LEPTOSPIROSE CHEZ LE CHIEN : SYMPTÔMES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT

La leptospirose est une maladie courante chez les chiens. Elle est aussi potentiellement mortelle si elle n’est pas prise en charge à temps. Comment reconnaître les symptômes ? Quel traitement pour la soigner ? Est-il possible de la prévenir ? Voici toutes nos explications.

Qu’est-ce que la leptospirose chez le chien ?

La leptospirose fait partie des maladies bactériennes. La bactérie responsable se nomme Leptospira interrogans, ou plus simplement leptospire, et se retrouve un peu partout dans les eaux stagnantes. Les principaux groupes de leptospires sont australis, icterohaemorrhagiae, pomona ou hyos. Chez le chien, les leptospires responsables sont appelés L. canicola. Il peut cependant aussi être infecté par les leptospires australis. C’est d’ailleurs ce dernier qui est le plus fréquent en France. Ces leptospires sont également présents sur de petits mammifères ou de petits rongeurs, porteurs sains.

Le chien tombe malade au contact de la bactérie, en buvant ou en se baignant dans de l’eau contaminée par l’urine des petits animaux touchés. Les chiens de chasse, ainsi que les chiens évoluant en milieu rural, sont les plus exposés à la maladie, même si la leptospirose n’épargne aucune race.

Les bactéries responsables de la maladie sont capables de vivre plusieurs mois dans l’environnement tant qu’elles disposent de conditions favorables, comme un terrain chaud et humide. C’est d’ailleurs pour cette raison que la leptospirose sévit plus souvent en été et en automne.

Les animaux infectés peuvent rester asymptomatiques pendant un certain temps avant que la maladie ne se déclare. Une fois dans l’organisme, la bactérie responsable se multiplie dans le sang et s’attaque à différents organes, comme les reins, le foie ou la rate.

Attention : la leptospirose est une zoonose, c’est-à-dire une maladie transmissible du chien à l’homme.

TESTEZ NOUS !

30 JOURS DE CROQUETTES ♡

- 50%

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

La prévention de la leptospirose chez le chien

ll convient d’abord d’essayer, autant que possible, d’empêcher son chien de boire de l’eau dans des flaques stagnantes. Hélas, vous ne pouvez pas non plus être systématiquement derrière lui. De plus, certaines races adorent se baigner, et les priver d’un tel plaisir serait cruel. Vous ne pouvez pas vérifier que des rongeurs n’ont pas uriné dans l’eau avant.

L’une des meilleures protections contre la maladie reste le vaccin, même si ce dernier n’est pas aussi efficace que d’autres. Sa durée d’action reste limitée dans le temps. De plus, le vaccin n’inclut pas toutes les souches de leptospirose. Les vaccins développés après 2010 intègrent actuellement quatre souches, ce qui permet quand même de préserver le chien. Il convient malgré tout de se montrer vigilant.

La primovaccination se fait chez les chiots de plus de trois mois, en deux injections séparées de quatre à six semaines. Le rappel est normalement annuel, mais peut être ramené à tous les six mois pour les animaux à risque (vivant en zone humide, chiens de chasse, etc.). Pensez à être à jour dans tous les vaccins de votre chien : c’est le meilleur moyen de le protéger.

Comment détecter la leptospirose chez le chien ?

La leptospirose peut se manifester sous plusieurs formes. Dans tous les cas, ces symptômes doivent vous inquiéter et vous pousser à consulter votre vétérinaire au plus vite. La période d’incubation est de 4 à 12 jours.

Forme aiguë ou suraiguë

Il s’agit de la forme la plus dangereuse. La mort survient très rapidement, en général en moins de 48 heures. La dégradation de l’état de l’animal est brutale, avec parfois un coma ou une hypothermie.

Forme ictéro-hémorragique

Moins violente que la précédente, cette forme de leptospirose n’en reste pas moins très dangereuse. Elle se caractérise par différents symptômes :

  • Fatigue,

  • Fièvre,

  • Troubles de la coagulation sanguine,

  • Diarrhée sanguinolente,

  • Ictère (jaunisse).

