Testez l'alimentation sur-mesure avec

15 jours d'essai pour 1€ seulement

Comme pour les petits d'homme, l'alimentation du jeune chien ou du jeune chat est capitale pour un bon développement et une santé équilibrée une fois arrivé à l'âge adulte. Mais l'alimentation d'un jeune, comment ça se gère ?


PUBLIÉ LE 29 OCTOBRE 2017 (Mis à jour le 30 janvier 2018) - HECTOR KITCHEN, TOUS DROITS RESERVES

Par Dr Thierry Bedossa, Emmanuelle Carre et Charlotte Gnaedinger.

COMMENT NOURRIR VOTRE CHIOT DE FACON OPTIMALE

Constater un régime alimentaire inadapté

Si votre chiot a la diarrhée ou des selles molles avant même d'être arrivé chez vous et d'être nourri par vos soins ? Pas d'inquiétude, le stress et le changement de lieu et cadre de vie peut expliquer quelques soucis de selles les 2/3 premiers jours. Dans tous les cas, la case vétérinaire s’impose avec si possible une analyse de selles pour éliminer toute cause parasitaire comme infectieuse. Les chiots sont en effet très sensibles.

Si les problèmes persistent et que les causes hygiéniques et biologiques sont éliminées alors mieux vaudra revoir l’alimentation assez rapidement. Les soucis des selles molles ou de diarrhées persistantes peuvent sur le moyen terme engendrer des inflammations du système digestif voire le développement d’intolérances.

  • Son alimentation est-elle trop riche en amidon ? En effet, le système digestif des chiots est encore immature et ils n’ont pas les capacités des adultes pour valoriser notamment l’amidon. 
  • Son alimentation contient-elle des aliments peu digestibles ? A ne pas négliger, car cela peut créer des troubles digestifs chez le chiot qui pourront le poursuivre une fois adulte ! 

Une fois arrivé chez vous, si le régime de votre chiot ne lui convient pas en terme de digestibilité ou ne vous convient pas en terme de qualité, n’hésitez pas à vous poser pour lui changer son alimentation vers un aliment plus qualitatif, plus digestible (donc faible ne fibres), riche en protéines et en matières grasses, contenant entre 1 et 1,5% de calcium, et peu de glucides (< à 35%)... La difficulté est de trouver un aliment suffisamment complet qui prenne en compte les 40 nutriments indispensables avec des bons ratios entre eux, sachant qu'ils ne sont pas toujours détaillés sur les étiquettes !


Découvrez l'alimentation enfin sur-mesure 

pour votre chien

La plupart du temps, le propriétaire novice s'en remet aux conseils de l'éleveur, du particulier ou de la structure chez qui il a acheté ou adopté son jeune animal. Le problème peut être double : soit ces conseils ne sont pas si adaptés que cela à l'animal... soit il n'y en a pas eu du tout, et c'est au propriétaire de se débrouiller seul avec le peu de notions dont il dispose !

Trouver la bonne alimentation ? C'est du sur-mesure !

Définir le bon régime alimentaire pour son chiot est chose complexe, puisque cela dépend non seulement de la race et du sexe du chien, mais aussi de son activité, s'il a été stérilisé ou non, de son poids à l'âge où vous l'adoptez... Chaque individu aura des besoins différents et il est ainsi souvent conseillé de se référer à son vétérinaire pour l'alimenter selon ses besoins.

Quelques caractéristiques sont néanmoins communes à tous les individus. Le chiot digère très bien les protéines et les lipides, mais beaucoup moins facilement l’amidon des croquettes. A 2 mois, ses capacités de digestion de l’amidon via l’activité de son amylase pancréatique ne sont fonctionnelles qu’à 40 à 50% en moyenne. Il a donc besoin d’un menu très digeste, avec des quantités en fibres minimales, pauvre en glucides et riche en protéines et en matières grasses pour valoriser correctement son alimentation.

D’ailleurs, les chiots ont des besoins en protéines bien plus importants que les adultes pour soutenir leur développement. La pâtée complète de qualité, riche en viande, en graisses et très pauvre en fibres et en glucide est donc un aliment de premier choix souvent très bien assimilé.

 

Petit guide pratique pour bien nourrir son chiot

En règle général, vous accueillerez votre jeune compagnon lorsqu'il aura passé l'âge de 2 mois. Distribuez la ration quotidienne en 3 à 4 repas au moins, jusqu’à l’âge de 5 à 8 mois, puis en 2 repas jusqu’à l’âge adulte. Laissez de l’eau disponible à volonté.


1. Quelle quantité ?

Difficile à dire, puisque cela dépend non seulement de la race et du sexe du chien, mais aussi son activité, s'il a été stérilisé ou non, de son poids à l'âge où vous l'adoptez... C’est un vrai casse-tête tant pour le propriétaire que pour le vétérinaire, car les besoins énergétiques du chiot évoluent au cours de sa croissance et dépendent en grande partie de son poids optimal une fois adulte : du double jusqu’à ses 3 mois, celui-ci n’est plus que 10% supérieur par rapport à l’adulte une fois son pic de croissance passé. On estime en général que donner une boîte d'aliment humide ou une ration ménagère correspond (en grammes d'aliments par jour) à 4 fois la quantité de croquettes, en raison de leur teneur en eau.

