DYSPLASIE DE LA HANCHE CHEZ LE CHIEN : CAUSES, SYMPTÔMES ET TRAITEMENT

Parmi les maladies du chien, la dysplasie de la hanche est une pathologie particulièrement redoutée par de nombreux propriétaires. Handicapante à ses stades les plus avancés, elle requiert un traitement lourd et de nombreux ajustements du quotidien. Comment faire pour reconnaître les premiers signes de la dysplasie de la hanche ? Peut-on prévenir son apparition ?

Qu’est-ce que la dysplasie de la hanche ?

L’articulation de la hanche chez le chien connecte le bassin et le membre postérieur. Elle est formée d’une excavation du bassin, où se niche la tête du fémur. C’est une articulation sensible, fragile, qui a besoin d’une parfaite stabilité pour fonctionner sans accroc.

La dysplasie de la hanche est une maladie articulaire et squelettique touchant l’articulation de la hanche, au niveau des pattes arrière. Lorsque les pattes avant sont touchées, on parle de dysplasie du coude. Elle se caractérise par une anomalie dans le développement des tissus de l’articulation. Tout commence par une laxité de l’articulation fémorale. À terme, cette anomalie entraîne une inflammation progressive de l’articulation et endommage les ligaments, les cartilages ainsi que les os. On constate également l’apparition d’une arthrose de type secondaire.

TESTEZ NOUS !

30 JOURS DE CROQUETTES ♡

- 50%

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

Quelles sont les causes de la dysplasie de la hanche ?

Les causes de la maladie sont multiples et complexes. En règle générale, la dysplasie de la hanche est une maladie héréditaire : les animaux touchés le sont parce que leurs parents étaient porteurs du gène mis en cause. Les chiens porteurs de ce gène ne déclarent pas tous la dysplasie de la hanche. Les tests de dépistage sont donc indispensables dans tous les élevages sérieux.

Mais le facteur héréditaire n’est pas le seul responsable de la dysplasie de la hanche chez le chien. En effet, les animaux dont la croissance a été mal gérée par leurs propriétaires (articulations trop souvent sollicités via des jeux ou des sauts) peuvent aussi développer plus tard la maladie. Les chiens obèses sont eux aussi plus à risque en raison de la pression exercée par leur poids sur leurs articulations.

Comment reconnaître une dysplasie de la hanche ?

La dysplasie de la hanche est une maladie évolutive dont les symptômes ne sont pas facilement repérables au départ. Il existe cinq degrés de gravité, établis officiellement :

  • Classe A : aucun signe de dysplasie,

  • Classe B : état des hanches presque normal,

  • Classe C : dysplasie légère,

  • Classe D : dysplasie moyenne,

  • Classe E : dysplasie grave.

Les signes les plus évidents de la maladie apparaissent en général au cours de la croissance ou entre l’âge de 3 et 6 ans. Les signes les plus reconnaissables sont une boiterie, une démarche chaloupée chez le chiot, une proéminence des os des hanches. Le chien peut aussi avoir des difficultés à se lever ou monter les escaliers, réduire son activité physique ou se coucher souvent.

Les races prédisposées à la dysplasie de la hanche

Toutes les races peuvent être touchées par la dysplasie de la hanche. Cependant, on constate une prévalence chez les chiens de grande taille et les chiens géants. Parmi les races touchées, on retrouve :

Certaines races de chien plus petites ne sont pas épargnées pour autant. On retrouve, entre autres :

Comment soigner une dysplasie de la hanche chez le chien ?

La confirmation du diagnostic passe bien évidemment par un examen vétérinaire poussé. La simple observation de l’animal et de sa démarche permet parfois au spécialiste de se faire une première idée, qu’il faudra ensuite confirmer par des examens plus avancés. Le vétérinaire interroge également le propriétaire sur les habitudes de vie de l’animal, sur son niveau d’activité ainsi que sur son alimentation. La précocité du diagnostic est très importante chez le chiot ou le chien jeune, car après un certain âge, certaines solutions chirurgicales ne sont plus possibles. En revanche, chez le chien adulte, il n’y a aucune notion d’urgence, si ce n’est le soulagement de l’éventuelle douleur ressentie par l’animal.

Il procède ensuite à un examen radiographique, ainsi qu’à un examen orthopédique (sous anesthésie). Plus la dysplasie est prise en charge tôt, et plus le pronostic est bon.

Une fois le diagnostic et la gravité de la dysplasie de la hanche établis, il est capital de mettre en place un traitement adapté à l’animal. Si la dysplasie n’est pas trop avancée, des mesures hygiéniques (alimentation de qualité, limitation de l’exercice et repos) peuvent être envisagées afin de ralentir, voire de stopper la progression de la maladie.

