POMSKY

Connaissez-vous le Pomsky ? Il s’agit d’une race de chien très récente, créée à partir d’un croisement entre un Poméranien et un Husky ! En quelques années, le Pomsky est devenu très populaire aux États-Unis. Découvrez les caractéristiques de cette race pas comme les autres.

Un peu d’histoire

Le Pomsky est né en 2012 de l’autre côté de l’Atlantique. Le projet du Pomsky a cependant germé dans la tête de ses créatrices, Tressa Peterson et Joline Philipps, en 2009. Les deux éleveuses croisent un mâle Poméranien et une femelle Husky et donnent le nom de Pomsky aux chiots. Le succès de la race est immédiat aux États-Unis, et on compte désormais plus d’une trentaine d’élevages. En revanche, le Pomsky est beaucoup plus confidentiel en Europe, d’autant qu’il n’existe aucun standard, la race n’étant pas reconnue. Il est donc difficile d’être certain d’obtenir un vrai Pomsky, et il convient donc de se montrer particulièrement prudent.

Caractéristiques physiques

Cette race de chien possède à la fois les particularités du Husky et du Poméranien, ce qui fait tout son charme, mais saviez-vous qu’il existait différentes tailles de Pomsky ? On compte en effet trois variétés de Pomskies : petite, moyenne et grande. La taille adulte du Pomsky peut osciller entre 20 et plus de 40 centimètres au garrot, en fonction de la variété du chien. Le Pomsky peut donc être à la fois un chien de taille moyenne, un petit chien ou un chien nain. Il en va de même pour le poids : entre 2 kg pour les individus les plus petits et 20 kg pour les individus les plus grands.

Le Pomsky n’étant pas reconnu par la Fédération Cynologique Internationale, il n’appartient à aucune catégorie de chiens et ne porte aucun numéro.

Corps : le corps du Pomsky est bien solide et équilibré, plutôt lourd pour sa petite taille. 

Tête : la tête est arrondie au niveau du sommet, petite et harmonieuse avec le reste du corps. 

Oreilles : de forme triangulaire, elles sont petites, épaisses et bien fournies. Elles pointent vers l’avant.

Yeux : ils sont en forme d’amande, légèrement obliques. Les couleurs acceptées sont le bleu, le marron et les yeux vairons.

Queue : elle est bien fournie en poils, et lorsque le chien est en action, elle se recourbe sur le dos.

Poil : le Pomsky possède un pelage double. Sa fourrure de couverture est longue ou mi-longue. Son sous-poil est dense et le protège bien des intempéries.

Couleur : toutes les couleurs sont admises pour le Pomsky.

Caractère

Établir un tempérament applicable à tous les Pomskies est assez difficile, car plusieurs paramètres sont à prendre en compte. Encore aujourd’hui, il est presque impossible de donner une liste précise, car la race est très récente et pas encore tout à fait fixée. De plus, le caractère du Pomsky peut grandement varier d’un individu à un autre, en fonction du pourcentage de Husky ou de Poméranien. Certaines qualités semblent cependant ressortir plus que les autres. Le Pomsky serait ainsi un chien :

  • Tranquille

  • Joyeux

  • Intelligent

  • Fidèle

  • Affectueux

Il serait également très attaché à son maître et se montre plutôt sociable. C’est un toutou dynamique, à l’image des deux races dont il est issu. C’est un excellent chien de compagnie.

Comportement avec les autres

Le Pomsky peut se montrer un peu ronchon face aux enfants, surtout si du sang de Spitz coule dans ses veines, et il n’est pas particulièrement amical avec les chats, les chiens et les autres animaux. Si vous avez un autre animal de compagnie, montrez-vous prudent. Ce n’est pas un chien de garde, mais c’est un excellent chien d’alarme, qui se met à aboyer pour donner l’alerte, et il est plutôt méfiant avec les étrangers, sans pour autant être agressif.

