et chiens de montagne et de bouvier suisses et autres races. Il porte le numéro 144.


Corps : le corps du Boxer est puissant et musclé. C’est un chien élégant, avec une stature massive et carrée. Le garrot est bien marqué, avec des reins courts et musclés.

Tête : elle est bien proportionnée au reste du corps. Le Boxer affiche un museau large et puissant, avec un crâne étroit et cubique.

Oreilles : les oreilles sont attachées bien haut sur le crâne. Elles retombent en formant un léger pli. La coupe des oreilles n’est plus autorisée en France.

Yeux : ils sont de taille moyenne et ne doivent pas être globuleux, avec des contours de paupière plutôt foncés. Les yeux eux-mêmes affichent une couleur sombre.

Queue : elle est de longueur normale et assez fine. 

Poil : le poil du Boxer est ras et lisse. 

Couleur : les couleurs acceptées sont le fauve ou le bringé. Le Boxer peut afficher un tiers de blanc maximum sur sa robe.

La taille du Boxer

Le Boxer est un chien de taille moyenne à grande. Le Boxer mâle mesure entre 57 et 63 cm, tandis que le Boxer femelle mesure entre 53 et 60 cm. L’écart est donc assez minime, mais si vous désirez un chien plus petit, choisissez plutôt une femelle, tout en gardant à l’esprit qu’il faut aussi prendre en compte les individualités de chaque animal. Enfin, notez bien que le caractère du Boxer reste le même, mâle comme femelle.

Combien pèse un Boxer ?

Le poids d’un Boxer adulte dépend également de son sexe, avec une petite différence entre les mâles et les femelles. Le mâle pèse entre 30 et 35 kg, alors que la femelle pèse entre 25 et 30 kg. Le Boxer conserve donc un gabarit assez important.

En raison de sa taille, il peut faire un bon chien de garde, d’autant qu’il a un instinct protecteur assez important dès qu’il s’agit de défendre sa famille, dont il est très proche. Il faut impérativement bien éduquer son Boxer pour éviter de se laisser dépasser par lui. De même, sa taille peut poser souci dès qu’il s’agit de voyager avec lui, et notamment dans les transports en commun. De plus, en raison du museau écrasé de la race, qui peut avoir de sérieuses conséquences sur la santé du Boxer, certaines compagnies aériennes refusent désormais de transporter ce chien. En train, vous devrez payer un billet de seconde classe, à hauteur de 50% de son tarif habituel. 

La croissance du Boxer

Il faut redoubler de vigilance lors de la croissance du Boxer, car c’est une période délicate, et ce, pour toutes les races de chien. En effet, le corps du chiot est en pleine formation, et des sollicitations trop importantes risqueraient de faire apparaître des problèmes articulaires très sérieux. Gardez les séances de jeu effrénées pour plus tard. Attention également si vous vivez en appartement avec votre Boxer : il ne doit pas monter d’escaliers. Votre immeuble doit donc impérativement disposer d’un ascenseur.

Caractère

Le Boxer est un chien bourré de qualités et qui a su séduire de très nombreuses personnes à travers le monde. Mais le caractère de ce toutou est-il vraiment adapté à tout le monde ?

Les qualités du Boxer

Toutes les races de chien possèdent des atouts, et bien sûr, le Boxer n’y fait pas exception. Les différents standards, comme celui de la FCI (Fédération Cynologique Internationale), ou en France, de la SCC (Société Centrale Canine) et LOF (Livre des Origines Français), établissent des caractéristiques propres à chaque race. Mais il faut garder à l’esprit que ces listes ne sont que des indications, et qu’il est tout à fait possible que votre Boxer ne réunisse pas tous les points. Il est impératif de prendre en compte les individualités de l’animal !

  • Intelligent

Le chien de race Boxer est réputé pour son intelligence. Ce toutou n’est d’ailleurs pas seulement un chien de compagnie : c’est aussi un chien de travail réputé pour son efficacité. L’intelligence du Boxer lui permet de comprendre rapidement ce que vous attendez de lui.

  • Fidèle

Ce toutou est réputé pour être incroyablement loyal et fidèle avec son maître et sa famille. Il vous suivra partout et se montrera même un peu pot de colle à ses heures perdues. En raison de sa taille, le Boxer fait un merveilleux chien de garde, d’autant qu’il fera tout pour protéger ses maîtres en cas de danger.

