🎉PROMO 🎉

15 jours de croquettes pour 1€ TTC

Livraison incluse.

DĂ©terminer la quantitĂ© d’aliments Ă  donner chaque jour Ă  son chien peut parfois ĂȘtre un vrai casse-tĂȘte. Les indications sur les paquets de croquettes sont souvent peu prĂ©cises et, en fonction des situations, parfois carrĂ©ment inadaptĂ©es Ă  l'individu concernĂ©. Bon an mal an, on finit tous par dĂ©finir quelque chose que l'on espĂšre adĂ©quat... Sauf qu’avec globalement des animaux de compagnie de plus en plus gros, une petite pause s’impose pour faire le point sur le sujet !


QUELLE QUANTITÉ DE CROQUETTES POUR MON CHIEN ?

Sortez la calculette : déterminez la quantité de croquettes à donner

En fonction de ses caractĂ©ristiques, de son Ăąge, de son niveau d’activitĂ© physique, de son tempĂ©rament, de ses conditions de vie, voire mĂȘme de sa race, votre chien n’a pas forcĂ©ment les mĂȘmes besoins en Ă©nergie que celui de votre voisin, et cela mĂȘme s'ils font plus ou moins le mĂȘme poids ! Calculer la bonne quantitĂ© de croquettes Ă  donner se fait en plusieurs Ă©tapes :


*Etape n°1 : déterminez le besoin énergétique de votre chien

Le besoin Ă©nergĂ©tique, c'est tout simplement la quantitĂ© d’énergie que votre animal doit ingĂ©rer pour couvrir ses dĂ©penses liĂ©es aussi bien Ă  son mĂ©tabolisme de base (maintien de sa tempĂ©rature corporelle, respiration, digestion etc.) qu’à son activitĂ© physique, que pour maintenir un poids optimal. Au mĂȘme titre que les protĂ©ines, les omĂ©gas, les vitamines ou les minĂ©raux, l’énergie est vitale. Mais attention aux excĂšs qui mĂšnent au surpoids, voire Ă  l’obĂ©sitĂ©, et Ă  tous les soucis de santĂ© qui leur sont liĂ©s.

Le besoin Ă©nergĂ©tique dĂ©pend notamment de la surface corporelle. Chez le chien, des Ă©quations ont Ă©tĂ© mises au point pour le dĂ©terminer, car ce sujet est complexe. Lorsque le format du chien augmente, sa surface corporelle augmente aussi, mais moins vite que son poids. Ainsi, la surface corporelle d’un chien de 30kg n’est pas exactement le double de celle d’un chien de 15kg. Ces formules sont donc diffĂ©rentes en fonction du gabarit.


Exemples :

  • Si MĂ©dor pĂšse plus de 9kg : l’une des formules de base couramment appliquĂ©e pour dĂ©terminer son Besoin EnergĂ©tique d’Entretien est : 156 x poids de forme MĂ©dor Ă  la puissance 0,67 (Kronfeld 1991)
  • Si MĂ©dor pĂšse 9kg ou moins : l’une des formules de base couramment appliquĂ©e pour dĂ©terminer son Besoin EnergĂ©tique d’Entretien est : 130 x poids de forme de MĂ©dor Ă  la puissance 0,75 (NRC 2006).


→ On obtient un chiffre en Kcal, qui reprĂ©sente l’énergie que doit recevoir MĂ©dor de base pour son entretien.

Etape n°2 : prenez en compte les besoins de l'individu pour déterminer le besoin énergétique

Le chiffre obtenu avec ces formules est une base, mais il faudra l'adapter Ă  certains paramĂštres. On l'a dit plus haut, Ă  poids Ă©gal, tous les chiens n'ont pas forcĂ©ment le mĂȘme besoin en Ă©nergie. C'est un facteur variable qui dĂ©pend :

 

- de sa race (K1) : de 0,8 pour les Retrievers par exemple Ă  1,1 pour les dogues allemands et 1,2 pour les lĂ©vriers. Dans la derniĂšre Ă©dition du National Research Council (un conseil d’experts scientifiques aux Etats-Unis Ă  la base notamment d’études sur les besoins nutritionnels des chiens et des chats), l’équation de prĂ©diction du besoin Ă©nergĂ©tique a Ă©tĂ© modifiĂ©e selon les particularitĂ©s raciales ou sportives de l’animal afin de rester le plus fidĂšle possible Ă  ses besoins rĂ©els.

