BENGAL

Comme le Savannah, le Bengal est une race de chat issue d’un croisement entre un félin domestique et un chat sauvage. Solide et robuste, ce chat fait un parfait compagnon pour toute la famille.

Un peu d’histoire

Le Bengal est une race relativement récente, apparue dans les années 1960 aux États-Unis. En 1963, Jean S. Mill, une généticienne et non une éleveuse, réalisa un croisement entre un American Shorthair et un chat-léopard asiatique. D’autres croisements eurent lieu. Jean S. Mill, épaulée par l’université de Davis (Californie), poursuivit ses travaux et croisa les animaux avec d’autres races pour éviter la consanguinité. On retrouve ainsi :

  • Le Burmese,

  • Le Mau égyptien,

  • Le Siamois.

En 1986, The International Cat Association (TICA) reconnaît le Bengal comme une nouvelle race et l’autorise à participer à des concours à partir de 1991. En France, le premier Bengal arrive en 1989, mais il faut attendre 1997 pour que le Livre Officiel des Origines Félines (LOOF) reconnaisse la race. De nos jours, les croisements entre les chats-léopards asiatiques et les Bengals ne sont plus autorisés, la race étant considérée comme plus ou moins fixée. Le Bengal est devenu, au fil des ans, une race de chat particulièrement populaire, aussi bien dans son pays d’origine que dans l’Hexagone.

Caractéristiques physiques

Le Bengal est un chat de taille moyenne à grande, caractérisé par sa fourrure tachetée qui n’est pas sans rappeler celle de son illustre ancêtre sauvage, le chat-léopard asiatique. Même s’il n’est pas aujourd’hui considéré comme un chat sauvage, mais comme un chat domestique – à condition qu’il appartienne à la 4e ou 5e génération de Bengal –, ce beau félin conserve un aspect sauvage très recherché.

Corps : le corps du Bengal est long et robuste. Sa musculature et son ossature sont fortes et bien développées. Il possède une silhouette athlétique.

Tête :  la tête est de forme triangulaire et de petite taille. Le Bengal possède également un museau assez large, avec un menton marqué.

Oreilles : de petite taille ou de taille moyenne, elles sont larges au niveau de la base et affichent une extrémité arrondie. 

Yeux : ils sont de forme ovale, presque ronde et sont bien écartés. Ils peuvent être de couleur or, verte, bleue ou bleu clair.

Queue : épaisse à la base, elle va en s’affinant vers l’extrémité. Elle est de taille courte ou de taille moyenne, mais jamais très longue.

Poil : la fourrure du Bengal est courte, avec une bonne épaisseur. Le poil est soyeux au toucher.

Couleur : le pelage du Bengal peut être tacheté (spotted), marbré, ou afficher des rosettes (anneau, tête de flèche ou empreinte de patte), avec une base souvent fauve. Les motifs tachetés et de rosettes doivent contraster avec le fond de robe. Les motifs marbrés doivent être horizontaux et présenter trois couleurs bien distinctes. Le LOOF n’admet pas les motifs marbrés horizontaux.

Caractère

Aventureux. Cet adjectif convient parfaitement au tempérament du Bengal, qui, curieux par nature, aime explorer son environnement. Malheureusement, il lui arrive de payer sa curiosité au prix fort, car un chat qui a accès à l’extérieur est un chat plus exposé aux accidents. Le Bengal est également un félin énergique et joueur. Il fait un bon compagnon pour les enfants, mais apprenez bien à ces derniers à ne pas brusquer votre félin sous peine de recevoir un coup de griffe en retour. 

Le Bengal est aussi un chat connu pour son intelligence et sa vivacité d’esprit. C’est un matou bavard, qui n’hésitera pas à entretenir des conversations avec vous ! Affectueux et câlin avec son maître, il n’est pas non plus particulièrement méfiant avec les autres personnes et se montre même sociable. Il appréciera les câlins et les caresses, mais sait aussi conserver une certaine indépendance.

