QUELLE EST L’ESPÉRANCE DE VIE DU SPITZ NAIN ?

Robuste malgré sa petite taille, le Spitz nain fait partie des races de chien qui restent à nos côtés le plus longtemps. Bien entendu, il n’est pas non plus à l’abri de certaines maladies, qu’il convient de connaître avant toute adoption.

L’espérance de vie du Spitz nain

L’espérance de vie moyenne du Spitz nain se situe entre 14 et 16 ans. C’est une belle longévité et deux fois plus, ou presque, que certaines races de chien géant comme le Bouvier bernois, qui, hélas, ne vit en moyenne que 7 ans. Les races de petits chiens sont en général plus robustes et certains individus peuvent parfois vivre jusqu’à 17 ou 18 ans. C’est d’ailleurs le cas du Spitz nain ! Bien entendu, votre toutou n’est pas non plus à l’abri d’une maladie comme les cancers ou les accidents, mais il a cependant plus de chance de rester à vos côtés que d’autres races.

Comment prolonger l’espérance de vie de votre Spitz nain ?

Vous pouvez améliorer la qualité de vie de votre compagnon à quatre pattes et préserver sa santé en prenant quelques précautions très simples à mettre en place.

Attention à l’alimentation !

Choisissez une nourriture de qualité pour votre chien. Les croquettes pour Spitz nain doivent impérativement contenir des protéines d’origine animale, et non pas végétale. Évitez donc d’acheter en supermarché, où les produits proposés sont de très mauvaise qualité et ne répondent pas du tout aux besoins nutritionnels de votre compagnon à quatre pattes. Préférez des croquettes peut-être un peu plus chères, mais de bien meilleure qualité. Vérifiez les étiquettes et apprenez à décrypter les indications des fabricants. Évitez les produits (croquettes ou pâtées) contenant des édulcorants ou des conservateurs. Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi faire appel à un service de croquettes sur-mesure, qui vous permettra d’adapter parfaitement l’alimentation de votre chien à ses besoins. Sinon, pourquoi ne pas vous tourner vers la ration ménagère ou le BARF ? Demandez cependant toujours conseil à votre vétérinaire avant de vous lancer dans de tels régimes pour votre Spitz nain.

Consultez chaque année le vétérinaire

Un suivi vétérinaire régulier est important. Effectuez les rappels de vaccins chaque année pour protéger efficacement votre Spitz nain et n’oubliez pas non plus de le protéger contre les parasites comme les tiques, les puces et les vers. Demandez au spécialiste de vérifier aussi l’état des dents de l’animal et d’effectuer un détartrage s’il le faut.

Éduquez correctement votre chien

De prime abord, l’éducation du Spitz nain n’a pas grand-chose à voir avec son espérance de vie. Détrompez-vous ! En effet, le dressage et l’apprentissage participent entièrement à préserver votre chien des accidents. Le rappel et la marche en laisse, notamment, vous permettent de contrôler votre Spitz nain et d’éviter les accidents. Apprenez à votre chien à s’arrêter lorsque vous le lui demandez et à ne pas manger tout ce qui lui tombe sous la truffe pour éviter les empoisonnements.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Quelles sont les maladies fréquentes chez le Spitz nain ?

Malgré sa santé solide, la race de chien Spitz nain n’est pas non plus épargnée par certaines maladies.

  • La persistance du canal artériel : il s’agit d’une malformation cardiaque d’origine congénitale, que l’on retrouve plus chez la femelle que chez le mâle. Cette pathologie se caractérise par un défaut de fermeture du canal artériel, qui relie l’aorte et l’artère pulmonaire. Il existe plusieurs degrés de la maladie, du simple souffle au cœur à l’insuffisance cardiaque ou encore un retard de croissance. Le traitement, qui consiste à ligaturer le canal artériel, est chirurgical.

  • L’hypothyroïdie : elle se caractérise par un problème de fonctionnement de la glande thyroïde, attaquée par l’organisme. Un défaut dans la production d’hormones thyroïdiennes provoque un dérèglement du métabolisme, qui peut alors conduire à une prise de poids. L’hypothyroïdie peut être contrôlée par la prise d’hormones.

  • La luxation de la rotule : elle provoque une boiterie gênante pour l’animal et se soigne grâce à des traitements médicaux et chirurgicaux, qui dépendent avant tout de la gravité de la luxation.

  • L’hydrocéphalie congénitale : il s’agit d’une dilatation des ventricules cérébraux en raison d’une accumulation de liquide céphalo-rachidien. Cette pathologie se caractérise par des signes neurologiques, des troubles du mouvement ou de la vision. Le traitement est médical ou chirurgical.

  • Le collapsus trachéal : il s’agit d’un effondrement progressif de la trachée, qui entraîne sa fermeture. Cette pathologie, qui touche très souvent les races de petit chien, se caractérise par des troubles respiratoires et des troubles de la déglutition.

  • L’atrophie progressive de la rétine : sans traitement, cette maladie se caractérise par une dégénérescence progressive de la rétine, qui conduit indubitablement à la cécité de l’animal quelques mois après le diagnostic. Elle n’est pas douloureuse, mais demandera des ajustements pour maintenir la qualité de vie de votre chien.