  • Énergique

Le Boxer est un chien dynamique, qui déborde d’énergie. Il a besoin de courir et de se dépenser, sans quoi il pourrait vite tourner en rond chez lui. Il faut cependant se montrer prudent, surtout lorsqu’il fait chaud, car le Boxer est parfois touché par des problèmes respiratoires en raison de son museau dit brachycéphale. Si les conditions s’y prêtent bien, vous pourrez cependant l’emmener courir, ou même participer à des activités canines : le Boxer est un chien qui aime jouer, alors profitez-en !

Les points à surveiller chez le Boxer

Comme chez toutes les races de chiens, le Boxer présente aussi quelques points qu’il est important de connaître. Une adoption se doit d’être réfléchie !

  • Peu indépendant

Le Boxer est un chien qui vit assez mal la séparation avec ses maîtres, car il y est très attaché. Il faut donc absolument apprendre à votre chien à rester seul dès son arrivée chez vous pour éviter l’apparition de comportements problématiques, comme des aboiements ou des destructions. Cela est d’autant plus nécessaire si vous vivez en appartement avec votre Boxer, car ces nuisances risqueraient de très rapidement déranger vos voisins et créer de pénibles conflits.

  • Parfois difficile à éduquer

En raison de son caractère têtu, le Boxer n’est pas un chien facile à éduquer, et il est d’ailleurs souvent déconseillé pour une première adoption. Son éducation doit être commencée au plus tôt, et son maître doit être capable de faire preuve de fermeté pour le canaliser et se faire obéir de son chien. En cas de doute, demandez conseil à un éducateur canin. Ne passez pas à côté de l’éducation de votre chien, car n’oubliez pas que le Boxer est puissant à l’âge adulte et qu’il vous sera plus difficile de le maîtriser.

  • Gourmand

C’est un point qui peut très rapidement poser souci si on ne fait pas attention. En effet, le Boxer est un chien très gourmand, qui a tendance à engloutir tout ce qui lui semble appétissant. Le risque est double. D’abord, votre chien risquerait de s’empoisonner en avalant des aliments toxiques. Mais il s’expose aussi à l’obésité, véritable fléau parmi les animaux de compagnie. Faites donc bien attention à ne rien laisser traîner et respectez la quantité de croquettes journalière pour éviter que votre chien ne grossisse !

Comportement avec les autres

Le Boxer est très proche de son groupe social, humains comme animaux. Il est câlin, demandeur en caresses et supporte assez mal d’être laissé seul. Il suivra volontiers son maître partout où il ira. Malgré son ancêtre, le Bullenbeisser, le Boxer n’est pas du tout un chien agressif et n’ira pas chercher la bagarre avec ses congénères. Il tolère bien les autres animaux et adorent les enfants. 

Compatibilité

Le Boxer convient à un très grand nombre de personnes et de familles. C’est en effet un chien plutôt adaptable, qui a surtout besoin de présence. Il faut donc que son maître ne s’absente pas trop souvent du domicile. Le Boxer est aussi un chien sportif, qui a besoin de sortir courir. Il appréciera un maître aussi actif que lui. Attention, cette race de chien n’est pas vraiment conseillée pour une première adoption.

Santé

Tous les propriétaires de chien souhaitent garder leur compagnon à quatre pattes le plus longtemps possible à leurs côtés. Hélas, le plus grand défaut des chiens est qu’ils ne vivent jamais assez longtemps à nos yeux. Découvrez quelle est l’espérance de vie du Boxer.

L’espérance de vie du Boxer en chiffres

L’espérance de vie moyenne du Boxer est de 10 à 12 ans. C’est correct pour un chien de cette taille. De manière générale, les chiens de plus petite taille vivent plus longtemps que les autres, et surtout plus longtemps que les chiens de race géante, dont l’espérance de vie ne comporte parfois qu’un chiffre. Gardez cependant à l’esprit que cette espérance de vie est indicative. Il est tout à fait possible que votre Boxer aille au-delà de 12 ans – comme il est aussi possible qu’il vous quitte bien trop tôt.

Comment améliorer l’espérance de vie du Boxer ?

Vous ne pouvez pas tout prévoir, et votre chien n’est bien entendu pas à l’abri d’une maladie ou d’un accident. Mais vous pouvez quand même mettre toutes les chances de votre côté en vous concentrant sur certains points que vous pouvez maîtriser.