- de son mode de vie et son activité (K2) : 0,8 pour un chien sédentaire à 1,2 pour un chien trÚs actif.

- de son Ăąge voire de son Ă©tat physiologique (castration, gestation, lactation etc) (K3) : un chiot de moins de 3 mois a un facteur K3 de 2, alors qu’un chien adulte stĂ©rilisĂ© de 0,8.

- De son état pathologique et de la présence éventuelle de maladies (K4).

 

Exemples :

  • Si MĂ©dor est un beau petit croisĂ© adulte de 6 kg stĂ©rilisĂ©, son Besoin EnergĂ©tique d’Entretien est ainsi thĂ©oriquement proche de : 156 x 6 ^ 0,75 = 498 kcal

 â†’ MAIS MĂ©dor est castrĂ©. Son besoin Ă©nergĂ©tique « rĂ©el » sera ainsi probablement plus proche de 498 x 0,8 = 398 Kcal.

  • Autre exemple avec un chien qui accumulerait plusieurs facteurs :

un labrador adulte de 35kg castré et sédentaire qui ne sort que dans le jardin a ainsi un besoin énergétique théorique de (156 x 35 ^ 0,67) x 0,8 (Retriever) x 0,8 (castré) x 0,8 (Sédentaire) = 865 Kcal.

A titre de comparaison, un berger Allemand du mĂȘme poids, entier et normalement actif, aurait un besoin Ă©nergĂ©tique plus proche de 1689 Kcal.


Etape n°3 : calculez la densité énergétique de l'aliment

Pour dĂ©terminer la quantitĂ© d’aliment Ă  donner, il faut connaĂźtre sa densitĂ© Ă©nergĂ©tique. Cette valeur se trouve soit directement sur l’emballage de l’aliment (croquettes ou pĂątĂ©e), exprimĂ©e en Kcal/kg ou Kcal/100g, ou auprĂšs du fabricant qu’il ne faut pas hĂ©siter Ă  contacter.

 Au besoin, cette valeur peut Ă©galement ĂȘtre calculĂ©e. L’énergie est apportĂ©e par les protĂ©ines, les lipides ou matiĂšres grasses, et par les glucides (assimilables ou extractifs non azotĂ©s). Et cette Ă©nergie apportĂ©e par chacun de ces macros-Ă©lĂ©ments est connue et mesurĂ©e.

 â†’ La formule simplifiĂ©e pour calculer la densitĂ© Ă©nergĂ©tique d’un aliment se base sur les coefficients d’Atwater qui considĂšrent une digestibilitĂ© moyenne, en Kcal pour 100g d'aliment : % de protĂ©ines x 3,5 + % de glucides x 3,5 + % de lipides x 8,5.

 

Le problĂšme : le pourcentage de glucides ou, plus exactement, d'extractif non azotĂ©, est rarement mentionnĂ© sur les paquets de croquettes. De ce fait, ce taux peut ĂȘtre dĂ©terminĂ© par Ă©limination. On enlĂšve tous les composants (protĂ©ines, matiĂšres grasses, fibres, cendres, humiditĂ©) et ce qu’il reste constitue le pourcentage de glucides.

 â†’ La formule magique du taux de glucides assimilables est ainsi celle-ci : 100 - (% de protĂ©ines + % de matiĂšres grasses + % de fibres + % d’humiditĂ©).

