Top 50 des races de chiens préférées des Français en 2020

1. Berger Australien

🏠 > Institute 👉 Top 50 races chien

La Société Centrale Canine (SCC), qui gère les inscriptions au Livre des Origines Français (LOF), a dévoilé, comme chaque année, le classement des races de chiens préférées des Français, et sans surprise, c’est le Berger australien qui monte sur la plus haute marche du podium. Le Berger australien occupait déjà la première place l’année dernière, devant le Berger belge et le Staffordshire Bull Terrier. Le podium de cette année 2019 est par ailleurs inchangé par rapport à 2018 !


Voici le classement complet des races de chiens préférées des Français en 2019 :

Inscriptions au LOF : 14 373


Contrairement à ce que son nom pourrait laisser entendre, le Berger australien n’est pas originaire d’Australie, mais du Pays basque. Il est arrivé en Australie avec les colons basques, puis a été exporté en Amérique du Nord au début du XXe siècle.


Agile et vif, le Berger australien excelle dans la conduite des troupeaux, mais est aussi un excellent chien de compagnie, joueur et particulièrement adapté aux maîtres sportifs. Très affectueux, voire pot-de-colle, le Berger australien s’entend très bien avec les enfants. 

2. Berger Belge

Inscriptions au LOF : 11 763


Le Berger belge a vu le jour en Belgique, comme son nom l’indique bien cette fois-ci. La race s’est développée au début des années 1800 aux alentours des villes de Tervuren, Malines, Laeken et Groenendael. Les quatre variétés de Berger belge portent d’ailleurs le nom de leurs villes de naissance, le plus connu étant très certainement le Berger malinois.


À l’origine gardien de troupeau, le Berger belge malinois est un chien de travail très apprécié et utilisé par l’armée et la police dans de nombreuses interventions. Chien vif, réactif et agile, le Berger malinois est aussi très bien adapté à la vie de famille.


TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

3. Staffordshire Bull Terrier

Inscriptions au LOF : 11 315


La race, qui a vu le jour au Royaume-Uni, est une race assez ancienne. Les chiens étaient à l’époque utilisés comme chien de combat contre des taureaux – d’où leur nom – jusqu’à l’interdiction de telles pratiques en 1835. La race se développe de manière plus encadrée à partir du XIXe siècle sous l’égide de James Hinks, avant d’être reconnue en 1935 et de prendre officiellement le nom de Staffordshire Bull Terrier.


Malgré sa masse relativement imposante, le Staffordshire Bull Terrier est un chien très doux et équilibré. Très proche de son maître, il ferait tout pour lui. C’est également un animal parfaitement adapté aux enfants. En revanche, s’il se sent en danger ou attaqué, il peut réagir et attaquer pour se défendre, risquant alors de provoquer de très graves blessures.

4. Golden Retriever

Inscriptions au LOF : 10 932


Les origines du Golden Retriever ne sont pas connues avec exactitude et sont toujours sujet à débat aujourd’hui. Pour certains, le Golden Retriever descend de chiens du Caucase, lointains ancêtres du Leonberg. Pour d’autres, la race est née à la suite d’un croisement entre un Retriever à poil plat et un Tweed Water Spaniel (aujourd’hui disparu) au XIXe siècle. C’est à partir de cette période que le Golden Retriever se développe en Angleterre. Il arrive en France dans les années 1930.


Le Golden Retriever est décrit comme docile, doté d’une très grande intelligence et d’une douceur sans pareil. C’est un chien amical et docile, qu’il est très facile d’éduquer. Le Golden Retriever s’entend merveilleusement bien avec les enfants et reste le chien de famille par excellence.

👉 Histoire du Pinscher Nain

5. Berger Allemand

Inscriptions au LOF : 9996


Le Berger allemand a vu le jour en Allemagne à la fin du XIXe siècle. La paternité de la race est attribuée à Marc Emil Frederic von Stephanitz. La popularité du chien est immédiate et dépasse les frontières allemandes. De nos jours, c’est encore un chien très populaire à travers le monde, en raison, notamment, de ses grandes aptitudes de travail.


Le Berger allemand est un chien réputé pour son intelligence et sa docilité. Il peut cependant être aussi un excellent chien de garde. Le Berger allemand a besoin d’être actif et de se dépenser : il conviendra mieux à des sportifs. Il est très attaché à ses maîtres et en particulier aux enfants, avec qui il se montrera très protecteur.