Comportement avec les autres

Avec les autres chats, le Bengal peut se montrer dominant, voire agressif. Si vous envisagez d’adopter une autre boule de poils, faites preuve de beaucoup de prudence et organisez correctement la rencontre, qui doit être progressive. Privilégiez les races plutôt calmes, comme le British Shorthair ou le Persan. Bien socialisé, le Bengal n’a aucun problème avec les chiens. Avec les NAC, il faut toujours se montrer vigilant, car ces petits animaux constituent des proies parfaites pour les Bengals – et pour toutes les races de chats.

Compatibilité

En raison de son énergie débordante, le Bengal n’est pas indiqué pour les personnes âgées qui auront eu un peu plus de mal à s’en occuper. Ce chat convient à tous les types de famille, à condition que ses adoptants aient suffisamment de temps à lui accorder.

Santé

L’espérance de vie moyenne du Bengal est de 10 à 13 ans, ce qui est relativement court pour un chat. Malheureusement, les chats de race ont tendance à vivre moins longtemps que les chats domestiques issus de croisement et sans pedigree particulier. Les chats stérilisés et castrés vivent également plus longtemps que les autres, car ils sont moins susceptibles de s’éloigner de leur domicile ou de se battre avec d’autres félins. Les femelles ont aussi tendance à avoir une plus longue durée de vie que les mâles.

L’espérance de vie d’un chat dépend aussi d’un certain nombre de facteurs extérieurs à son sexe ou à sa race. Une bonne alimentation, assortie à un bon suivi vétérinaire, permet de préserver votre boule de poils. Si vous vivez en appartement, pensez à bien sécuriser vos balcons et fenêtres si vous laissez votre Bengal s’y aventurer. N’oubliez pas de bien vermifuger votre matou, même si celui-ci ne sort jamais de chez vous. Vous pouvez tout à fait ramener des parasites sous la semelle de vos chaussures.

Côté santé, celle du Bengal est plutôt robuste, mais il n’est pas non plus complètement épargné par certaines maladies :

  • La neuropathie distale : heureusement, cette pathologie est plutôt rare. Elle apparaît tôt, entre le 2e et le 6e mois de la vie du chaton. Elle se caractérise par une mauvaise coordination des membres postérieurs, une faiblesse ainsi qu’une démarche exagérée. Hélas, le pronostic de la maladie est souvent très mauvais.

  • La déficience en pyruvate kinase (PK-def) : il s’agit d’une maladie génétique impliquant une défaillance dans le gène en charge de l'enzyme pyruvate kinase. Cette maladie provoque la destruction des globules rouges et entraîne une anémie.

  • La myocardiopathie hypertrophique : il s’agit d’une affection du myocarde, le muscle cardiaque, entraînant une hypertrophie, c’est-à-dire un épaississement. La myocardiopathie n’est pas une maladie, mais plutôt un symptôme résultant d’une autre maladie. Le traitement consiste d’abord à soigner cette dernière. 

  • Le syndrome des côtes plates : on constate l'aplatissement ou le creusement de la cage thoracique. La maladie apparaît chez le chaton et provoque des difficultés respiratoires.

Conditions de vie

Le Bengal est un chat actif et énergique. Il pourrait assez rapidement se sentir à l’étroit dans un petit appartement. C’est pour cela que les conditions de vie idéales du Bengal restent une maison avec un grand jardin, bien sécurisé et bien clôturé. Vous pouvez, si vous le voulez, laisser votre chat se promener dans votre quartier, mais faites bien attention, car les Bengals sont de beaux félins qui se revendent à prix d’or sur Internet. Une personne mal intentionnée n’aurait aucune hésitation à vous le dérober.

Si vous vivez dans un appartement et que vous souhaitez malgré tout adopter un Bengal, aménagez votre logement pour le rendre attrayant pour votre matou. Il est important que votre chat ne sombre pas dans l’ennui, car celui-ci aurait un impact durable sur son état de santé.

Alimentation : bien nourrir son Bengal

Pour garder votre chat en bonne santé, il faut bien le nourrir. Mais la question qui demeure est : comment ? Il est vrai que de nos jours, il n’est pas toujours simple de faire le tri parmi l’immense gamme de produits proposés aussi bien sur Internet qu’en magasin ou même chez le vétérinaire.