La mort survient en quelques jours sans mise en place d’un traitement.

Gastro-entérite hémorragique

Le chien est saisi de vomissements contenant du sang. Il produit des selles noires, en raison de saignements dans la partie haute du tube digestif.

Insuffisance rénale

Lorsque les leptospires s'attaquent en priorité aux reins, ces derniers se détériorent très rapidement, entraînant une insuffisance rénale sérieuse. En l’absence de soins, le chien décède en moins de deux semaines. Les symptômes de l’insuffisance rénale sont une hydratation et des mictions anormales pendant quelques jours. Le chien arrête ensuite de boire.

Il existe aussi d’autres formes de leptospirose, mais elles sont plus rares. Elles se distinguent par des troubles nerveux ou des difficultés respiratoires.

TESTEZ NOUS !

30 JOURS DE CROQUETTES ♡

- 50%

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

Le diagnostic de la leptospirose chez le chien

Seul un vétérinaire peut diagnostiquer la leptospirose. Les signes cliniques ne suffisent pas à poser le diagnostic. Pour confirmer ses suspicions, le praticien procède à des examens complémentaires.

La PCR

Cette technique relativement récente consiste à mettre en évidence la présence ADN de la leptospirose dans les urines et le sang. La PCR permet d’avoir un diagnostic plus rapide qu’avec l’autre méthode, la sérologie.

La sérologie

Il s’agit de la méthode traditionnelle pour détecter la leptospirose. Le vétérinaire procède à un prélèvement, qui est ensuite analysé. Malheureusement, il est en général nécessaire de tester plusieurs leptospiroses, car elles sont nombreuses. De plus, il arrive que la sérologie soit positive en raison de la vaccination. La PCR et la sérologie sont deux méthodes complémentaires. La PCR s’utilise plutôt sur un chien en début d’infection, qui n’a pas encore reçu d’antibiotiques.

Le traitement de la leptospirose chez le chien

Le traitement de la leptospirose passe par deux étapes bien distinctes. La première est l’élimination de la bactérie responsable. Le vétérinaire prescrit des antibiotiques, qui éliminent l’agent responsable en un mois environ, grâce à l’amoxicilline et la clavulanate, puis grâce à la doxycycline.

En revanche, la prise en charge plus globale du chien est souvent plus compliquée, car la pathologie s’attaque à différents organes avant de les endommager, plus ou moins sérieusement (par exemple, en cas d’insuffisance rénale). Le chien doit rester sous perfusion pendant plusieurs jours. Lorsque les urées et les créatines ne descendent pas suffisamment, il devient nécessaire de placer l’animal sous dialyse, mais peu de centres vétérinaires disposent à l’heure actuelle d’un tel équipement.

Le pronostic de la leptospirose reste malheureusement assez réservé. Sans soin, le taux de mortalité est de 100 %. Mais même un traitement ne garantit pas la guérison du chien. Un animal sur deux finira par mourir, soit directement de la maladie, soit des séquelles qu’elle lui a laissées sur le foie ou les reins. La protection la plus efficace reste le vaccin. En France, la vaccination contre la leptospirose n’est pas obligatoire. À titre d'information, aucun vaccin n’est obligatoire dans l’Hexagone (sauf celui contre la rage si votre chien est un chien de catégorie 1). Ne manquez pas les rappels : n’oubliez pas que cette maladie s’avère très dangereuse, voire mortelle.

La leptospirose canine étant transmissible à l’homme, montrez-vous prudent lorsque vous manipulez un chien malade. Utilisez des gants et lavez-vous systématiquement les mains dès que vous avez terminé de vous occuper de votre animal. Ne portez pas vos doigts à votre visage pour éviter toute contamination. Pensez aussi à désinfecter à l’eau de javel les endroits où est passé votre compagnon à quatre pattes ou où il a uriné. Comme le chien, la maladie n’est pas à prendre à la légère chez l’être humain.