6. American Staffordshire Terrier

Inscriptions au LOF : 8402


L’American Staffordshire Terrier descendrait des ancêtres du Staffordshire Bull Terrier, arrivés dans le Nouveau monde avec les colons européens. Les animaux étaient utilisés dans des combats contre des taureaux et étaient communément désignés sous le nom de Pitbull. Ce n’est qu’en 1936 que l’American Staffordshire Terrier est reconnu comme une race à part entière, le distinguant ainsi de son cousin, l’American Pit Bull Terrier. Il est d’abord reconnu sous le nom de Staffordshire Terrier, puis prend le nom définitif d’American Staffordshire Terrier en 1976.


L’American Staffordshire Terrier est un chien au caractère indépendant et courageux. Vif et agile, il a besoin de se dépenser. Bon gardien, il fait aussi un excellent chien de compagnie. Attention, cependant, car l’American Stafford Terrier est soumis à la loi du 6 janvier 1999, sur les chiens dits « dangereux ». Sa détention est soumise à conditions.

7. Retriever du Labrador

Inscriptions au LOF : 8000


Le retriever du Labrador, plus connu sous le nom de Labrador, n’est pas originaire du Canada comme son nom pourrait le laisser supposer, mais du Royaume-Uni. S’il descend bel et bien des chiens de Saint-John, le Labrador a été importé au Royaume-Uni, où la race a été développée avant de retourner au Canada. Une légende raconte que le Labrador serait issu d’un croisement entre une loutre et d’un Terre-neuve.


Le Labrador est un chien fidèle, intelligent et docile. Il se montre très amical et n’est pas méfiant envers les étrangers. C’est un chien joueur, qui fait également preuve de beaucoup de patience. Son caractère en fait un très bon chien d’assistance et de sauvetage.

8. Cavalier King Charles

Inscriptions au LOF : 6287


Le Cavalier King Charles Spaniel est un petit épagneul originaire d’Angleterre. Ses origines sont anciennes : son ancêtre, le King Charles Spaniel était l’animal de prédilection du roi Charles II d’Angleterre, au XVIIe siècle, d’où son nom. Le Cavalier King Charles Spaniel n’existe en tant que tel que depuis les années 1920, où il a été reconnu comme une race à part entière. Il se différencie désormais très clairement du King Charles Spaniel.


Chien de chasse à l’origine, le Cavalier King Charles Spaniel est aujourd’hui avant tout un chien de compagnie. C’est un parfait chien d’appartement, même s’il a quand même besoin de se dépenser. C’est un petit chien vif et agile, très sociable et attaché à ses maîtres. Il convient très bien aux personnages âgées.

9. Bouledogue Français

Inscriptions au LOF : 5833


Les origines du Bouledogue français sont très anciennes. Il descend en effet d’une race de chien qui existait dès le Ve siècle av. J.-C., en Mésopotamie. Ces chiens se seraient ensuite diffusés vers l’Ouest via les troupes nomades. Ce n’est cependant que dans les années 1850 que le Bouledogue français tel que nous le connaissons aujourd’hui prend forme. Il est issu d’un croisement entre un Bull Terrier et un ratier de Paris. Très vite, le Bouledogue français trouve son public, notamment auprès des artistes, mais également auprès de personnes plus modestes. Cette popularité s’est progressivement atténuée avant de connaître un nouveau bond dans les années 80.


Le Bouledogue français est un petit chien gentil, joueur et amical, très proche de son maître. Fidèle, intelligent et sociable, il peut cependant se montrer têtu. Ses origines combattantes sont bien loin aujourd’hui. Le Bouledogue français est devenu un véritable chien de compagnie.

10. Cocker Spaniel Anglais

Inscriptions au LOF : 5784


Le Cocker Spaniel anglais est un chien de chasse originaire du Royaume-Uni. Il a commencé à se développer au XVIIIe siècle et était utilisé dans la chasse à la bécasse. Le terme même de Cocker Spaniel apparaît dans les années 1850, avant que le standard de la race ne soit fixé en 1901. Le Cocker Spaniel dépasse très vite les frontières de son pays d’origine et arrive en France dans les années 1890.


Le Cocker Spaniel est un chien doux et affectueux, qui a de l’énergie à revendre et qui aime se dépenser. C’est un bon compagnon de jeu pour les enfants. S’il est souvent utilisé comme chien de compagnie, le Cocker Spaniel anglais est un excellent chasseur, polyvalent.

