PUBLIÉ LE 25 DECEMBRE 2017 (Mis à jour le 12 juillet 2019) - HECTOR KITCHEN, TOUS DROITS RESERVES

Par Dr Thierry Bedossa, Emmanuelle Carre et Charlotte Gnaedinger.

LES CROQUETTES POUR CHIEN SÉNIOR : COMMENT LES CHOISIR ?

D'abord, la vieillesse chez le chien, c'est quoi ?

Découvrez l'alimentation enfin sur-mesure 

pour votre chien

Généralement, un animal est considéré comme « sénior » à partir de 7 ans pour un grand chien, 8 à 9 ans pour un chien de taille moyenne et 9 à 10 ans pour un petit chien ou un chat. Mais ce n'est là qu'un chiffre, et ce qui compte c'est de bien connaître son animal pour adapter ses conditions de vie au processus naturel du vieillissement ! 


Tout comme le jeune chiot en croissance, le chien qui prend de l'âge doit bénéficier d'une alimentation adaptée aux changements physiques et psychiques qui s'opèrent chez lui. 

`

Cependant, à la différence de ceux des chiots, les besoins du chien âgé nécessitent moins de minéraux (notamment du phosphore voire sodium pour préserver les fonctions rénales et cardio-vasculaires), plus de fibres (entre 4 à 6%) pour assurer un fonctionnement optimal du transit et entretenir l'hygiène intestinale, plus d’anti-oxydant pour limiter les inflammations de l’organisme, ainsi que parfois une alimentation moins riche en énergie pour limiter toute prise de poids excessive, avec les années Médor bouge en effet souvent de moins en moins. 


A partir du moment où aucune maladie spécifique n'intervient, la nutrition agira dès lors comme un accompagnement du vieillissement, et devra prendre en compte les besoins particuliers de chaque individu.

en pleine forme

Il fait le plein d'énergie à chaque repas.

avec le bon poids

Il digère de façon optimale.

moins malade

qui vit plus longtemps

plus dynamique

mieux dans sa tete

Un chien sain dans un corps sain.

Il développe ses défenses immunitaires.

Adieu les risques d'obésité.

Et son poil devient plus beau.

UN CHIEN PARFAITEMENT NOURRI, 

C'EST UN CHIEN...

SON ALIMENTATION PARFAITE ?

en 3mn !

Le saviez-vous ?

Il a été remarqué qu’un chat âgé commence à perdre beaucoup de poids environ 2 ans avant sa mort. Un chat âgé aura tendance à perdre du poids facilement à l'inverse du chien âgé qui lui aura plutôt tendance à prendre du gras.

La question peut paraître bête... mais finalement, sait-on exactement ce que le vieillissement entraîne sur le physique et le psychisme de nos animaux ? 


A la base, c'est un processus biologique naturel et progressif, qui conduit l’organisme à ne plus assurer son équilibre physiologique et accroît sa sensibilité à la maladie. Mais son avancée sera différente selon les individus et leurs prédispositions génétiques, leur race et leur taille, leur environnement de vie, et bien sûr leur alimentation.

 

Petits et grands chiens, de par leur taille, n'ont pas la même espérance de vie. On admet généralement que les petits chiens vieillissement plus lentement et vivent plus longtemps que les grands chiens, qui ont une croissance longue mais une vieillesse plutôt courte. Leurs besoins nutritionnels ne seront donc pas les mêmes lorsqu'ils seront séniors.


Les points à surveiller lorsque son chien vieillit

Etre sénior signifie que l’organisme devient de moins en moins performant. Il est donc nécessaire de prendre garde à certains changements.


  • Contrôler son poids : un chien vieillissant bouge moins. Il faut donc adapter l'apport énergétique à son activité pour éviter l'obésité et limiter le poids sur les articulations si l'animal souffre d'arthrose. En général, on tend à la réduire, mais chaque individu est différent ! Il faut prendre en compte son activité, s'il est stérilisé ou non, sa race, et ses expériences récentes.

 

  • Assurer une bonne digestion : le transit intestinal peut se ralentir avec l'âge. On pourra donc éviter les troubles (gaz, constipation, etc) en veillant à ce que l'alimentation contienne suffisamment de fibres, de glucides très cuits en quantité raisonnable, et éventuellement on pourra complémenter avec des probiotiques.

 

  • Protéger contre le stress oxydatif : un chien qui vieillit connaît souvent une perte progressive de ses capacités cognitives. Les antioxydants et acides gras essentiels, ainsi que les vitamines, ont un rôle indispensable dans l'équilibre de nombreux processus métaboliques. Cuivre, zinc, fer, selenium et vitamine E limitent ainsi l'oxydation ; les vitamines A, D et K renforcent les os – on n’oubliera pas non plus le calcium dans ce but. Les minéraux, le zinc et les vitamines A et B6 favorisent également la synthèse protéique. Les oméga 3 ralentiront le vieillissement cérébral.