Compatibilité

Le Pomsky peut convenir à plusieurs types de famille. Il est cependant important de prendre en compte son ascendance et de savoir s’il tient plus du Husky ou non, car les besoins ne seront pas toujours les mêmes. Certains toutous devront se dépenser plus longuement que d’autres, et leurs maîtres doivent donc être capables de s’en occuper correctement.

Santé

À l’heure actuelle, on manque encore beaucoup de recul sur la santé du Pomsky, et il est donc difficile de se prononcer sur la solidité de la race. Le Husky et le Spitz nain sont tous les deux des races de chiens robustes, mais il n’est pas certain que cette robustesse ait été transmise au Pomsky. D’autant que cela peut aussi supposer que le Pomsky a également hérité des problèmes de santé propres à ces deux races. On estime son espérance de vie entre 12 et 15 ans, ce qui est très correct, mais là encore, difficile d’avoir le recul nécessaire alors que la race n’a été créée qu’en 2012. Sachez cependant que l’on dit souvent que les petits chiens vivent plus longtemps que les autres.

Si l’on se base sur le Husky et le Poméranien, les éventuelles maladies du Pomsky pourraient être :

  • La cataracte : la cataracte est une maladie oculaire qui se caractérise par une opacification progressive du cristallin. Cette opacification est visible, car un voile semble se poser sur l’œil. Ce n’est pas une maladie à prendre à la légère, et il faut consulter au plus vite. La cataracte peut en effet mener à une cécité complète. Un traitement chirurgical existe pour remplacer le cristallin touché.

  • La dysplasie de la hanche : cette maladie articulaire touche surtout les races de chien de moyenne taille et les races de grands chiens. Il s’agit d’une déformation de l’articulation de la hanche, qui, à terme, finit souvent par entraîner une immobilité si rien n’est fait pour stopper la maladie. La dysplasie de la hanche est souvent héréditaire, mais elle peut aussi être circonstancielle si le chiot est trop sollicité durant sa croissance.

  • L’alopécie : il s’agit d’une dépilation d’une zone de poils plus ou moins grande. Il n’existe pas de traitement pour lutter contre l’alopécie, mais il est possible de ralentir la chute des poils. Le chien ne souffre pas et sa santé n’est pas mise en danger. Il vaut simplement veiller à bien le protéger du soleil, car sa fourrure ne fait plus écran avec les rayons.

Conditions de vie

On dit souvent que le Husky n’est pas une race de chien capable de vivre en appartement, à moins que son maître ait suffisamment de temps à lui consacrer chaque jour. C’est en effet un animal très énergique qui a d’importants besoins en dépenses physiques. À l’inverse, le Poméranien est un chien de petite taille, beaucoup plus apte à vivre dans des logements à la surface réduite. Si vous vivez en appartement, pouvez-vous adopter un Pomsky ? Eh bien, rassurez-vous, le Pomsky est tout à fait apte à vivre en appartement ! Il aura aussi besoin de se dépenser, mais la vie dans ce type de logement ne devrait pas lui poser problème tant que vous lui consacrer suffisamment de temps. Bien sûr, le Pomsky sera aussi très heureux dans une grande maison avec un jardin.

Éducation

Le Husky comme le Poméranien ne sont pas toujours les races de chiens les plus faciles à éduquer. En réalité, sa facilité d’éducation dépend aussi du pourcentage de Husky ou de Poméranien que possède votre toutou. S’il a surtout pris du Husky, son dressage ne sera clairement pas une mince affaire. Ce type de chien sera plus indépendant, et vous devrez donc vous montrer patient avec lui. À l’inverse, un Pomsky qui tient plus du Spitz allemand sera un peu plus réceptif, même s’il possède aussi le caractère parfois têtu de son illustre ancêtre. Dans les deux cas, procédez avec méthode et ne vous énervez pas pour oui ou pour un non. La patience est la clé de l’éducation canine. Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à faire appel à un éducateur canin pour vous aider.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Alimentation : bien nourrir son Pomsky

L’alimentation d’un chien a un impact direct sur sa santé. C’est pour cette raison qu’il faut se montrer très sérieux et appliqué au moment de choisir la nourriture de votre Pomsky. Aujourd’hui, il est souvent très difficile d’y voir clair parmi l’offre colossale proposée aussi bien sur Internet, qu’en magasin ou chez le vétérinaire. Alors comment être certain de faire le bon choix ? Voici nos conseils.