 

Exemple :

 Prenons un paquet de croquettes indiquant les valeurs suivantes :

  • ProtĂ©ines Brutes : 34%
  • MatiĂšres Grasses Brutes : 12%
  • Cellulose Brute : 4,5%
  • Cendres Brutes : 6,5%
  • HumiditĂ© : 10%

 

Le % de glucides (Extractif non AzotĂ© pour ĂȘtre plus prĂ©cis) est ainsi de : 100 - (34 + 12 + 4,5 + 6,5 + 10 ) = 33%

La densitĂ© Ă©nergĂ©tique calculĂ© de cet aliment est de 34% de protĂ©ines x 3,5 + 33% de glucides x 3,5 + 12% de lipides x 8,5 = 336,5Kcal pour 100g d’aliments. Il ne nous reste ainsi qu’à mettre en corrĂ©lation le tout pour dĂ©terminer la quantitĂ© d’aliment Ă  donner.


Etape n° 4 : comparez le besoin Ă©nergĂ©tique de l'animal et la densitĂ© Ă©nergĂ©tique de l'aliment  

C'est trÚs simple, pour savoir quelle quantité de croquettes il faudra à Médor, on compare son besoin énergétique avec la densité énergétique de l'aliment.

 

→ Dans notre premier exemple, MĂ©dor avait besoin en thĂ©orie de 398kcal par jour pour maintenir son poids de forme en Ă©tant un petit chien castrĂ© adulte de 6kg, avec une activitĂ© physique normale.

→ Ses croquettes ont une densitĂ© Ă©nergĂ©tique d'environ 336,5kcal pour 100g d’aliments.

 

Il faut donc théoriquement à Médor environ 120g de ces croquettes par jour pour conserver un poids de forme optimal.


Mettez vos lunettes : regardez votre animal et adaptez-vous Ă  ses besoins !

L’ensemble des calculs dĂ©veloppĂ©s prĂ©cĂ©demment constitue une base utile, mais relĂšvent de la thĂ©orie. En effet, il n'existe pas une seule formule pour calculer le besoin Ă©nergĂ©tique du chien ou du chat, de mĂȘme pour la densitĂ© Ă©nergĂ©tique d'un aliment. Plusieurs formules sont possibles : elles donnent des rĂ©sultats du mĂȘme ordre de grandeur le plus souvent, mais qui peuvent ĂȘtre parfois assez diffĂ©rents.


Or, le vivant est tout sauf thĂ©orique : il est d’ailleurs au contraire souvent peu prĂ©visible. A elles seules, nos fameuses croquettes ont une digestibilitĂ© variable, ne serait-ce qu’en fonction de leur qualitĂ©. Et cela a une influence directe sur leur densitĂ© Ă©nergĂ©tique. Si celle-ci n'est pas indiquĂ©e, on la dĂ©terminera ainsi plus ou moins bien.

 

Certaines situations individuelles sont plus ou moins complexes, notamment lors de maladies ou d’activitĂ©s physique intenses pour le chien.


Les chiots en croissance constituent Ă©galement un rĂ©el casse-tĂȘte pour les propriĂ©taires et mĂȘme les vĂ©tĂ©rinaires, car leur besoin Ă©nergĂ©tique ne va cesser d'Ă©voluer au cours de leur croissance, et dĂ©pendra en grande partie de leur poids optimal une fois adultes : du double jusqu’à leurs 3 mois, celui-ci n’est plus que 10% supĂ©rieur par rapport Ă  celui de l’adulte une fois le pic de croissance passĂ©.


Durant leurs premiers mois de dĂ©veloppement et jusqu’à leur 4-5 mois, les chiots Ă©tant des individus vulnĂ©rables, mieux vaudra cependant faire en sorte qu’ils gardent un peu de rĂ©serves pour leur permettre de mieux se remettre en cas de soucis de santĂ© voire de maladie grave. Tout en faisant trĂšs attention Ă  leur dĂ©veloppement ostĂ©o-articulaires ! Être bien encadrĂ© par son vĂ©tĂ©rinaire est donc trĂšs important.

 

Il ne faut jamais oublier non plus que chaque individu est unique. Deux individus d’une mĂȘme race, du mĂȘme Ăąge et ayant les mĂȘmes conditions de vie, peuvent trĂšs bien manger des quantitĂ©s diffĂ©rentes d’un mĂȘme aliment. Certains animaux sont plus stressĂ©s ou anxieux que d’autres, d’autres sont plus vifs, d’autres ont un mĂ©tabolisme lĂ©gĂšrement diffĂ©rent et vont prendre du poids, ou au contraire en perdre plus facilement.