11. Beagle

Inscriptions au LOF : 5405


Les ancêtres du Beagle étaient présents en Grèce antique comme l’attestent plusieurs sources. Les historiens supposent que ces chiens courants ont ensuite été importés par les Romains au moment de la conquête de l’Angleterre. À force de croisement, deux races se développent, le chien courant du Sud et le chien courant du Nord. Ce n’est cependant que dans les années 1830 que la race Beagle est peu à peu développée par le révérend Phillip Honeywood. Le Beagle s’exporte alors, notamment aux États-Unis, tandis que le standard se fixe dans les années 1890. Le Beagle est encore aujourd’hui très populaire en Amérique du Nord, où il est souvent utilisé comme chien de chasse.


Le Beagle est un chien joyeux, énergique et doux, bien que parfois un peu têtu. Affectueux envers ses maîtres, il se montre plus distant avec les étrangers. Pour autant, il ne fait pas un bon chien de garde. Il se montre cependant très patient avec les enfants.

12. Setter Anglais

Inscriptions au LOF : 5334


Les origines du Setter anglais sont incertaines, mais certains experts pensent qu’il descendrait du chien d’oysel, une race de chiens de chasse aujourd’hui disparue. Ce que l’on sait avec certitude, en revanche, c’est que les efforts pour fixer le standard du Setter anglais ont commencé en 1825, à l'initiative d’Eward Laverack, puis de Purcell Llewellin. Le Setter anglais arrive en France dans les années 1860 et gagne très vite en popularité. Encore aujourd’hui, c’est la race de chien d’arrêt la plus utilisée dans l’Hexagone.


Le Setter anglais est un chien gentil, affectueux et joyeux, très dévoué à son maître et sa famille. Intelligent, le Setter anglais est un chien facile à éduquer, à condition de prendre en compte sa sensibilité. Si c’est un excellent chien de chasse, il se révèle également être un parfait chien de compagnie. 

13. Chihuahua

Inscriptions au LOF : 5303


Le Chihuahua est originaire de la province qui porte son nom, au Mexique. Des représentations très anciennes de Chihuahua, datant de l’époque toltèque et aztèque, ont par ailleurs été retrouvées. Pour d’autres spécialistes, le Chihuahua serait originaire de Chine. On a en effet découvert des représentations de chiens lui ressemblant sur des tableaux européens, attestant d’une importation de l’animal depuis l’Empire du Milieu. Mais à l’heure actuelle, le pays de naissance du chien reste officiellement le Mexique.


Le Chihuahua est un petit chien énergique à fort caractère. Têtu, il devient très vite tyrannique s’il n’est pas bien encadré et éduqué. Il est malgré tout très câlin et affectueux avec son maître, dont il est très proche.

14. Cane Corso

Inscriptions au LOF : 4591


Les origines du Cane Corso sont lointaines. Les ancêtres du chien étaient utilisés par les Romains comme chiens de garde et chiens de chasse. Le Cane Corso partage des origines communes avec le Mâtin napolitain. La résurgence de celui-ci au XXe siècle a provoqué une raréfaction du Cane Corso en Italie du Sud, avant que la race ne soit sauvée de l’extinction dans les années 1970. En 1994, le Cane Corso a été reconnu comme la 14e race de chien officielle de l’Italie.


Le Cane Corso excelle comme chien de garde, toujours vigilant et en éveil. Malgré son allure imposante, c’est un chien calme et loyal, entièrement dévoué à son maître. Il a besoin de se défouler, car c’est un chien qui a de l’énergie à revendre.

15. Épagneul Breton

Inscriptions au LOF : 4562


Comme son nom le laisse entendre, l’Épagneul breton est originaire de Bretagne, mais ses origines exactes sont mal connues. Il pourrait descendre du chien d’oysel, aujourd’hui disparu, d’un croisement entre des chiens importés par les Celtes et le chien de l’Argoat, ou avoir vu le jour au XIXe siècle, à la suite de croisement avec des Setters anglais. Toujours est-il que le standard de la race a été fixé en 1908. L’Épagneul breton est très vite devenu populaire à travers le monde.


C’est un chien sociable, équilibré et très adaptable. Intelligent, l’Épagneul breton est facile à éduquer et très obéissant. Il s’entend bien avec tout le monde et fait un très bon chien de compagnie, malgré son côté un peu indépendant.