 

  • Maintenir la masse maigre, une bonne immunocompétence (la capacité du corps à produire une réponse immunitaire normale), les capacités de réparation tissulaire et éviter de surcharger la fonction rénale : pour cela, on veillera à apporter des protéines en quantité suffisante et de très bonne qualité, ainsi que des acides gras essentiels.

 

  • Eviter surcharge rénale, urinaire et fatigue cardiaque : en limitant les apports en phosphore, en sodium et en potassium. On privilégiera donc des croquettes contenant moins de 1% de phosphore, moins de 1,5% de calcium, moins de 0,01 % de magnésium et moins de 0,5% de sodium.


Des pistes pour bien complémenter

Avec l’âge, Médor ne devient pas forcément plus difficile lorsqu'il s'agit de manger : c'est surtout que ses capacités sensorielles chutent ! Sa vue et surtout son odorat perdent en efficacité, ainsi que ses sens gustatifs... sans parler des soucis de dentition.

Du système digestif ou immunitaire en passant par les articulations et l’acuité des sens, les changements liés à l’âge doivent être pris en compte pour optimiser l’alimentation de l’animal et favoriser sa longévité et sa qualité de vie. 

L’assimilation des macro et micro nutriments notamment devient de moins en moins performante. L'objectif premier est donc de donner à votre chien une nourriture de haute qualité, appétante, digeste et facile à manger. 


Il faut notamment apporter suffisamment de vitamines / anti-oxydants, mais surtout des acides aminés (protéines) en quantité et en qualité suffisante pour assurer l’entretien de l’organisme, ralentir sa dégradation et assurer les besoins du chien.

 

  • Choisir des aliments riches en eauMaintenir un poids optimal est capital chez un chien âgé, pour éviter l'obésité comme la perte de poids. Dans ce but, l’apport d’aliments riches en eau avec de la pâtée complète de qualité, à la place d’une partie des croquettes, ou des croquettes réhydratées, aura une double utilité : il permettra de limiter l’apparition de certaines pathologies (notamment urinaires), et augmentera le volume de la ration sans augmenter l’apport énergétique de celle-ci. L’animal sera donc mieux rassasié tout en se maintenant à un poids de forme optimal.

 

  • Des vitamines et oligo-éléments contre l'arthrose et le stress oxydatif :L’apport journalier d’un complément riche en chondro-protecteurs et anti-oxydants comme la poudre de moule verte permettra de limiter les inflammations de l’organisme tout en protégeant au mieux les articulations de votre chien. Il est également conseillé de supplémenter en antioxydants via des vitamines E et C, et de baisser le ratio W6/W3 à 3 voire 2 en augmentant la dose d’oméga 3 apportée par des huiles de poisson.

  • Des protéines de qualité :Pour préserver la masse musculaire qui peut diminuer avec l'âge, l'apport en protéines de haute qualité et en quantité suffisante est indispensable. « On » a longtemps proclamé qu’il fallait limiter les protéines pour limiter les impacts rénaux, surtout sur les sujets âgés. Mais... « on » avait tort ! Car sans pathologie rénale avancée, les protéines de qualité ne sont en rien néfastes pour l’organisme de votre carnivore domestique, bien au contraire. 

Sa nature biologique le prédispose à valoriser les aliments riches en protéines animales. Et comme nous le disions plus haut, votre chien âgé a besoin d’encore plus de protéines qu’un chien adulte. 

Par conséquent, les vieux chiens en bonne santé peuvent bénéficier de régimes alimentaires avec un rapport protéinique accru, fournissant un minimum de 25% de calories provenant des protéines (mais plus sera toujours mieux).

 

  • N'oubliez pas les fibres solubles et insolubles : Un apport plus important en fibres solubles et insolubles de qualité permettra d'améliorer l’hygiène et le fonctionnement des intestins et du côlon de votre chien. Pour trouver un bon ratio entre les deux, vous pouvez utiliser un peu de psyllium blond (une petite cuillère), un super régulateur de transit, mélangé à une cuillère à soupe de yaourt blanc nature 0%. 


Ou encore, des légumes comme des carottes / courgettes, voire des haricots verts bien cuits en morceaux : environ 50g par 10kg de poids, qui apporteront aussi de l’eau et caleront les loulous les plus gloutons.


Ne changez pas seulement de croquettes,

changez de philosophie