  • L’éducation du Boxer

Étonnant, peut-être ? Pourtant, prendre le temps de bien éduquer votre Boxer vous permettra de mieux le protéger. Tout simplement parce que vous arriverez mieux à le contrôler et à le faire revenir vers vous en cas de problème. Parfois, il ne faut que quelques secondes pour éviter une catastrophe. Concentrez-vous bien sur l’apprentissage du rappel : c’est l’ordre le plus important dans la vie d’un chien.

  • L’alimentation du Boxer

Prenez soin de votre chien en lui achetant une nourriture de qualité parfaitement adaptée à ses besoins. En tant que chien de taille moyenne à grande, le Boxer a besoin d’un apport journalier assez important en calories. Mais attention à ne pas avoir la main trop lourde, car votre chien pourrait alors souffrir d’obésité ! Choisissez des produits riches en bonnes protéines d’origine animale, en prenant le temps de bien lire les étiquettes des croquettes et des pâtées. Vous devrez sans aucun doute faire évoluer l’alimentation de votre Boxer au cours de sa vie : demandez toujours conseil à votre vétérinaire avant le moindre changement.

  • L’entretien du Boxer

Enfin, il va sans dire que prendre régulièrement soin de votre Boxer vous permettra d’entretenir sa santé. Brossez-le une à deux fois par semaine et profitez-en pour inspecter sa peau. Nettoyez ses oreilles, ses dents et ses yeux. Assurez un suivi vétérinaire régulier pour les rappels de vaccin, les vermifuges, ainsi que les antiparasitaires contre les tiques et les puces.

Veillez aussi à ce que les besoins en dépenses physiques de votre chien soient correctement assurés. Pour ce faire, consacrez assez de temps à votre compagnon à quatre pattes : jouez avec votre Boxer quand vous le pouvez, sortez-le au moins une heure trente par jour, participez à des activités canines avec lui. Enfin, n’oubliez pas de lui acheter suffisamment de jouets pour qu’il puisse s’occuper en votre absence.

Les maladies fréquentes chez le Boxer

Le Boxer peut être touché par plusieurs pathologies qu’il est bon de connaître.

  • Cardiomyopathie dilatée

Cette pathologie touche le myocarde, le muscle du cœur. La cardiomyopathie n’est pas une maladie en soi, mais plutôt un syndrome. Un problème dans la contraction du cœur provoque une baisse du débit de sang dans l’organisme et entraîne, à terme, l’apparition d’une insuffisance cardiaque. Malheureusement, dans 9 cas sur 10, il est impossible de déterminer avec exactitude les causes de la cardiomyopathie. On se concentrera alors sur le traitement de l’insuffisance cardiaque. Le pronostic demeure cependant assez mauvais. Il est possible de mettre toutes les chances de votre côté grâce à un traitement adapté et une bonne hygiène de vie, mais il existe un réel risque de mort subite.

  • Sténose aortique

Cette maladie se caractérise par un rétrécissement de l’aorte, un vaisseau partant du cœur et qui permet d’envoyer le sang en provenance du ventricule gauche dans l’organisme. Le rétrécissement de l’aorte oblige le ventricule à travailler plus, ce qui finit par provoquer une fatigue du muscle et l’apparition d’insuffisance cardiaque gauche. Les symptômes sont la fatigue à l’effort, l’essoufflement, les syncopes… Seul un diagnostic vétérinaire pourra confirmer ou non l’existence d’une sténose aortique. Il n’existe ni traitement médicamenteux ni chirurgical contre cette pathologie. Il s’agira avant tout de traiter l’insuffisance cardiaque.

  • Torsion-dilatation de l’estomac

La torsion-dilatation de l’estomac touche les grands chiens. L’estomac bascule et se retourne sur lui-même et se met à gonfler, les voies d’entrée et de sortie se retrouvant bouchées. Le chien peine à respirer. Il tente de vomir, bave, et se trouve dans un état de faiblesse générale. Il s’agit d’une urgence vétérinaire, qui doit être traitée dans les plus brefs délais, car l’animal se trouve en danger de mort.

  • Syndrome brachycéphale

Le Boxer est une race brachycéphale : il possède un museau écrasé et court. C’est également le cas du Pékinois, du Bouledogue français ou du Bulldog anglais, par exemple. Mais ce museau écrasé peut provoquer chez le chien d’importants problèmes respiratoires. Il faudra donc veiller à ne pas trop solliciter votre compagnon à quatre pattes, surtout lorsqu’il fait chaud.