16. Husky de Sibérie

Inscriptions au LOF : 4054


Le Husky de Sibérie est apparu vers 2000 av. J.-C., en Sibérie, d’où il tire son nom. Il a côtoyé le peuple Tchouktche, qui a contribué à l’amélioration de la race par des procédés d’élevage et de croisements méthodiques. Les Huskies étaient utilisés comme chien de traîneau, mais également comme gardiens de troupeau. Le Husky arrive aux États-Unis, en Alaska, en 1909, afin de participer à une course. Impressionné par le résultat des neuf animaux, un Écossais décide d’en importer une soixantaine et commence à développer la race. Le Husky est reconnu comme une race à part entière en 1930. C’est en 1970 que le premier Husky arrive en France.


Le Husky est un chien doux et sociable, qui se montre aussi très affectueux. Sociable, doux, il aime énormément les enfants. Le Husky a besoin de beaucoup se dépenser et a de l’énergie à revendre. Il convient donc à des maîtres sportifs qui peuvent lui consacrer du temps.

17. Yorkshire Terrier

Inscriptions au LOF : 3856


Le Yorkshire terrier est une race récente, qui a vu le jour au XIXe siècle en Angleterre, dans le comté du Yorkshire auquel il doit son nom. Le Yorkshire Terrier descend de petits terriers importés par les ouvriers écossais qui s’en servaient pour faire la chasse à la vermine. Le standard de la race commence à se développer dans les années 1860. Importé aux États-Unis quelques années plus tard, le Yorkshire délaisse très vite ses origines de chasseur pour devenir un petit chien de compagnie.


Le Yorkshire, en bon terrier, est un chien vif et énergique. Affectueux, il se montre malgré tout têtu et n’est pas toujours disposé à obéir. Sa taille n’est pas dissuasive, mais ses aboiements en font cependant un bon chien d’alarme. 

18. Teckel

Inscriptions au LOF : 3811


Le Teckel est un chien originaire d’Allemagne, utilisé dans la chasse aux blaireaux, aux renards et aux lapins. Son nom (Daschund) vient d’ailleurs de l’allemand dachs, qui signifie blaireau. La race a vu le jour au XVIIe siècle, avant de se développer de manière assidue au XIXe siècle. Il existe trois variétés de Teckel : à poils durs, à poils ras et à poils longs.


Le Teckel n’a certainement pas perdu son caractère de chien de chasse. C’est un animal plein d’assurance, vif, têtu sur les bords. Il n’a peur de rien et n’hésite pas à défier des chiens bien plus grands que lui. Intelligent et joueur, il est très attaché à son maître.

19. Spitz Allemand

Inscriptions au LOF : 3249


Le Spitz allemand est bel et bien originaire d’Allemagne. Il descend très probablement des chiens des tourbières, à l’âge de Bronze. On retrouve également des traces de ces chiens durant l’Antiquité et au Moyen-âge. Le Spitz allemand, en particulier dans sa version naine, a toujours été un chien très apprécié, et il a côtoyé de nombreux artistes et grands de ce monde. Catherine II de Russie ou encore Marie-Antoinette appréciaient particulièrement le petit chien. Le Spitz nain, aussi connu sous le nom de Loulou de Poméranie, devient très populaire au XIXe siècle. 


Le Spitz allemand est un chien très vif et réactif. Il est très attaché à son maître. Il est un très mauvais chien de chasse, mais fait en revanche un excellent chien d’alarme, en raison de sa méfiance naturelle envers les étrangers. C’est un chien qui aime faire plaisir à son maître et qui est donc facile à éduquer.

20. Bouvier Bernois

Inscriptions au LOF : 3239


Le Bouvier bernois vient tout droit de Suisse. C’est une race très ancienne, qui a vu le jour dans les petits villages aux alentours de Berne. Les origines exactes ne sont pas connues. Certains pensent que le Bouvier bernois est né soit à la suite d’un croisement entre l’ancêtre du chien et le Dogue du Tibet utilisé par les armées romaines, soit après un croisement avec un chien utilisé pour transporter le lait et garder les animaux. Le Bouvier bernois tel que nous le connaissons se développe surtout dans la seconde partie du XIXe siècle. Aujourd’hui, le Bouvier bernois est surtout utilisé comme chien de compagnie.


Le Bouvier bernois est un chien très affectueux, attaché à ses maîtres au point d’en devenir pot-de-colle. C’est un animal tranquille et peu sportif. Intelligent, adaptable, le Bouvier bernois est facile à éduquer. S’il n’a pas la vocation d’être un chien de garde, il saura cependant protéger sa famille s’il le faut. Sa taille peut aussi se montrer dissuasive. 