 

C'est pourquoi il vous faut regarder et peser votre chien rĂ©guliĂšrement, pour bien vous assurer que son poids reste stable et optimal. C'est capital pour ajuster (ou pas, le cas Ă©chĂ©ant!) la quantitĂ© d’aliment donnĂ©.


Savoir regarder son chien 

Pour pouvoir déterminer si votre animal a un bon poids de forme, il faut :

  1. regarder si de profil, son ventre est relevĂ© au niveau de ses pattes arriĂšres ou non. IdĂ©alement, le creux des flancs doit ĂȘtre visible et les derniĂšres cĂŽtes doivent ĂȘtre plus ou moins dessinĂ©es en fonction de sa race.
  2. pouvoir sentir ses cÎtes facilement sans appuyer, en passant vos mains de chaque cÎté de votre animal.
  3. pouvoir sentir, en caressant votre animal, les reliefs de son bassin et les apophyses de certaines vertĂšbres de son dos.

 

Si vous ne pouvez pas sentir ses cĂŽtes sans les voir ou que votre animal a du ventre : c’est qu’il est soit juste un peu trop gros, soit carrĂ©ment obĂšse. Attention !


Et les chats dans tout ça ?

Les chats sont souvent nourris Ă  volontĂ©. On se complique ainsi moins la tĂąche ! Mais cela ne veut surtout pas dire qu'il ne faut pas contrĂŽler leur alimentation, ne serait-ce que pour ĂȘtre rĂ©actif en cas de soucis de santĂ©.


Pour calculer leur quantitĂ© de croquettes, la logique est exactement la mĂȘme que pour les chiens. Étant un animal plus « standard », le besoin en Ă©nergie du chat est cependant bien plus simple Ă  dĂ©terminer que pour le chien. Celui-ci varie de 70 kcal/kg pour un chat entier et actif, Ă  45 kcal/kg pour un chat stĂ©rilisĂ© d’intĂ©rieur.

 

Laisser des croquettes Ă  disposition n’enlĂšve en rien la responsabilitĂ© de laver la gamelle tous les jours et de renouveler le stock 1Ă  2 fois dans la journĂ©e. Au contact de l’air, les croquettes s’oxydent et rancissent, et des bactĂ©ries peuvent s'y dĂ©velopper. Les croquettes restent des aliments, et comme tout aliment elles se dĂ©gradent et sont exposĂ©es aux contaminations.

Quelques précautions néanmoins...

Oui, les chats sont des grignoteurs, et oui, ils sont rĂ©putĂ©s pour avoir la capacitĂ© de s’auto-rĂ©guler. Mais de par leur nature... nos chats sont aussi des gros gourmands. Leur donner des croquettes par nature trĂšs appĂ©tantes les pousse facilement Ă  se « goinfrer » par rapport Ă  leurs besoins Ă©nergĂ©tique, et cela les expose Ă  une prise de poids.


→ Si votre chat a tendance Ă  prendre facilement du poids et que, pour son bien-ĂȘtre, vous prĂ©fĂ©rez lui laisser Ă  manger Ă  volontĂ©, choisissez des croquettes peu appĂ©tantes pour lui permettre de se rĂ©guler plus facilement (et, si possible, modĂ©rĂ©es en matiĂšres grasses : entre 10 Ă  15%). Pour son plaisir et sa santĂ©, vous pourrez tout Ă  fait lui donner tous les jours un aliment complet riche en viande et en eau, comme de la pĂątĂ©e complĂšte de qualitĂ©. C'est mĂȘme recommandĂ© !


→ L’ennui peut aussi faire que Minou se rĂ©fugiera dans la nourriture pour combler son mal-ĂȘtre. Une balle distributrice ou des gamelles interactives peuvent aider !