Il est impératif de bien savoir lire et décrypter les étiquettes des croquettes ou des pâtées que vous souhaitez acheter. En effet, c’est la seule manière d’être certain de ce que vous donnez à votre Pomsky. Les compositions sont très variables, et l’on trouve du très bon comme du très mauvais. Voici les éléments qui doivent retenir votre attention :

  • Les protéines : les protéines sont très importantes dans l’alimentation d’un chien. Elles doivent être de la meilleure qualité possible, et surtout, être en majorité d’origine animale. N’oubliez pas que votre Pomsky reste un carnivore, même s’il peut, à l’occasion, manger des fruits ou des légumes. Le taux de protéines idéal doit être supérieur à 28%.

  • Les glucides : les glucides ne sont pas l’ennemi à abattre et vous ne devez pas à tout prix chercher à les éliminer de l’alimentation de votre toutou. Cependant, il faut quand même veiller à ce que le taux de glucides ne soit pas trop élevé non plus, afin de ne pas favoriser le développement de l’obésité.

  • Les minéraux : attention à ce que la teneur en minéraux, aussi appelée taux de cendres, ne dépasse pas 10%.

  • Les additifs : vérifiez la présence d’additifs, d’exhausteurs de goût, de conservateurs ou d’édulcorants dans les croquettes et les pâtées. Bien entendu, écartez les produits qui en sont bourrés. Sachez que plus une composition est longue, plus vous devez vous méfier.

L’alimentation de votre Pomsky ne doit pas rester figée dans le temps. Elle doit en effet s’adapter à l’âge de votre chien, mais également à ses besoins nutritionnels, qui changent en fonction de l’état de santé de l’animal. Un petit chiot ne mange pas la même chose qu’un chien stérilisé ou qu’un chien senior. Consultez votre vétérinaire si vous pensez qu’il est temps de changer le contenu de la gamelle de votre Pomsky. Ne prenez pas cette décision de votre propre chef. Vous pouvez également avoir recours à des compléments alimentaires pour cibler des problèmes bien précis chez votre toutou, mais là encore, il est primordial de demander son avis à un spécialiste avant de vous lancer.

Il arrive que certains propriétaires ne souhaitent pas donner de l’alimentation industrielle à leur chien. Si c’est votre cas, ne vous inquiétez pas. Des solutions existent.

  • La ration ménagère : ce régime consiste à donner de la viande et des légumes cuits à votre Pomsky. Renseignez-vous bien pour être certain de respecter les besoins nutritionnels de votre chien. Ayez aussi connaissance de la liste des aliments toxiques pour nos compagnons à quatre pattes afin d’éviter les erreurs dramatiques.

  • Le régime BARF : ce régime très particulier consiste à nourrir votre Pomsky à l’aide de viande crue et de quelques légumes cuits. Le régime BARF ne doit surtout pas être commencé sans l’avis préalable d’un vétérinaire ! 

Entretien et hygiène du Pomsky

  • Vaccins : 50 à 90 euros

  • Alimentation : 60 à 100 euros

  • Budget mensuel : 70 à 110 euros

Le Pomsky est un chien de type nordique, en raison de sa parenté avec le Husky sibérien. Il a donc tendance à perdre beaucoup de poils. Il faudra veiller à bien le brosser, surtout en période de mue au printemps et à l’automne : le brossage devra être quotidien. Munissez-vous des outils adéquats afin de ne pas blesser votre Pomsky, et surtout, évitez les gestes trop brusques. Le poil long de ce toutou demande de la délicatesse.