21. Jack Russell

Le Jack Russell Terrier, plus communément appelé Jack Russell, est un petit chien plein d’énergie originaire d’Angleterre. Créé par le pasteur John Russell, à qui il doit son nom, le Jack Russell est d’abord utilisé pour la chasse aux renards. Aujourd’hui, le Jack Russell est surtout utilisé comme chien de compagnie à travers le monde. Le standard anglais accepte des chiens plus grands que ceux que l’on retrouve en Europe, mais la Fédération Cynologique Internationale admet toutes les tailles de Jack Russell.


Côté caractère, ce toutou est une vraie pile électrique, et c’est le moins que l’on puisse dire. Malgré sa taille assez réduite, il n’est pas vraiment fait pour la vie en appartement, car il a besoin de courir pour se dépenser. Un Jack Russell inactif est un Jack Russell malheureux, prompt à l’ennui, à la dépression et aux comportements destructeurs. Il lui faut avant tout un maître sportif et aventureux.

22. Rottweiler

Parfois victime de sa mauvaise réputation injuste, le Rottweiler est une race de chien très ancienne : il fut en effet importé dans la ville de Rottweil, à qui il doit son nom, par les Romains. Au Moyen-Âge, les ancêtres du Rottweiler sont utilisés par les bouchers, à la fois comme bouviers et comme chiens de garde. À partir du XIXe siècle, le nom de Rottweiler apparaît, mais la race manque de disparaître avant de se reconvertir comme chien militaire au moment de la Première Guerre mondiale. Après la guerre, le Rottweiler est surtout utilisé comme chien de garde : c’est l’un des toutous les plus populaires dans ce rôle. En France, il est considéré comme un chien de catégorie 2 et est soumis à la loi de janvier 1999.


Malgré ses apparences un peu bourrues, le Rottweiler est un chien loyal, doux et fidèle. C’est un protecteur né, qui n’hésitera jamais à défendre sa famille et son territoire. Compte tenu de sa taille, une éducation ferme est nécessaire pour le canaliser.

23. Border Collie

Race originaire des Scottish Borders, région qui marque la frontière entre l’Écosse et l’Angleterre – d’où son nom !, le Border Collie est un chien traditionnellement utilisé dans la conduite des troupeaux. Il serait issu de croisements entre le Pointer anglais et le Setter Gordon, au cours des XVIII et XIXe siècles. Bien qu’elle fût reconnue en 1893 dans sa région d’origine, la race n’arrive que dans les années 1970 en France, où elle connaît depuis une certaine popularité !


Considéré comme l’un des chiens les plus intelligents du monde, le Border Collie est avant tout un formidable chien de berger. Mais il peut également faire un merveilleux chien de compagnie. Vif et volontaire, il a besoin de beaucoup d’activités physiques pour être parfaitement équilibré au quotidien. Sachez qu’il excelle dans les disciplines sportives comme l’agility ! 

24. Berger Blanc Suisse

Contrairement à ce que pourrait laisser entendre son nom, le Berger Blanc Suisse n’est pas vraiment né en Suisse, mais en Allemagne. Son histoire est indissociable de celle du Berger allemand, dont il descend. Certaines portées de Berger allemand comportaient en effet des chiots blancs, bien que le standard établi à la fin du XIXe siècle ne les reconnaisse plus. À partir de 1933, la couleur blanche est purement et simplement interdite, et les chiots qui naissaient blancs étaient voués à une mort certaine en Europe. En Amérique du Nord, cependant, l’élevage de Berger blanc se poursuit. Dans les années 1960, une éleveuse importe un Berger blanc, mais ne peut le faire enregistrer en Allemagne : elle choisit alors la Suisse. C’est pour cela que la paternité du Berger Blanc Suisse est attribuée à la Suisse, en 2003.


Le caractère du Berger Blanc Suisse en fait un chien fidèle, très attaché à son maître et d’une grande douceur. Très intelligent, il ne supporte pas la solitude et a besoin d’une grande présence humaine. 

25. Chien de Berger des Shetland

Le Berger des Shetland est originaire des îles des Shetland, au nord de l’Écosse, auxquelles il doit son nom. Traditionnellement utilisé pour garder les moutons, il est probablement le fruit d’un croisement entre des chiens autochtones et des Colley. Son allure n’est d’ailleurs pas sans rappeler son lointain cousin, mais le chien de berger des Shetland est bel et bien une race à part entière, avec ses propres caractéristiques.


