SETTER ANGLAIS : SA SANTÉ

Le Setter Anglais est un chien endurant et résistant, ce qui lui confère une bonne espérance de vie. Pour que la santé du Setter anglais reste excellente, ce chien a besoin d’activités physiques, d’une alimentation adaptée et de soins réguliers.

Santé du Setter Anglais : points forts

Le Setter Anglais est un chien athlétique à la musculature développée. La race n’est prédisposée à aucune pathologie cardiaque ou respiratoire. En outre, ce chien n’est pas non plus sujet aux retournements d’estomac - un trouble digestif qui se retrouve fréquemment chez les chiens de moyenne et grande taille. La santé du Setter anglais est donc particulièrement solide.

La qualité de l’alimentation du Setter Anglais ainsi que son mode de vie jouent un rôle prépondérant sur la santé de ce chien. Des activités physiques quotidiennes et des apports nutritionnels adaptés sont essentiels pour qu’il reste en bonne santé.

Santé du Setter Anglais : points faibles

Certaines maladies sont fréquentes chez le Setter Anglais. C’est le cas, par exemple, de la surdité congénitale qui a été retrouvée chez plus de 12 % des chiens enrôlés dans une étude réalisée en 2010 par l’Université de Louisiane. De même, cette race est prédisposée à la thyroïdite auto-immune qu’on retrouve chez plus de 25 % des individus.

Les troubles articulaires sont aussi le talon d’Achille de ce chien, et en particulier la dysplasie de la hanche et du coude. Certaines organisations d’éleveurs exigent que les chiens soient dépistés tant ce trouble est fréquent. C’est un des problèmes majeurs de la santé du Setter anglais.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Les maladies du Setter Anglais ?

La santé du Setter anglais est touchée par plusieurs maladies, dont certaines peuvent être très handicapantes.

👉 Dysplasie de la hanche

La dysplasie de la hanche est un trouble des articulations fréquent chez les chiens de moyenne et grande taille. Dans la majorité des cas, ce trouble a une origine héréditaire et fait son apparition durant la période de croissance du chiot. Il est caractérisé par un défaut de formation de la hanche qui se transforme, peu à peu, en arthrose du chien.

C’est la raison pour laquelle il est conseillé de faire très attention à la qualité et à la composition de la nourriture du chiot. Des apports inadaptés en protéines ou en minéraux, ou une prise de poids trop rapide, contribuent au développement de ce trouble.

Un suivi vétérinaire est nécessaire car la dysplasie de la hanche peut être très douloureuse. Il existe plusieurs traitements allant du suivi médical avec une adaptation du mode de vie aux opérations chirurgicales.

👉 Thyroïdite auto-immune

La thyroïdite auto-immune est une maladie chronique au cours de laquelle le corps attaque et détruit les cellules de la glande thyroïde. Comme dans toutes les maladies auto-immunes, il s’agit d’une réponse inappropriée du corps qui va le conduire à produire des anticorps contre ce qu’il identifie, à tort, être une menace.

Cette pathologie héréditaire est la première cause d'hypothyroïdie chez ce chien. Elle se manifeste généralement lorsqu’il a entre trois et huit ans. On observe d’abord une lente dégradation de la qualité et de l’apparence de son pelage qui engendre souvent une recrudescence des maladies de peau du chien. Cette période est suivie par un ralentissement du métabolisme qui se traduit par une baisse d’activité, une sensibilité au froid ou une raideur musculaire.

Le diagnostic est réalisé au moyen d’un dosage des hormones thyroïdiennes. Un traitement est ensuite mis en place. Il consiste à remplacer l’hormone déficiente par une hormone de synthèse. Ce traitement est disponible sous forme de comprimés et doit être donné à vie. Des contrôles sanguins réguliers permettent de s’assurer de son efficacité et d’ajuster le dosage si nécessaire.

👉 Cancer

Un sondage du Kennel Club UK a montré que le cancer est la première cause de mortalité chez ce chien. La santé du Setter anglais est très exposée à ce risque de maladie. Elle survient plus fréquemment chez les chiens âgés de 10 ans et plus. Les tumeurs cérébrales et hépatiques sont les plus fréquentes.