  • Cancer

Malheureusement, le Boxer fait partie des races prédisposées au cancer. Il est notamment touché par le mastocytome, qui s’attaque à des cellules appelées mastocytes. Ces cellules se retrouvent principalement dans la peau de l’animal. Il est très difficile de prévenir l’apparition d’un cancer. Certains signes peuvent vous alerter : perte de poids, changement de comportement, vomissements, léthargie, fatigue, etc. Mais seul un examen vétérinaire pourra confirmer ou non l’apparition de tumeurs.

  • Dysplasie de la hanche et du coude

Pathologie articulaire, elle peut toucher aussi bien les petits chiens que les chiens de moyenne et grande taille. Son origine est souvent héréditaire, mais elle peut aussi être provoquée par une croissance mal gérée. La dysplasie peut toucher les membres antérieurs (le coude) ou postérieurs (la hanche). Elle se caractérise par un mauvais emboîtement de l’os du fémur dans la cavité adéquate. Les stades de gravité sont variables, allant d’une gêne à une quasi immobilité. Dans ce cas, la chirurgie est à envisager.

  • Myélopathie dégénérative

Elle se caractérise par une dégénérescence progressive de la moelle épinière. Les symptômes sont l’ataxie, la paralysie, qui évoluent en général vers la paraplégie et la tétraplégie. Les origines de la maladie sont héréditaires. À terme, l'animal est paralysé et présente une incontinence fécale et urinaire. Il n’existe, hélas, aucun traitement pour stopper ou ralentir l’évolution de la maladie.

  • Hypothyroïdie

Il s’agit d’une maladie endocrinienne provoquée par un déficit dans la production d’hormones par la glande thyroïde. Toutes les races de chien peuvent être victimes d'hypothyroïdie. C’est en effet une maladie très fréquente. Elle provoque bien souvent une prise de poids. Le poil est moins beau qu’à l’accoutumée. Le chien peut aussi avoir plus de difficulté à respirer. Le traitement consiste à remplacer l’hormone manquante par des injections d’hormones de synthèse.

Conditions de vie

Cette race apprécie d'évoluer en plein air et ses conditions de vie idéales restent une maison avec un grand jardin. Malgré tout, et parce qu’il est adaptable, le Boxer peut vivre en appartement à certaines conditions. Il devra être sorti de manière régulière afin de pouvoir se dégourdir les pattes et faire de nouvelles rencontres. Pour éviter les conflits de voisinage provoqués par les aboiements intempestifs de votre chien, prévoyez suffisamment de jouets et de jeux pour l’occuper en votre absence. Enfin, que vous viviez en maison ou en appartement, il est impératif de ne pas laisser votre toutou seul trop longtemps, sans quoi il pourrait très vite tomber dans l’ennui et développer des comportements difficiles à gérer au quotidien (aboiements, destructions).

Éducation

Cette race est très loin d’être la plus facile à dresser. Il est en effet préférable d’avoir de solides connaissances en éducation canine avant de se lancer dans l’éducation du Boxer, car le caractère de ce dernier le rend parfois difficile. Le maître d’un tel chien devra donc se montrer ferme, mais jamais violent ou brusque. Toute forme de violence est à proscrire, et ce, pour toutes les races de chien. Privilégiez une approche positive de l’éducation, mais restez cohérent et surtout, faites preuve de patience avec votre Boxer.

Quand commencer l’éducation du Boxer ?

L’idéal est de commencer l’éducation du Boxer dès l’arrivée du chiot chez vous. En effet, c’est lorsque l’animal est jeune qu’il est le plus réceptif. Établissez des règles bien claires, qui devront être suivies par l’ensemble des membres de votre foyer. Inutile, cependant, de forcer le chiot à vous obéir à la seconde où il pose la patte chez vous. N’oubliez pas qu’il vient tout juste de quitter sa mère et ses frères et sœurs. Laissez-lui le temps d’apprivoiser un peu sa nouvelle maison.

Ne négligez pas non plus la sociabilisation de votre Boxer. C’est également une étape essentielle pour que votre chien se sente bien chez lui. Multipliez les expériences positives en lui faisant rencontrer d’autres personnes, d’autres chiens ou d’autres animaux. Essayez également de lui faire découvrir différents environnements pour qu’il s’y habitue rapidement.

  • Peut-on éduquer un Boxer adulte ?

