L’HÉPATITE DE RUBARTH CHEZ LE CHIEN : CAUSES, SYMPTÔMES ET TRAITEMENT

L’hépatite de Rubarth, aussi connue sous le nom d’adénovirose canine ou d’hépatite contagieuse canine, est une maladie infectieuse particulièrement contagieuse, et très dangereuse pour la santé du chien. Bien que relativement rare en France, cette maladie n’est surtout pas à négliger. Quels sont les symptômes de l’hépatite de Rubarth ? Comment la soigner, et surtout, comment la prévenir ?

Qu’est-ce que l’hépatite de Rubarth chez le chien ?

L’hépatite de Rubarth est une maladie provoquée par un virus, le virus de l’adénovirus canin de type 1. Particulièrement contagieuse, cette maladie se fait par contact direct entre les animaux, entre chiens, bien entendu, mais également au contact d’un renard. En effet, l’hépatite de Rubarth touche non seulement les chiens, mais également les renards, les loups ou encore les ours. Si les rencontres avec ces deux dernières espèces sont très rares en France, celles avec des renards sont beaucoup plus communes, surtout chez les chiens de chasse.

L’hépatite de Rubarth peut également se transmettre au contact d’urine, de salive ou d’excréments d’un animal malade, ainsi que par des surfaces souillées par le virus. C’est ce large spectre de contamination qui la rend particulièrement redoutable, surtout dans les espaces à forte concentration canine, comme les élevages, les pensions, les chenils ou les meutes de chiens de chasse.

Autre facteur d’inquiétude : malgré la guérison, un chien peut continuer à excréter le virus pendant plusieurs semaines. Il reste donc contagieux ! D’autres animaux sont porteurs sains. Ils ne contractent aucun symptôme, mais peuvent transmettre l’adénovirose à d’autres chiens.

L’adénovirus est particulièrement dangereux, car il est résistant en milieu extérieur et n’est sensible ni au froid, ni aux acides, ni à l’éther. En revanche, il ne résiste pas à la Javel ou à la chaleur.

OFFRE D'ESSAI

Votre 1er mois de croquettes à -50%

Testez la qualité de nos croquettes préparées sur mesure, adaptées aux besoins uniques de votre chien. 30 jours de croquettes inclus. Livraison incluse. Sans engagement.

RECEVOIR MON COLIS 📦

Quels sont les symptômes de l’hépatite de Rubarth chez le chien ?

La période d’incubation de l’hépatite de Rubarth est en général de trois à six jours après pénétration du virus dans l’organisme, qui s’attaque alors à de nombreux organes, comme le foie, les poumons ou le cerveau. L’adénovirose touche principalement les très jeunes chiens. Les principaux symptômes de la maladie sont :

  • La fièvre,
  • Les diarrhées,
  • Les vomissements,
  • L’abattement et l’apathie,
  • Une uvéite,
  • Des pétéchies, de petites hémorragies provoquées par la rupture de vaisseaux sanguins,
  • Des douleurs abdominales,
  • Une jaunisse, appelée ictère,
  • Une inflammation des amygdales,
  • Une augmentation du volume des ganglions,
  • Une anorexie.

D’autres symptômes, comme des glaucomes, un nystagmus, un problème de coordination des membres, peuvent apparaître. Dans tous les cas, il est indispensable de consulter le plus rapidement un vétérinaire. Ces symptômes peuvent aussi être le signe d’une maladie tout aussi grave que l’hépatite de Rubarth.

Le diagnostic de l’hépatite de Rubarth chez le chien

Le diagnostic de la maladie passe par un examen chez le vétérinaire, qui recoupera rapidement les différents signes et symptômes entre eux. Sachez qu’il existe une forme foudroyante de la maladie : l’animal décède parfois en moins de 48 heures, malgré la mise en place de traitement.

Quel est le traitement contre l’hépatite de Rubarth ?

Malheureusement, il n’existe aucun traitement antiviral contre l’adénovirose. Aucun antibiotique ne peut en venir à bout. Il faut alors passer par d’autres traitements afin de lutter contre les manifestations de l’hépatite de Rubarth.

Le vétérinaire, en fonction de la situation, peut ainsi prescrire des transfusions afin de réhydrater l’animal, des antidiarrhéiques ou des médicaments hépatiques. Il n’est pas rare que le chien doive rester en observation à la clinique afin de surveiller l’évolution de la maladie. Il est très important d’isoler l’animal et le placer en quarantaine pour éviter la contagion. 

Le pronostic dépend de plusieurs facteurs : la vitesse de prise en charge de la maladie, ainsi que l’âge du chien. Plus l’animal est jeune et plus le pronostic est sombre. Chez les chiots nouveau-nés, l’hépatite de Rubarth est hélas mortelle dans 100 % des cas. Chez les chiens plus âgés non vaccinés, le taux de mortalité oscille entre 10 et 30 % des cas.

"DES MILLIERS DE RECOMMANDATIONS !"
Voir les témoignages