→ La stĂ©rilisation n’arrange rien Ă  tout cela, en diminuant ses besoins en Ă©nergie, mais pas forcĂ©ment ses habitudes d’ingestion... Attention car l’énorme majoritĂ© des chats stĂ©rilisĂ©s est en surpoids !

 

Ne sous-estimons pas non plus la qualitĂ© de l’alimentation. Parfois, le souci ne vient pas du chat. Ce n’est pas qu’il aime s’exploser le ventre de croquettes... Mais le fĂ©lin domestique en bonne santĂ© a besoin a priori d’aprĂšs certaines Ă©tudes d'au moins 5,2g de protĂ©ines par kilo de poids pour couvrir ses besoins quotidiens en protĂ©ines. Or, certaines croquettes n'en contiennent pas assez pour les satisfaire, tout en couvrant le besoin Ă©nergĂ©tique au plus juste.


Exemple :

 Minou est un chat castrĂ© d’intĂ©rieur dont le poids de forme est de 4 kg. Pour rester Ă  son poids de forme optimal, Minou doit manger 50g de ses croquettes par jour, croquettes contenant 35% de protĂ©ines (lu sur le sac). Si on veut limiter toute prise de poids excessive Ă  Minou en lui donnant juste 50g de croquettes par jour, il recevra seulement : 35% de protĂ©ines / 100 x 50g de croquettes / 4kg (poids de Minou) = 4,3 grammes de protĂ©ines par kg de poids.

 

→ 50g de croquettes, c’est ce qu’il faut Ă  Minou pour conserver un poids de forme, mais l’apport de protĂ©ines avec 50g de croquettes est insuffisant pour couvrir ses besoins “idĂ©aux”. Si les croquettes ne sont pas d’excellente qualitĂ©, et trĂšs digestibles, il y a un risque de carence et de soucis de santĂ©.

 

D’autres propriĂ©taires de fĂ©lins prĂ©fĂšrent donner une quantitĂ© fixe d’aliment mis (ou non) Ă  disposition tout au long de la journĂ©e pour limiter tout surpoids. Si celui-ci est suffisamment riche en protĂ©ines, de qualitĂ©, et que le chat le valorise et le vit bien (peu de selles et beau pelage) : alors c’est parfait.

 

Un chaton devrait recevoir Ă  volontĂ© jusqu’à sa stĂ©rilisation ou aux alentours de ses 6 mois (Ă  condition que son Ă©tat corporel reste stable), ses besoins en Ă©nergie atteignant leur maximum vers l’ñge de 10 semaines (entre 200 Ă  250 kcal/kg - soit 3 fois plus qu’à l’ñge adulte) et sa capacitĂ© d’ingestion Ă©tant assez rĂ©duite.

 

En plus des croquettes, n’oubliez pas de donner tous les jours Ă  vos fĂ©lins une partie de leur alimentation sous la forme d’aliments de qualitĂ©, riches en viande et en eau, comme par exemple de la pĂątĂ©e complĂšte ! De par leur nature et leurs origines dĂ©sertiques, les chats sont en effet des petits buveurs et n'ont pas vraiment notre capacitĂ© (ou celle des chiens, dans une moindre mesure) Ă  adapter leur prise d’eau en fonction de leur alimentation.


DĂ©couvrez l'alimentation enfin sur-mesure 

pour votre chien

PUBLIÉ LE 17 DECEMBRE 2017 (Mis à jour le 2 juillet 2019) - HECTOR KITCHEN, TOUS DROITS RESERVES

Par Dr Thierry Bedossa, Emmanuelle Carre et Charlotte Gnaedinger.

en pleine forme

Il fait le plein d'Ă©nergie Ă  chaque repas.

avec le bon poids

Il digÚre de façon optimale.

moins malade

qui vit plus longtemps

plus dynamique

mieux dans sa tete

Un chien sain dans un corps sain.

Il dĂ©veloppe ses dĂ©fenses immunitaires.

Adieu les risques d'obésité.

Et son poil devient plus beau.

UN CHIEN PARFAITEMENT NOURRI, 

C'EST UN CHIEN...

SON ALIMENTATION PARFAITE ?

en 3mn !