Le dressage d’un chien est toujours plus simple avec un chiot, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’éduquer un Boxer adulte est impossible, loin de là. Nos compagnons à quatre pattes peuvent apprendre à tout âge. Il faut simplement avoir une approche un peu différente, car les chiens adultes ont forcément des expériences et un vécu différents, parfois traumatisants. Faites preuve d’encore plus de patience avec votre Boxer adulte, et au besoin, faites appel à un éducateur canin pour vous épauler.

Les grands principes de l'éducation du Boxer

Lorsque l’on parle d’éducation canine, beaucoup de personnes ont tendance à imaginer un dressage à la dure, avec des punitions parfois physiques. Pourtant, depuis de nombreuses années, l’éducation de nos boules de poils se fonde avant tout sur une approche positive, qui a remplacé la brimade par la récompense !

Il s’agit en effet de récompenser les bons comportements et d’ignorer les mauvais. Le chien doit vous obéir parce qu’il en a envie et non pas parce qu’il a peur de vous. Un dressage brutal vous permettra peut-être d’obtenir des résultats plus rapides, et encore, mais le jeu n’en vaut pas la chandelle, car vous pourriez endommager la relation que vous avez avec votre chien.

Vous devez garder en tête trois grands principes fondamentaux dans l’éducation de votre Boxer.

  • La patience

Armez-vous de patience et soyez prêt à répéter, encore et encore, jusqu’à ce que l’ordre soit bien compris. L’éducation de cette race n’est pas toujours évidente, car le Boxer est connu pour son caractère têtu, ce qui peut compliquer son apprentissage. Inutile de vous énerver et restez ferme sans pour autant être brutal. Il est capital de faire preuve d’autorité, mais jamais d’autoritarisme, pour ne pas se laisser dépasser.

  • La cohérence

Les chiens ont besoin de règles claires et bien établies. Il est impératif de suivre les règles que vous avez instaurées dès le départ. N’en changez pas à tout bout de champ, car votre chiot Boxer finirait par ne plus savoir ce que vous attendez de lui. Choisissez des ordres clairs, faciles à dire et à retenir. Gardez en tête qu’il sera toujours plus facile d’autoriser une interdiction que d’interdire une autorisation donnée trop rapidement !

  • La constance

Les résultats ne viendront que si vous prenez le temps de répéter, encore et encore, tous les jours. Les séances d’éducation n’ont pas besoin d’être longues : elles doivent simplement être régulières. Prenez un petit quart d’heure chaque jour pour revoir ce qui a été appris ou pour enseigner à votre chien de nouveaux ordres : profitez par exemple d’une séance de jeu avec votre Boxer. Une fois qu’un apprentissage est bien inculqué, passez au suivant, et ainsi de suite.

Les ordres essentiels dans l’éducation du Boxer

Si certains tours sont plutôt anecdotiques, certains ordres sont absolument essentiels dans l’éducation de votre chien, car grâce à eux, vous pourrez préserver la santé et la vie de votre Boxer. Ne passez pas à côté.

  • Le rappel

C’est l’ordre le plus important dans l’éducation d’un chien. Il vous permet en effet de maîtriser votre animal de la voix et d’éviter les accidents en le rappelant vers vous dès que nécessaire. Commencez par apprendre le rappel dans un endroit bien clos et sécurisé, en demandant de l’aide à une autre personne. Appelez le chien à tour de rôle et félicitez-le dès qu’il vient vers vous. Continuez jusqu’à ce que le rappel soit parfaitement inculqué.

  • La marche en laisse

La marche en laisse est importante à maîtriser si vous vivez en ville avec votre Boxer, par exemple, car les dangers en milieu urbain sont nombreux et peuvent surgir de partout. Il est donc capital que votre animal ne se mette pas à tirer, d’autant que le gabarit du Boxer reste puissant et musclé. Vous n’aurez pas besoin de faire preuve d’autant de rigueur lorsque vous vous promènerez dans des endroits plus calmes, comme la campagne ou la forêt, par exemple.

Alimentation : bien nourrir son Boxer

Comment bien nourrir son chien ? C’est une question que tous les propriétaires de toutou se posent à un moment de leur vie. L’offre en pâtées et en croquettes pour chien est aujourd’hui colossale et de nouvelles marques apparaissent chaque année. De quoi donner le tournis. Pourtant, il existe quelques principes très faciles à mettre en place qui vous permettront déjà d’effectuer un tri parmi les produits proposés.

