PINSCHER NAIN : SA SANTÉ

La santé du Pinscher nain n'est pas des plus fragiles, mais elle n’est pas des plus robustes non plus. Grâce à de bonnes conditions de vie et à un entretien approprié, votre toutou peut vivre en moyenne 13 ans. Néanmoins, il n'est pas à l'abri de plusieurs maladies de chien. C’est pourquoi, il est conseillé de consulter régulièrement votre vétérinaire.

Santé du Pinscher nain : points forts

Le Pinscher nain est un toutou dont la santé est assez bonne en règle générale, car c’est un sportif qui garde en conséquence une excellente forme physique si ses besoins en dépense sont respectés. Il faut bien évidemment faire attention à sa petite taille et pratiquer des activités canines adaptées. En l’absence d'activités, votre compagnon à poils pourrait facilement prendre du poids et souffrir des conséquences dues à l’obésité du chien (problèmes cardiaques, diabète du chien, fragilités articulaires, etc.). La santé du Pinscher nain est donc à surveiller de près.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Santé du Pinscher nain : points faibles

La santé du Pinscher nain peut s’avérer fragile selon les sujets. D’une part, il craint le froid et l’humidité car il est dépourvu de sous-poil. Veillez donc à bien le garder au chaud en hiver et à le vêtir d’un petit manteau lors des périodes particulièrement froides. D’autre part, on décrit chez les chiens de cette race plusieurs maladies généralement d’origine génétique, mais qui peuvent également être acquises :

  • Maladies de peau du chien (alopécie des robes diluées, séborrhée primaire, histiocytome, etc.)

  • Maladies oculaires (cataracte, atrophie progressive de la rétine, dystrophie cornéenne, etc.)

  • Dysplasie de la hanche

  • Luxation (coude, rotule, épaule)

  • Calculs et cristaux urinaires

  • Diabète sucré

Mais aussi :

  • La nécrose de la tête et du col du fémur

  • L’hyperthyroïdie du chien

  • L’anémie

À l’aide d’une alimentation saine et complète, d’exercices physiques réguliers et des besoins en sommeil du Pinscher nain respectés, votre toutou sera capable de renforcer son système immunitaire à tous les niveaux.

Santé du Pinscher nain : ses maladies

👉 La nécrose de la tête et du col du fémur

La nécrose aseptique de la tête fémorale chez le chien est une maladie provoquée par une déformation de la tête du fémur. Tout comme pour la dysplasie de la hanche, le cartilage entre le fémur et le pelvis se dégrade, ce qui finit par provoquer de l’arthrose et des inflammations articulaires chez le Pinscher nain. Notez que les conséquences de cette maladie sont très douloureuses. Afin de soigner votre toutou, une opération chirurgicale est ce qui est généralement recommandé.

👉 L’hyperthyroïdie du chien

L’hyperthyroïdie est la conséquence d’une tumeur au niveau de la thyroïde du chien, qui sécrète alors elle-même des hormones thyroïdiennes. Les symptômes d’un Pinscher nain malade sont variés :

  • Il boit beaucoup

  • Il mange beaucoup

  • Il a de la diarrhée

  • Il vomit

  • Il souffre de tachycardie

Bien que cette maladie soit assez rare, il existe un traitement antithyroïdien efficace pour réguler la quantité d’hormones dans le sang. Notez cependant que ce traitement n’éradique pas la tumeur.

👉 L’anémie chez le chien

Tout comme chez les humains, l’anémie est le nom attribué à une faible quantité d'hémoglobines dans le sang, une protéine contenant principalement du fer, qui permet d’oxygéner les organes du corps. Il existe de nombreuses causes à l’anémie, qui provoquent soit la baisse de la production des hémoglobines, soit la destruction des globules rouges. Les symptômes sont très similaires à ceux des humains :

  • Une perte d’énergie

  • Une pâleur des muqueuses

  • Un ralentissement du rythme cardiaque

Afin de soigner cette maladie, il faut arriver à en détecter la cause. C’est un travail fastidieux que seul votre vétérinaire sera capable d’exécuter. L’anémie peut aussi bien venir d’une mauvaise alimentation ou d’une intoxication alimentaire que de maladies génétiques, auto-immunes ou encore d’un traumatisme.