CHENILLES PROCESSIONNAIRES : UN DANGER POUR LE CHIEN

Si l’on évoque souvent les puces et les tiques parmi les insectes dangereux pour les chiens, on oublie régulièrement les chenilles processionnaires, qui font pourtant de très gros dégâts sur nos animaux de compagnie. Comment les reconnaître, comment s’en débarrasser et comment protéger votre chien ? Toutes les explications dans notre article.

Chenilles processionnaires : c’est quoi ?

Les chenilles processionnaires, et plus précisément, les chenilles processionnaires du pin (Thaumetopoea pityocampa), sont comme toutes les chenilles issues de larves de papillons, pondues dans les pins – d’où leur nom. Les chenilles se nourrissent ensuite des aiguilles du pin pour se développer.

Ces insectes ont la particularité de se déplacer à la queue leu leu. C’est pour cette raison qu’elles ont été appelées processionnaires, car elles forment parfois une longue file très impressionnante. Toutes les chenilles sont aveugles et suivent celle qui se trouve en tête de la procession.

La chenille quitte le pin au moment du printemps afin de trouver une parcelle de terre ensoleillée et de s’y enterrer en attendant d’éclore en papillon. La transformation peut prendre plusieurs mois à plusieurs années. Les œufs de la chenille processionnaire sont de petite taille, de couleur jaune nacré et diposés en quinconce dans le pin. Au moment de l’éclosion, la chenille est minuscule et ne mesure que 3 mm. Elle possède déjà des poils blancs hérissés sur le corps. 

Après avoir passé l’hiver dans leur nid pour se protéger des froides températures, les chenilles processionnaires entreprennent de quitter leur arbre. Elles ne se déplacent qu’en groupe pour trouver un bout de terrain idéal pour la nymphose, la période de transformation en nymphe, avant l’éclosion de la chrysalide et la naissance du papillon.

TESTEZ NOUS !

14 JOURS DE CROQUETTES ♡

1€

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

Quel danger pour les chiens ?

Sous une apparence de loin inoffensive, les chenilles processionnaires présentent de nombreux dangers, non seulement pour les animaux de compagnie comme les chats ou les chiens, mais également pour les humains, et notamment les enfants. Le chat, en général, se tient à distance des chenilles, mais un accident reste possible.

En réalité, ces chenilles sont couvertes d’un poil particulièrement urticant. Ces petits poils venimeux se détachent très facilement et provoquent de vives douleurs une fois au contact de la peau. Le chien peut hélas avoir tendance à s’approcher d’un peu trop près des chenilles en les prenant pour un jouet. Il se retrouve alors attaqué. Une seule chenille processionnaire suffit à blesser un chien : les poils urticants de l’animal provoquent de graves douleurs et lésions. La vie et la santé de votre chien sont menacées.

Quels sont les symptômes d’une piqûre par des chenilles processionnaires ?

Les poils des chenilles processionnaires entraînent une irritation violente, qui s’accompagne de douleurs, de rougeurs, de brûlures, d’œdèmes… Dans la plupart des cas, le chien se met à se lécher et se retrouver avec des poils au niveau de la langue. Il salive, se met parfois à vomir, frotte sa tête contre ses pattes. Ce ne sont pas les poils eux-mêmes qui sont urticants, mais la toxine qu’ils contiennent, la thaumétopoéïne, libérée lorsque le poil se brise. 

Dans certains cas, on constate une réaction allergique, de type choc anaphylactique. Le chien a alors du mal à respirer, et si rien n’est fait, le décès peut survenir assez rapidement. L’autre risque d’une attaque par des chenilles processionnaires se trouve dans la nécrose de la langue, lorsque l’inflammation entraîne la destruction des tissus. Malheureusement, dans les cas les plus extrêmes, l’euthanasie de l’animal est la seule solution. Un œdème de la langue risque aussi de provoquer une détresse respiratoire. Il est donc impératif de consulter le plus rapidement possible un vétérinaire. Si votre chien avale une chenille processionnaire, il risque aussi de souffrir d’irritations violentes au niveau du tube digestif.

Les poils urticants de la chenille processionnaire n’attaquent bien sûr pas que l’intérieur de la gueule. Ils peuvent aussi se retrouver dans les yeux de l’animal, entre ses coussinets ou sur l’ensemble de son corps. La douleur est la même, et une attaque par des chenilles processionnaires reste une urgence vétérinaire.

Les poils de la chenille processionnaire présentent le risque d’entraîner un ulcère de la cornée ou des risques de conjonctivite lorsqu’ils sont en contact avec les yeux de votre chien. Les poils à l’intérieur de l’œil sont aussi à l’origine de lésions graves sur le long terme.

Si vous devez porter votre chien, pour l’amener jusqu’à la voiture par exemple, mettez des gants pour ne pas vous retrouver vous-même en contact avec les chenilles.

TESTEZ NOUS !

14 JOURS DE CROQUETTES ♡

1€

✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement

Quel traitement en cas d’attaque par des chenilles processionnaires ?

Il est impératif de contacter au plus vite un vétérinaire. N’essayez pas de soigner votre chien vous-même. Seul un professionnel pourra retirer les poils et laver la zone attaquée. Débarrasser le chien des poils de la chenille est indispensable, mais c’est une opération délicate qui doit être laissée à votre vétérinaire.

Il prescrira ensuite des antihistaminiques, des antidouleurs, des anti inflammatoires et des antibiotiques. Il faudra un suivi sérieux des plaies afin d’éviter les risques de nécrose, en particulier au niveau de la langue. Si celle-ci est trop atteinte, il faudra envisager une chirurgie pour éviter de la perdre entièrement.

Si la prise en charge est rapide, on constate en général une nette amélioration au bout de 48 heures. Le chien se remet ainsi à manger et à boire. 

Comment protéger son chien contre les chenilles processionnaires ?

Les chenilles processionnaires se trouvent dans toute la France jusqu’à Paris. Elles sont beaucoup moins présentes dans le Nord de l’Hexagone, ainsi que dans le centre, au niveau de l’Auvergne. Lorsque vous vous promenez dans des forêts de résineux dans des zones touchées par les chenilles processionnaires, gardez votre chien en laisse pour limiter les risques. Gardez aussi une bouteille d’eau pour effectuer un rinçage de premier secours en cas de contact.

Si vous voyez des chenilles processionnaires dans votre jardin, n’essayez pas de vous en débarrasser sans protection ! Il est conseillé de contacter des entreprises professionnelles pour les éliminer.

Il existe également des pièges à placer dans les pins. Il se place sur le tronc, à bonne hauteur et permet de récupérer les chenilles avant que celles-ci ne touchent le sol. Il empêche ainsi les animaux de compagnie et les enfants de se retrouver nez à nez avec les insectes.

Vous pouvez aussi lutter contre les chenilles processionnaires en favorisant l’implantation de la mésange charbonnière dans votre jardin. Cet oiseau se nourrit des chenilles et vous aide à vous en débarrasser en vidant les nids. Installez des nichoirs dans votre jardin ! Il est également possible de réaliser des pulvérisations de Bacillus thuringiensis sur les pins en cas de grosse infestation, entre septembre et octobre. La chenille, à un état encore larvesque, ingère alors la bactérie, qui paralyse le système digestif et entraîne la mort.

En France, de plus en plus de municipalités installent des pièges à chenilles processionnaires sur les arbres pour éviter l’invasion. Ces pièges sont sans danger pour l’environnement et réutilisables chaque année.