La première chose à faire est de bien connaître les besoins nutritionnels de son chat. Votre Bengal est un carnivore strict : cela signifie qu’il a besoin, en grande majorité, de protéines d’origine animale. Exit, donc, les croquettes vegan qui risquent surtout de faire plus de mal que de bien à votre matou. Ces protéines animales doivent aussi être de bonne qualité. Dans le cas du Bengal, ce chat a en plus l’estomac fragile. Il est donc important de lui donner des croquettes parfaitement adaptées. 

Il est capital de savoir ce que vous donnez à votre boule de poils. Pour ce faire, pensez à lire les étiquettes des croquettes et des pâtées afin de pouvoir vérifier la composition et écarter tous les produits qui vous semblent douteux. Une alimentation chargée en édulcorants, exhausteurs de goût, additifs, n’a aucun intérêt.

La nourriture de votre Bengal n’est pas figée dans le temps. Elle doit évoluer en même temps que ses besoins. Vous serez amené à renouveler son alimentation en fonction de son âge, mais également de son état de santé. Demandez toujours à votre vétérinaire avant de modifier le contenu de la gamelle de votre Bengal et pensez à bien mettre en place une transition alimentaire pour éviter les troubles digestifs.

Vous pouvez donner des compléments alimentaires à votre chat, toujours sur conseil d’un spécialiste. Ces compléments sont très utiles pour cibler des problèmes bien particuliers : moule verte pour les articulations, psyllium blond pour la digestion, levure de bière pour le pelage, etc.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Entretien et hygiène du Bengal

  • Vaccins : environ 80 euros

  • Alimentation : 70 à 100 euros

  • Budget mensuel : 80 à 110 euros

L’entretien du Bengal n’est pas particulièrement chronophage. En effet, son poil court n’est pas sujet aux nœuds, et un bon brossage hebdomadaire sera suffisant pour entretenir sa fourrure. Les chats ont très rarement besoin d’être lavés, sauf cas de force majeure (saleté, matière toxique sur les poils). Si vous devez donner un bain à votre Bengal, utilisez bien des produits adaptés à lui, et non pas les produits que vous avez dans votre salle de bain. Passez-le à l’eau tiède (attention à l’eau trop chaude ou trop froide !). En cas de doute, consultez immédiatement votre vétérinaire.

Les soins du Bengal passent également par l’entretien de ses dents, de ses oreilles, de ses yeux et de ses griffes. Inspectez régulièrement les oreilles pour vérifier qu’elles sont en bonne santé, et nettoyez les yeux de votre chat pour éviter les infections. Vous pouvez lui apprendre à se laisser brosser les dents. Sinon, pour prendre soin de sa santé bucco-dentaire, il existe des produits en vente chez le vétérinaire. Si votre Bengal ne sort pas, coupez-lui les griffes assez régulièrement à l’aide d’un coupe-griffe bien adapté, en ne coupant surtout pas trop court pour éviter de lui faire mal !

N’oubliez pas le suivi vétérinaire, indispensable pour préserver la longévité de votre matou. Pensez aux vaccins contre le coryza, la leucose féline ou le typhus, et donnez à votre Bengal les antiparasitaires nécessaires.

Prix du Bengal

Le prix moyen d’un chat de race Bengal se situe entre 1000 et 3000 euros. Il s’agit d’un félin plutôt onéreux. Le tarif oscille en fonction de plusieurs critères, à commencer par celui de l’élevage. Les prix peuvent être différents selon les éleveurs, et il est donc important de ne pas se précipiter sur le premier élevage venu. Ensuite, la nature du chat pèse dans la balance. En effet, les chats destinés à la reproduction ou l’exposition sont bien souvent vendus plus cher que les chats de compagnie. Pour être certain de choisir le bon élevage, observez les conditions de vie des animaux dans la chatterie, l’état de la chatte reproductrice, et posez de nombreuses questions à l’éleveur.