Passé 6 mois, un chiot de moins de 10kg à l’âge adulte à largement dépassé son pic de croissance (et à pratiquement atteint sa taille adulte). Il a donc besoin d’uniquement que de 10% de plus de nourriture qu’à son âge/taille adulte (aux alentours de 8/10 mois).


2. Quels aliments ?

Si votre chiot valorise bien son alimentation et qu’il vous fait de belles selles bien moulées, n’hésitez pas à l’habituer à manger de tout en douceur ! Pâtée complémentaire ou complète de qualité, morceaux de viande ou de poisson, légumes ou fruits en petits morceaux, yaourt nature : plus tôt on démarre positivement, et mieux ça sera pour sa vie d’adulte en bonne santé.


3. Quels compléments alimentaires ?

Depuis une dizaine d’années, il est proposé de plus en plus souvent d’apporter des acides gras poly-insaturés de la série des oméga 3 que l’on trouve notamment dans l’huile de poisson pour améliorer la fonction cognitive des chiots.

Attention à ne pas supplémenter des chiots en croissance - nourris par un aliment complet - en minéraux notamment calcium et en vitamine notamment la vitamine D, au risque de créer des déséquilibres voire des troubles ostéo-articulaires. Les chiots de moins de 6 mois sont en effet incapables de se protéger vis-à-vis d’un excès de calcium ; au sevrage, au moins 50 % du calcium est absorbé, quelle que soit la quantité ingérée. On peut donc très vite arriver à un trop. Et ce trop de calcium peut ralentir le remodèlement du squelette et conduire au développement d’une ostéo-chondrose.


4. Combien de repas quotidiens ?

Mieux vaut nourrir votre chiot avec au moins 2 à 3 repas par jour. Il a en effet une capacité digestive réduite par rapport à l’adulte et doit souvent ingérer des quantités d’aliments supérieures pour assurer sa croissance. Passé 6 à 8 mois, il sera possible de diminuer à 1 ou 2 repas par jour en fonction du chien et de son environnement (même si 2 repas resteront toujours plus digestes qu’un seul).


5. Eviter le surpoids !

Pour adapter au mieux son alimentation, il est préférable de se faire accompagner par un professionnel et de le peser régulièrement pour moduler ses rations au plus près de ses besoins tout en limitant le surpoids. Car contrairement aux idées reçues, il vaut mieux que votre chiot soit un peu trop maigre que l’inverse. Le surpoids prédispose en effet à de nombreux troubles de croissance et de pathologies souvent sous- estimées tant que l’animal est jeune.


Les chiot de grande race (> à 25kg adultes) doivent idéalement grandir le plus progressivement possible car leur croissance peut se prolonger jusqu’à 24 mois pour les plus grands gabarits. Afin de ne pas précipiter la croissance et de ne pas apporter trop de minéraux en excès (ce qui pourrait être préjudiciable au développement optimal de l’animal), mieux vaut privilégier des références d’aliments avec des teneurs modérées en minéraux et en matières grasses. Le complémenter en chondroprotecteur sera toujours bienvenu pour favoriser le bon développement de ses articulations.


Attention à bien regarder la composition et les taux de la référence de croquettes que vous souhaitez donner à votre chiot ou à vous faire conseiller par un professionnel en santé ou nutrition animal comme votre vétérinaire. On songe parfois à donner des croquettes pour adulte à des chiots grandes races en croissance sous prétexte qu’elles sont moins riches. Car ce n’est pas forcément le cas. Et pire : la réglementation encadre les teneurs en minéraux des chiots pour limiter les soucis de croissance, elle est par contre beaucoup plus souple avec les produits pour chien adulte !


Le cas particulier des chiots de grande race

Les oreilles des chiots à oreilles droits (comme le berger allemand) se redressent naturellement petit à petit. Si celles-ci ne se redressent pas ou mal, la cause n’est en rien liée à une carence en calcium ou à la pousse des dents - de toute façon il n’y a pas d’os mais du cartilage dans les oreilles - mais à la teneur insuffisante en protéines de qualité de l’aliment donné par rapport aux besoins du chiot. Le passage à un aliment de meilleur qualité dont le RPC (ratio protido calorique) est plus élevé fait souvent merveille.

 Le saviez-vous ?

en pleine forme

Il fait le plein d'énergie à chaque repas.

avec le bon poids

Il digère de façon optimale.

moins malade

qui vit plus longtemps

plus dynamique

mieux dans sa tete

Un chien sain dans un corps sain.

Il développe ses défenses immunitaires.

Adieu les risques d'obésité.

Et son poil devient plus beau.

UN CHIEN PARFAITEMENT NOURRI, 

C'EST UN CHIEN...

SON ALIMENTATION PARFAITE ?

en 3mn !