N'achetez pas n'importe où

Si vous le pouvez, évitez d’acheter les croquettes pour Boxer en supermarché ou en grande surface. Si les croquettes et pâtées qui y sont vendues ont des prix plutôt attractifs, la qualité est loin de suivre. Fabriquées à partir d’ingrédients de basse qualité, elles ne répondent pas du tout aux besoins nutritionnels de votre chien. Préférez des croquettes un peu plus chères, mais bien plus adaptées.

Comprenez ce que vous donnez à votre chien

Lisez bien les étiquettes et traquez les compositions à rallonge. Écartez les croquettes et pâtées bourrées de conservateurs, d’exhausteurs de goût ou d’édulcorants. Plus la composition est courte, puis le produit est de qualité. Vérifiez également le taux de protéines, qui doit être supérieur à 28% : ces protéines doivent être d’origine animale et de très bonne qualité. Autre point à surveiller, le taux de glucides, qui ne doit pas être trop élevé, ainsi que le taux de cendres, idéalement inférieur à 10%.

Adaptez l'alimentation de votre Boxer

Gardez à l’esprit que l’alimentation de votre Boxer va évoluer avec le temps. Un chiot Boxer ne mangera pas la même chose qu’un chien Boxer malade ou stérilisé. Pensez aussi à faire appel à des compléments alimentaires si cela est nécessaire. Ces produits vous permettent de cibler des problèmes bien précis, toujours sur conseil vétérinaire.

Les autres modes d'alimentation

L’alimentation industrielle n’est pas la seule alimentation disponible. Vous pouvez, si vous le désirez, mettre vous-même la main à la pâte en préparant les repas de votre Boxer. Vous avez deux options :

  • La ration ménagère : préparez les repas à partir de viande et de légumes cuits. Faites bien attention à connaître les aliments toxiques pour les chiens.

  • Le régime BARF : les repas sont préparés à partir de viande crue et de quelques légumes cuits. Commencez cette alimentation sur conseil de votre vétérinaire et faites bien attention pour éviter les erreurs.

TESTEZ NOUS !

14 JOURS DE CROQUETTES ♡

1€

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

Entretien et hygiène du Boxer

  • Vaccins : 90 à 120 euros

  • Alimentation : 60 à 110 euros

  • Budget mensuel : 80 à 140 euros

L’entretien de ce toutou est relativement aisé. En effet, en raison de son poil court, le Boxer ne demande pas un brossage quotidien. Lavez votre chien une ou deux fois par an. Il est inutile de multiplier les bains, car vous favoriseriez l’apparition de problèmes de peau. Munissez-vous des outils appropriés (brosse, shampoing) afin de ne pas blesser votre chien inutilement. Nettoyez aussi les yeux et les oreilles de votre Boxer, et n’oubliez pas de bien lui brosser les dents pour éviter l’apparition de tartre. Enfin, il va de soi que votre chien doit être suivi régulièrement par un vétérinaire. Soyez bien à jour dans ses vaccins et administrez-lui régulièrement les antiparasitaires contre les puces et les tiques, ainsi que les vermifuges nécessaires.

Toilettage du Boxer

Le toilettage du Boxer est assez simple puisqu’il n’a pas de sous-poil et que son poil est ras. Mais ce n’est pas parce qu’il est facile à réaliser qu’il faut le négliger : un toilettage permet de faire la chasse aux parasites indésirables et se débarrasser rapidement des puces et autres tiques.

  • Pelage

Il est conseillé de brosser son pelage deux à trois fois par semaine à l’aide d’une brosse métallique. Inutile d’abuser du bain : le sébum de la peau joue le rôle de barrière protectrice. Un bain une à deux fois par an avec un shampoing adapté au pH de sa peau est suffisant

  • Oreilles

Il est conseillé de laver ses oreilles toutes les semaines pour éviter l’accumulation de cérumen et d’autres débris cellulaires qui pourraient favoriser l’apparition d’otites. Attention : il ne faut jamais utiliser un coton-tige ! Il existe des produits de lavage spécialisés. Ne négligez pas cet aspect de l’entretien du Boxer.

  • Yeux

Le nettoyage des yeux est primordial, d’autant que ce chien est sensible aux infections oculaires. Quelques gouttes de sérum physiologique dans chaque œil permettent de bien les nettoyer.

  • Dents

Un nettoyage régulier de ses dents permet de limiter la formation de tartre et favorise la bonne santé bucco-dentaire du chien. Une accumulation de tartre est un véritable nid à bactéries dont les conséquences peuvent être désagréables (une gingivite), voire graves.