Auparavant surtout utilisés comme chien de berger, le Shetland est devenu principalement un chien de compagnie très apprécié pour son calme et sa gentillesse. Très attaché à son maître, il s’entend également merveilleusement bien avec les enfants. Il règne sur les compétitions d’agility !

26. Berger de Beauce

Le Berger de Beauce, plus connu sous le simple nom de Beauceron, est un chien d’origine française. Il est en effet né dans la région de la Beauce, d’où il tire son nom. C’est une race récente, apparue à la fin du XIXe siècle. Parfois appelé Bas-Rouge, le Beauceron gagne assez vite en popularité. Utilisé principalement comme chien de berger, il se reconvertit peu à peu en chien de compagnie et en chien de garde et de défense, discipline dans lesquelles il excelle.


Le Beauceron n’est pas seulement un chien impressionnant en taille : il se dégage de lui une véritable sensation d’autorité, ce qui en fait un animal très dissuasif. Courageux, très protecteur, c’est aussi un toutou sensible proche de sa famille, pour qui il sera prêt à tout. 

27. Bouledogue Anglais

Petit molosse, le Bouledogue anglais est une race ancienne, dont on retrouve des traces dès le XIIIe siècle. Utilisé dans les combats contre des taureaux, il manque de disparaître en Angleterre, son pays d’origine, au XIXe siècle après l’interdiction des combats de chien en 1835. Il ne doit son salut qu’à des éleveurs passionnés qui mettent tout en œuvre pour sauver la race. Le Bulldog anglais fut alors un peu remanié à l’aide de croisements jusqu’à arriver au chien que nous connaissons aujourd’hui, parfaitement adapté à la compagnie et bien loin de ses origines tumultueuses.


Le Bouledogue anglais est un chien calme, qui apprécie les siestes sur le canapé. Il garde des traces de son passé, car il a conservé une très grande force, dont il se sert cependant assez peu. Très intelligent, il apprécie de jouer, en particulier avec les enfants, et se montre méfiant envers les étrangers ce qui en fait, malgré sa taille, un bon gardien. 

28. Boxer

Le Boxer est issu de différents croisements entre le Bulldog Anglais et le chien de Bullenbeisser, aujourd’hui disparu. Le Bullenbeisser était un chien très puissant et lourd, utilisé pour attaquer les taureaux et les immobiliser. Le Boxer est né en Allemagne à la fin du XIXe siècle. Plus léger que son illustre ancêtre, il était aussi beaucoup plus contrôlable et moins agressif. Après avoir été utilisé dans les combats contre les taureaux, le Boxer est peu à peu devenu un chien de compagnie après l’interdiction de cette pratique.


Le Boxer est un chien très joueur, qui s’entend merveilleusement bien avec les enfants. Très courageux, d’une fidélité à toute épreuve envers sa famille, le Boxer saura se montrer protecteur en cas de besoin. Il est parfois utilisé comme chien de défense. 

29. Shih Tzu

Le Shih Tzu, dont le nom signifie « chien lion », appartient à la catégorie des chiens du Tibet, dont il est originaire. Le Shih Tzu arrive en Chine au XVIe siècle, où il gagne très vite les faveurs de la cour impériale. Au XXe siècle, plusieurs Shih Tzu sont importés en Grande-Bretagne, ce qui lança l’élevage de la race en Europe. Là aussi, les Shih Tzu devinrent rapidement très populaires. Le Shih Tzu arrive en France juste après la guerre, en 1946. La race est reconnue à titre définitif en 1953.


Chien très intelligent, le Shih Tzu allie gentillesse et sociabilité. C’est un chien très attaché à son maître, avec qui il passe volontiers des heures. Le Shih Tzu est aussi un excellent compagnon de jeux pour les enfants.  

30. Coton de Tuléar

Les origines exactes du Coton de Tuléar sont mal connues : on estime qu’il pourrait descendre de bichons importés par des pirates à Madagascar aux XVIe et XVIIe siècles, croisés ensuite avec des chiens locaux. Le Coton de Tuléar doit son nom au port de Tuléar, l’un des plus grands ports de l’île de Madagascar. Le premier Coton de Tuléar moderne est arrivé en France en 1977. La race a été reconnue en 1970.