Vous n’avez pas besoin de laver votre chien très souvent. Il est conseillé d’éviter la répétition des bains, car celle-ci favorise l’apparition des problèmes dermatologiques chez le chien. Là encore, choisissez les bons produits : ils doivent être adaptés aux chiens, car le pH de ces derniers est différent du nôtre. Ne choisissez surtout pas des produits dans votre propre salle de bain ! Lavez votre Pomsky avec une eau tiède et séchez-le avec une serviette, ou s’il l’accepte, avec un sèche-cheveux réglé sur une température basse ou moyenne.

Les soins du Pomsky doivent être complétés par un nettoyage des dents, des oreilles et des yeux. Apprenez à votre petit chiot à accepter la brosse à dents dès son plus jeune âge, et utilisez un dentifrice créé spécialement pour les chiens. Inspectez ses oreilles à la recherche d’éventuels parasites ou débris, et utilisez une lotion auriculaire spéciale pour les nettoyer. Enfin, nettoyez les yeux de votre toutou à l’aide de sérum physiologique ou d’une lotion spéciale. Si possible, le nettoyage doit avoir lieu une fois par semaine.

Votre Pomsky doit être examiné au moins une fois par un an par un vétérinaire. C’est le meilleur moyen de vous assurer qu’il est en bonne santé. Profitez-en pour faire tous les rappels de vaccins, ainsi que pour lui administrer les antiparasitaires et les vermifuges nécessaires.

Prix du Pomsky

Le prix d'achat moyen d’un Pomsky s’élève entre 2000 et 4000 euros. C’est donc un chien particulièrement cher, en raison de sa rareté en France. Cependant, n’oubliez pas que le Pomsky n’est pas une race reconnue officiellement par le LOF, peu importe son pedigree. Même si votre chien est cher à l’achat, cela n’en fait pas de lui un chien de race au sens strict du terme. Renseignez-vous bien sur les élevages et visitez-en plusieurs avant de vous décider. Posez des questions à l’éleveur pour savoir s’il connaît bien son métier ou non. Il y a très peu de chances que vous trouviez des Pomskies dans des refuges ou des associations. Faites bien attention aux petites annonces sur Internet. En raison du vide qui entoure cette race, vous n’avez aucune garantie de tomber sur une personne sérieuse et bien renseignée sur le Pomsky, surtout si le prix paraît vraiment trop bas pour être honnête.

Sommeil

Si vous souhaitez acheter un panier à votre Pomsky, quelques recommandations d’usage s'imposent. La règle d’or est de toujours acheter un panier adapté aux dimensions de l’animal. ll est tout à fait inutile de choisir un panier trop grand en pensant faire plaisir à votre chien, tout comme un panier trop petit ne sera pas confortable pour lui.

Attention également au matériau choisi. Si votre Pomsky a des tendances à la destruction ou s’il aime mordiller tout ce qui lui tombe sous les crocs, choisissez un panier en plastique, plus solide et également plus facile à laver. Sinon, vous pouvez vous tourner vers des paniers en tissu et en cuir, qui ont l’avantage d’être un peu plus confortables. Dans tous les cas, évitez les paniers en osier : une fois détruits, ils peuvent provoquer un étouffement ou une occlusion intestinale.

Installez votre chien dans un endroit calme et loin du passage. Il doit pouvoir s’y reposer sans crainte d’être dérangé. Si vous avez des enfants, apprenez-leur à bien respecter le sommeil de votre Pomsky. Ne placez pas le panier en hauteur : c’est le meilleur moyen de provoquer des douleurs articulaires chez votre chien.