Prix du Boxer

Le prix d’achat moyen d’un chiot Boxer est compris entre 800 et 1 500 euros. Cet écart assez important s’explique de plusieurs manières. Tout d’abord, il n’est pas rare que des éleveurs fassent varier les prix en fonction de la nature du chiot. Des chiens destinés à l’exposition, aux concours ou à la reproduction sont souvent vendus plus chers. C’est aussi le cas lorsque l’animal est issu d’une lignée de chiens décorés. Ayez conscience que l’adoption d’un chien de race représente toujours un certain budget. Pour autant, évitez de céder à la tentation en vous tournant vers les particuliers vendant leurs chiens sur Internet. Tout d’abord, parce que votre chien ne sera pas pure race et ne pourra pas être inscrit au LOF. Ensuite, parce que les particuliers qui ne sont pas éleveurs et n’offrent pas les mêmes garanties, notamment au niveau de la santé des chiens. Préférez plutôt vous rendre dans des refuges ou des associations, où il est tout à fait possible de trouver des Boxers à l’adoption. 

Sommeil

Si le Boxer est tout à fait capable de dormir dans votre jardin, il est impératif qu’il dispose d’un abri approprié pour pouvoir se reposer convenablement. Découvrez comment bien choisir la niche de votre Boxer grâce à nos conseils.

La taille idéale d’une niche pour Boxer ?

L’un des critères le plus important dans le choix d’une niche reste ses dimensions. En effet, une niche trop grande ou trop petite ne conviendrait pas du tout à un chien et l’empêcherait de dormir en toute quiétude. Le sommeil est très important chez nos compagnons à quatre pattes, encore plus lorsqu’ils sont très jeunes ou qu’ils commencent à vieillir. Pour choisir la niche de votre boule de poils, vous devez donc prendre en compte le gabarit du Boxer pour être certain de faire le bon choix.

On conseille en général de choisir une niche dont la hauteur dépasse de dix centimètres la taille du chien. Votre Boxer doit pouvoir s’y tenir debout et tourner en boule sur lui-même sans être gêné. Ne pensez pas que choisir une niche très grande sera bénéfique pour le confort de votre chien, au contraire : nos toutous se réchauffent grâce à leur chaleur corporelle. Plus la niche est grande, et plus ils devront déployer de l’énergie pour se maintenir au chaud.

Quel matériau choisir pour une niche pour Boxer ?

Autre critère essentiel pour être certain de faire le bon choix : le matériau de la niche. On trouve sur le marché différents modèles de niche :

  • En plastique : les niches en plastique ont plusieurs avantages. Elles sont abordables, faciles à nettoyer et faciles à déplacer. En revanche, elles ont un gros défaut : elles sont mal isolées et ne protègent pas efficacement contre la chaleur et le froid.

  • En PVC : elles présentent les mêmes avantages et inconvénients que les niches en plastique.

  • En bois : même si elles sont plus chères à l’achat et plus difficiles à déplacer, les niches en bois sont solides et surtout, beaucoup mieux isolées que les autres.

Les niches en bois sont donc le meilleur choix pour vous. Elles représentent un meilleur investissement, et surtout, elles protègeront efficacement votre chien des intempéries – à condition, bien sûr, que le bois ait été correctement traité ! Il est essentiel que votre chien soit correctement protégé du froid, et surtout de la chaleur, car le Boxer est touché par le syndrome brachycéphale, ce qui peut avoir de graves conséquences sur sa santé.

À moins que vous viviez dans une région connue pour ses fortes précipitations, choisissez une niche à toit plat. Les chiens aiment s’y installer pour mieux observer leur environnement. Vous pouvez également placer la niche sur pilotis afin de la protéger plus efficacement des insectes et des parasites. Dans ce cas, installez une petite rampe pour faciliter l’accès, afin que votre Boxer n’ait pas à sauter pour entrer et sortir.

Où placer la niche de mon Boxer ?

Enfin, n’installez pas n’importe où la niche de votre Boxer. Il est préférable de choisir un emplacement bien dégagé pour permettre à votre chien de garder un œil sur son territoire. Privilégiez également un endroit bien protégé du vent et des intempéries. Assurez-vous que votre jardin soit bien clôturé pour éviter les risques de fugue. N’empêchez pas l’accès à la niche, et surtout, n’attachez jamais votre Boxer. Il doit pouvoir aller et venir comme bon lui semble.