Le Coton de Tuléar est exclusivement un chien de compagnie. De bon caractère, gai et affectueux, il apprécie de jouer de longues heures avec des enfants. En revanche, il ne supporte pas du tout la solitude et souffrirait très rapidement de trop longues absences. 

31. Terre-Neuve

Le Terre-Neuve est une race, qui descendrait des chiens de l’île de Terre-Neuve, au Canada. Ces chiens ont été introduits par les Viking autour de l’an mil, lors de leur incursion dans la région. Le Terre-Neuve, utilisé pour tirer les troncs, avait aussi sa place sur les navires de pêche, où il remontait les filets et plongeait à l’eau pour sauver les matelots passés par-dessus bord. Excellent nageur, le Terre-Neuve a en effet la particularité d’avoir les pattes palmées. Aujourd’hui, le Terre-Neuve est un chien de sauvetage en mer particulièrement efficace.


Le Terre-Neuve est un chien courageux, solide et endurant. Encore chien de travail, il peut aussi tout à fait convenir en tant que chien de compagnie, tant il est d’un caractère doux et gentil. Sociable et loyal, il est méfiant avec les étrangers, mais jamais agressif.

32. Shiba Inu

En japonais, inu signifie chien, et shiba peut signifier, petit ou broussailles. À l’origine utilisé comme chien de chasse, le Shiba Inu est aujourd’hui surtout un chien de compagnie, plus particulièrement en Europe. Au début du XXe siècle, le Shiba Inu manque de s’éteindre, entré en compétition avec des races venues de l’étranger, mais il est sauvé de justesse grâce à des éleveurs passionnés. Aujourd’hui, c’est devenu une race assez populaire à travers le monde.


Niveau caractère, le Shiba Inu est fidèle et actif. Craintif, il n’en reste pas moins protecteur avec sa famille. Attention, il a parfois du mal à s’entendre avec les autres mâles en raison de son côté dominateur.

33. Akita Inu

Race relativement récente, apparue très probablement aux alentours du XVII ou XVIIIe siècle, l’Akita Inu est originaire du Japon, de la préfecture d’Akita à laquelle il doit son nom. Utilisés pour chasser l’ours, le cerf ou le sanglier, les ancêtres de l’Akita Inu sont croisés avec des Tosa et des Mastiffs. Après l’interdiction des combats de chien en 1908, l’Akita Inu est préservé par plusieurs éleveurs passionnés. Après la guerre, des Akita Inu sont importés aux États-Unis, où ils donnent naissance à la lignée américaine. Aujourd’hui, l’Akita Inu est surtout un chien de compagnie. Hachikô, l’un des chiens les plus célèbres du monde, était un Akita Inu.


Chien très intelligent, l’Akita n’en reste pas moins un chien assez difficile. Il est peu conseillé comme premier compagnon pour les novices. Doté d’un fort caractère, il est méfiant envers les étrangers, mais très proche de sa famille. 

34. Samoyède

Le Samoyède est un chien venu tout droit de Russie, où il était traditionnellement utilisés par des tribus éleveuses de rennes, les Nénètses et les Nganassanes, en Sibérie orientale. Les Samoyèdes servaient à la fois à la chasse et à la garde des troupeaux. Au XIXe siècle, l’explorateur Ernest Kilburn Scott ramène un chiot Samoyède en Angleterre. Ce chiot est à l’origine de la lignée européenne des Samoyèdes. Aujourd’hui caractérisé par sa fourrure blanche, il restait pourtant rare que le Samoyède arbore des poils immaculés au début du XXe siècle ! Ce chien est désormais avant tout utilisé comme chien de compagnie en Europe.


Très attaché à ses maîtres, le Samoyède supporte très mal la solitude. Chien intelligent et dévoué, il est très sociable et très mauvais chien de garde. Sportif, il a un besoin impératif de se dépenser chaque jour.

35. Carlin

Le Carlin est une race de chien venue de Chine et très ancienne. Elle est arrivée en Europe au XVIe siècle. Le Carlin devient alors très populaire dans les cours royales, en particulier celles de Hollande et d’Angleterre. Au XIXe siècle, la reine Victoria développa un véritable passion pour les Carlins, ce qui contribua aussi à grandement populariser la race. Aujourd’hui, le Carlin est toujours utilisé comme un chien de compagnie. C’est un animal populaire, surtout de l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis et au Canada.


Malgré sa petite taille, le Carlin est un chien courageux et déterminé. Il n’hésitera d’ailleurs jamais à s’opposer à des chiens beaucoup plus grands que lui ! Le Carlin s’entend très bien avec les enfants, pour qui il fait un merveilleux compagnon de jeux.