Mais pour les cas les plus sérieux, un traitement antalgique est dans un premier temps nécessaire avant d’envisager l’option opératoire. Cette opération de chirurgie ne doit pas se faire à la légère et se décide au cas par cas, sur avis du vétérinaire.

  • Symphysiodèse pubienne : cette intervention a l’avantage d’être peu invasive. Elle consiste à bloquer la croissance d’une partie du bassin avant l’apparition d’anomalies. Elle ne se pratique que sur des chiens âgés de moins de 20 semaines. Il s’agit d’une électrocoagulation du bassin qui entraîne une nécrose thermique et une fermeture prématurée du cartilage.

  • Ostéotomie du bassin : cette opération consiste à couper une partie de l’os du bassin. Elle se pratique en général sur des chiens âgés de 5 à 10 mois. On parle de double ostéotomie du bassin. Le spécialiste crée de factures au niveau du pubis et de l'ilium, avant de les fixer par des plaques. Cette procédure chirurgicale a remplacé la triple ostéotomie du bassin, de moins en moins utilisée.

  • Prothèse de hanche : cette opération est réservée aux cas de dysplasie qui ne répondent pas au traitement classique et lorsque la hanche est douloureuse. Elle consiste à remplacer l’articulation altérée. Cette prothèse est composée d’un alliage, en titane ou en chrome-cobalt. Cette opération supprime complètement la douleur.

La dysplasie de la hanche ne condamne pas l’animal à une vie d'immobilité. Un chien atteint de dysplasie peut mener une existence tout à fait active et normale, à condition que son propriétaire prenne les mesures nécessaires à sa santé et son bien-être. La dysplasie de la hanche ne doit pas être un motif d’euthanasie

Les traitements de la dysplasie de la hanche dépendent avant tout de l’âge du chien ainsi que de la gravité de l’atteinte au niveau de l’articulation.

TESTEZ NOUS !

30 JOURS DE CROQUETTES ♡

- 50%

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

Comment soulager la douleur chez le chien atteint de dysplasie de la hanche ?

Il est possible d’utiliser des traitements médicamenteux pour soulager la douleur de la dysplasie. Ces traitements dépendent avant tout de l’animal. Les chiots n’auront pas forcément les mêmes traitements que les chiens adultes :

  • Antalgiques,

  • Anti-inflammatoires.

Vous pouvez aussi utiliser des traitements plus naturels, mais attention : demandez conseil à votre vétérinaire avant de vous diriger vers des remèdes naturels.

  • Huiles essentielles (arctium, picea mariana, arnica montana, etc.)

  • Compléments alimentaires (glucosamine, sulfate de chondroïtine, extrait de moule verte, etc.)

  • Physiothérapie pour les cas les plus légers.

La prévention de la dysplasie de la hanche

Peut-on prévenir la dysplasie de la hanche ? On peut du moins prendre des mesures limitant ses risques d’apparition.

La dysplasie de la hanche d’origine héréditaire

Les chiens porteurs du gène de la dysplasie de la hanche ne la déclarent pas tous. Ils peuvent alors transmettre la maladie à leur progéniture qui, elle, sera touchée. Comment l’éviter ? Si vous vous adressez à un élevage pour adopter votre chien, vérifiez bien que les parents, ainsi que les ascendants de votre futur chiot ont été dépistés et que leur test est négatif

La dysplasie de la hanche d’origine circonstancielle

Afin de ne pas provoquer l’apparition de la maladie chez des animaux sains, il est préférable de ne pas solliciter le chiot plus que de raison au cours de sa croissance. Jouez avec lui de façon modérée et limitez les activités impliquant des sauts, des dérapages ou la montée des marches. Faites particulièrement attention avec les chiens de taille géante : leur croissance est toujours une période délicate.

Recommandations générales

Dans tous les cas, soignez l’alimentation de votre compagnon à quatre pattes. Privilégiez les aliments riches en protéines animales de très bonne qualité, issues de viandes premium. Veillez aussi à ce que votre chien ne mange pas plus que la quantité journalière de croquettes ou de pâtée pour éviter qu’il ne grossisse. Vous pouvez également utiliser des compléments alimentaires, sur conseil de votre vétérinaire, afin de booster la santé de votre toutou.

VOTRE CHIEN SOUFFRE DE DYSPLASIE ?

Protégez votre compagnon à quatre pattes contre les problèmes articulaires grâce à nos produits conçus pour soulager les douleurs et lui permettre de retrouver la santé !