Faire dormir son Boxer dans son logement

Il est tout à fait possible de faire dormir votre chien à l’intérieur de votre logement. Votre boule de poils en sera d’autant plus ravie que le caractère du Boxer en fait un chien très proche de ses maîtres. Mais là encore, quelques conseils s’imposent.

Tout comme pour la niche, le panier de votre Boxer doit correspondre à la taille de l’animal. Il doit pouvoir s’y rouler en boule sans être trop à l’étroit, ni flotter dans son panier. Certains chiens n’apprécient pas les paniers à rebords relevés. Dans ce cas, choisissez un panier tapis, un petit canapé ou un coussin.

Le choix du matériau ne doit pas non plus être laissé au hasard. Si votre Boxer a des tendances à la destruction, préférez les paniers en plastique, plus solides. Ils sont également plus faciles à laver ! Sinon, dirigez-vous vers des paniers en tissu ou en cuir. Évitez les paniers en osier, qui présentent des risques d’étouffement une fois détruits.

Installez le panier de votre Boxer dans un coin tranquille de votre logement. Si vous avez des enfants, apprenez-leur à ne pas déranger un chien qui dort, car celui-ci pourrait avoir un mouvement d’humeur. Vous pouvez placer le panier de votre toutou dans votre chambre, mais veillez à bien éduquer votre Boxer avant, car celui-ci doit apprendre la solitude pour ne pas développer un phénomène d’hyper attachement et d’anxiété de séparation.

Jeux et activités physiques pour Boxer

Le Boxer est un chien sportif qui a un besoin assez important de dépense physique. Il doit donc être sorti régulièrement : une grande promenade quotidienne d’au moins une heure trente est nécessaire pour le bien-être de votre boule de poils. Pour l’occuper et lui faire se creuser les méninges, achetez des jouets à votre Boxer, en prenant garde à ce qu’ils soient assez solides pour éviter qu’ils ne terminent en pièces. 

Faites également des activités avec votre Boxer. Pourquoi ne pas l’emmener faire du footing avec vous ? Vous pouvez aussi lui faire découvrir des disciplines comme l’agility, l'obé rythmée, le treibball ou le flyball. Mais là encore, attention à ne pas trop pousser votre chien, car il peut avoir des difficultés respiratoires, surtout lorsque les températures grimpent !

Assurance : bien protéger son Boxer

L'assurance pour Boxer

Le Boxer n’est ni un chien de catégorie ni un chien de chasse. Il n’a donc pas besoin d’une assurance particulière, contrairement à ce type de chien. Il est dans la plupart des cas couvert par votre assurance responsabilité civile, qui couvre l’ensemble des membres dépendants de votre foyer. Cela veut dire que vous serez remboursé des frais engagés si votre chien venait à commettre des dégâts sur autrui ou sur les biens d’autrui. Lisez quand même bien les contrats pour connaître le montant des compensations, mais également les délais de carence et les clauses d’exclusion.

Il est possible que certains organismes d’assurance vous refusent des remboursements s’ils estiment que l’incident a été provoqué par une négligence de votre part. De même, si c’est votre Boxer qui est victime d’un accident impliquant une tierce personne, ce sera à l’assurance de cette dernière de prendre le relais.

La mutuelle pour Boxer

Tout comme l’assurance, la mutuelle pour Boxer n’est pas obligatoire. Cependant, réfléchissez bien, car il peut s’agir d’un outil très utile capable de vous sauver la mise le moment venu. En France, les prestations vétérinaires sont en général assez chères, et les factures peuvent vite grimper lorsque le traitement est lourd. Certains propriétaires qui ne peuvent s’acquitter des montants doivent donc renoncer à faire soigner leur animal de compagnie.

Pour éviter de vous retrouver dans cette situation, souscrivez à une mutuelle. Le fonctionnement est identique aux mutuelles que nous utilisons. Les organismes remboursent une partie des frais, en fonction du montant de vos cotisations mensuelles ou annuelles. Là encore, lisez bien les contrats pour connaître les clauses d’exclusion et éviter les mauvaises surprises. La plupart des organismes ne prennent pas en charge les maladies génétiques ou héréditaires. De même, ils refusent en général d’assurer des chiens déjà malades ou trop âgés. Si vous voulez prendre une mutuelle pour votre Boxer, n’attendez pas.

TESTEZ NOUS !

30 JOURS DE CROQUETTES ♡

- 50%

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

Voir d'autres chiens de taille moyenne :