Face à des tarifs si élevés, la tentation pourrait être grande de vous tourner vers des petites annonces sur Internet, mais c’est rarement une bonne idée. Vous n’avez pas du tout la garantie que ces chats seront ensuite en bonne santé. Ne prenez pas de risque. Vous pouvez éventuellement vous tourner vers des refuges et des associations. Bien que cela soit rare, il n’est pas impossible d’y trouver des chats Bengal en attente d’adoption.

Sommeil

Le chat est un animal qui ne dort que rarement à un seul endroit. Il possède sur son territoire plusieurs zones de repos, qui sont bien compartimentées avec le reste. Vous pouvez, si vous le souhaitez, acheter un panier ou un coussin à votre Bengal, mais il est aussi tout à fait possible que votre chat le boude au profit du coussin du canapé, d’un coin tranquille derrière un meuble ou de votre lit. Il est impossible de forcer un matou à dormir quelque part : laissez-le faire comme il l’entend. Il finira peut-être par s’installer dans son panier avec le temps !

Mais comment être sûr de choisir le bon panier pour son Bengal ? Le premier critère à respecter est celui de la taille. Il est inutile de vouloir acheter un panier trop petit ou trop grand à son chat. Privilégiez un couchage bien adapté aux dimensions de votre Bengal. Si elles ne lui conviennent pas, il s’en détournera tout simplement. Privilégiez aussi les matières douces, molles et soyeuses, plutôt que les matières dures. Enfin, vous devrez avoir autant de paniers ou de coussins que de chats ! Nos matous n’aiment en général pas partager leur nid douillet.

Jeux et activités physiques pour Bengal

Le Bengal n’est pas du tout un chat pantouflard. C’est même plutôt une boule d’énergie qui a besoin de se dépenser chaque jour pour être tout à fait équilibré. Il a besoin de beaucoup d’attention, et il conviendra de l’occuper à l’aide de jouets prévus à cet effet. Les Bengals adorent grimper ! Installez des points en hauteur comme des arbres à chat un peu partout chez vous pour lui permettre de bondir et se déplacer. 

Passez du temps avec votre Bengal. Même s’il pourra s’occuper seul, il doit aussi pouvoir interagir régulièrement avec vous. Vous n’avez pas besoin de vous ruiner en jeux sophistiqués ou électroniques. Parfois, les jouets les plus simples sont souvent les plus efficaces : une canne à pêche, une balle ou même un petit bout de ficelle suffiront à titiller les instincts de chasseur du Bengal.

Assurance : bien protéger son Bengal

Doit-on faire assurer son chat ? La réponse est simple : non, vous n’en avez aucune obligation. Contrairement aux chiens, il est très rare que les chats soient à l’origine d’accidents très graves. Les dégâts qu’ils font sont plutôt légers, sauf cas exceptionnels. Il n’y a donc pas besoin d’être assuré, d’autant que de manière générale, les animaux de compagnie, qui sont considérés comme des êtres dépendants et donc sous votre responsabilité, sont déjà couverts par votre assurance de responsabilité civile, souvent comprise dans les assurances habitation. Ce type d’assurance vous permet d’être remboursé d’une partie des frais engagés si votre Bengal venait à commettre des dégâts sur autrui ou sur les biens d’autrui. Le plafond des remboursements dépend de votre contrat. Lisez-le avec sérieux et prenez également connaissance des clauses d’exclusion et des délais de carence.

Tout comme l’assurance, la mutuelle pour chat n’est pas du tout obligatoire. Pourtant, elle se révèle souvent être un formidable outil capable de vous sortir de situations compliquées. En effet, les frais vétérinaires en France sont très souvent exorbitants, et un certain nombre de propriétaires se retrouvent dans l’impossibilité de s’en acquitter, les poussant parfois à renoncer à faire soigner leur matou. Pour éviter de vous retrouver dans une situation semblable, pensez à souscrire à une mutuelle, mais ne tardez pas trop : la plupart des organismes d’assurance refusent de prendre en charge des chats âgés ou déjà malades. Là encore, lisez avec attention les contrats, comparez les offres et évaluez les clauses d’exclusion ainsi que les délais de carence.

SON ALIMENTATION PARFAITE ?

en 3mn !

Voir d'autres chats à poil court :