Le Pomsky peut-il dormir dehors ? La plus grande variété de Pomsky pourra en effet rester dans votre jardin à condition que vous lui achetiez une niche adaptée. Là encore, privilégiez les niches correspondant aux dimensions de votre toutou. Achetez une niche en bois, mieux isolée et plus solide sur le long terme, et installez-la dans un coin dégagé de votre terrain. Celui-ci doit être parfaitement clôturé pour éviter les fugues ! Pour les variétés plus petites de Pomsky, réfléchissez bien. Un chien de cette taille est facile à voler. Ne prenez pas de risque et gardez-le plutôt à l’intérieur de votre logement.

Jeux et activités physiques pour Pomsky

Le niveau d’énergie du Pomsky dépend de son pourcentage de Husky ou de Poméranien, même si dans les deux cas, vous aurez quoi qu’il arrive un toutou avec de l’énergie à revendre. Ce n’est pas du tout un animal fait pour rester inactif, et il a besoin de se dépenser chaque jour. Les Pomskies de grande taille seront plus endurants que les autres, mais même les petits Pomskies et les Pomskies nains doivent aussi profiter de bonnes promenades. 

Prévoyez assez de jeux et de jouets pour votre toutou, surtout si vous comptez le laisser seul quelques heures. L’ennui est le pire ennemi du chien, et ce, peu importe la race. Achetez des jouets d'intelligence et consacrez assez de temps chaque jour à votre Pomsky. N’hésitez pas à faire des activités avec lui, comme l’agility ou l’obé rythmée. Votre chien prendra aussi un grand plaisir à vous suivre lors de vos randonnées.

Assurance : bien protéger son Pomsky

Bien que la race ne soit pas reconnue en France, le Pomsky n’est de toute façon ni un chien de chasse, ni un chien de catégorie. Pour cette raison, il n’a pas besoin d’une assurance spéciale. Les animaux de compagnie sont en général déjà couverts par les assurances de responsabilité civile, que l’on trouve notamment dans les assurances habitations. Ce type d’assurance assure les membres dépendants de votre foyer : enfants comme animaux. Ces membres dépendants sont sous votre responsabilité, et c’est donc vers vous que l’on se tournera en cas d’accident. En fonction de votre contrat, vous serez remboursé d’un certain montant, si votre petit Pomsky venait à commettre des dégâts sur autrui ou sur les biens d’autrui. 

Lisez bien votre contrat pour prendre connaissance des conditions de remboursement, car elles varient d’une compagnie d’assurance à une autre. Il n’est d’ailleurs pas rare que les organismes rechignent à vous rembourser s’ils considèrent que l’origine de l’accident est due à une négligence de votre part. Prenez connaissance des clauses d’exclusion pour ne pas vous retrouver démuni. Enfin, gardez en tête que ce type de contrat ne servira à rien si c’est votre Pomsky lui-même qui subit des dégâts ou un accident. Dans ce genre de cas, il faut faire intervenir l’assurance de la personne responsable.

La mutuelle pour Pomsky est-elle obligatoire ? Non, comme l’assurance, la mutuelle pour chien est tout à fait facultative. Cependant, il est toujours bon de s’interroger sur son utilité, car elle pourra vous dépanner en cas de besoin. La mutuelle pour chien fonctionne sur le même principe que notre propre mutuelle : vous obtenez, contre des cotisations, des remboursements pour les soins de votre chien. Ces remboursements dépendent bien sûr du montant de vos cotisations et de votre type de contrat. Mais la mutuelle reste un outil pour vous permettre de faire face plus facilement aux dépenses vétérinaires, qui sont parfois très élevées en France, au point que certains propriétaires se voient contraints de renoncer à faire soigner leur chien.

Si vous songez à souscrire à une mutuelle pour Pomsky, comparez les contrats, en prêtant une attention toute particulière aux clauses d’exclusion, ainsi qu’aux montants des remboursements et aux délais de carence. Il n’est pas rare que les mutuelles excluent les chiens déjà malades ou trop âgés, alors n’attendez pas trop longtemps si vous souhaitez souscrire un contrat. Vérifiez bien les maladies prises en charge : là encore, les organismes d’assurance excluent très souvent les pathologies génétiques ou héréditaires.