36. Dogue argentin

Le Dogue argentin est une race récente, qui a vu le jour au début du XXe siècle en Argentine. Son créateur voulait réunir les qualités du chien de combat Perro de Pelea. Le but était de créer une nouvelle race de chien de chasse, très efficace dans les marais et la pampa. Il croise ainsi des Perro de Pelea avec des Mâtins des Pyrénées et des Bull Terriers. Son frère, qui reprend ensuite l’élevage, poursuit les croisements avec des Dogues allemands, des Dogues de Bordeaux ou encore des Mastiffs. Il finit par créer un chien de couleur blanche : c’est la caractéristique indispensable du Dogue argentin, même si malheureusement, la couleur blanche est porteuse du gène de la surdité.


Le Dogue argentin est un chien très fidèle et protecteur. Excellent chien de garde, il n’aboie jamais sans raison. Il s’entend très bien avec les enfants et les autres animaux.   

37. Dogue allemand

Les origines exactes du Dogue allemand sont encore discutées aujourd’hui. Alors que son nom laisse entendre qu’il a vu le jour en Allemagne, pour d’autres, le Dogue allemand est originaire du Danemark, d’où son autre nom, le grand Danois. En réalité, le Dogue allemand est bien allemand, mais il a joui d’une immense popularité au Danemark, ce qui a un peu brouillé les pistes. Le Dogue allemand descendrait dans tous les cas du Dogue du Tibet et du Bullenbeisser, race aujourd’hui disparue. Le Dogue allemand devient très populaire en Allemagne à partir des années 1870. Le chancelier Bismarck, qui en possédait deux, a grandement contribué à cette popularité. Aujourd’hui, c’est une race très appréciée et populaire dans le monde entier.


Le Dogue allemand est un chien très affectueux et doux avec sa famille, mais il est également très protecteur. Il n’hésitera jamais à s’interposer en cas de danger, quitte à mettre sa vie en péril. Sa taille et son aboiement puissant le prédisposent pour la garde.

38. Saint-Bernard

Rendu très célèbre par le film Beethoven, le Saint-Bernard est un chien de montagne géant, originaire de Suisse. Il semble que les ancêtres de la race soient très anciens : des bas-reliefs, découverts en Assyrie et datant d’au moins trois millénaires avant notre ère, attestent de la présence de chiens ressemblant à des Saint-Bernard. Celui-ci était utilisé comme chien de garde et chien de sauvetage par les moines des monastères des cols du Grand-Saint-Bernard et du Petit-Saint-Bernard, en Suisse. Toute une mythologie entoure le Saint-Bernard, souvent représenté avec un petit tonnelet d’alcool autour du cou. Selon la légende, le chien retrouvait les promeneurs égarés et leur offrait le vin afin de leur redonner de la vigueur.


Le Saint-Bernard est un immense toutou au caractère placide et doux. Déterminé, il est aussi très courageux et a un très fort instinct de sauvetage : il n’hésitera donc jamais à venir au secours d’une personne qu’il estime en danger.

39. Bichon maltais

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser entendre, le Bichon maltais n’est pas originaire de l’île de Malte. La race est en réalité très ancienne, et son nom proviendrait du mot màlat, qui signifie malte en phénicien. Les ancêtres du Bichon maltais étaient très appréciés de l’aristocratie romaine, et l’on retrouve des traces de ce chien dans de nombreuses villes de Méditerranée. La popularité du Bichon maltais reste constante dans le temps. De grands peintres de la Renaissance, comme Rubens et Goya, le représentent dans leurs peintures.


Le Bichon maltais est un chien d’une grande intelligence et d’une grande vivacité. Il déteste en revanche la solitude et n’hésitera pas à le faire savoir en aboyant. C’est un parfait chien de compagnie, tout à fait adapté à la vie en appartement.

40. Malamute de l'Alaska

Le Malamute de l’Alaska, plus simplement appelé Malamute, est un chien de traîneau aux origines anciennes, utilisé depuis très longtemps par la tribu inuit des Mahlemiuts, à qui il doit son nom. Au moment de la ruée vers l’or, à la fin du XIXe siècle, dans le Klondike, les colons découvrent à leur tour le Malamute, dont ils détectent très vite l’efficacité. Ils tentent des croisements avec des races européennes pour améliorer la race, mais c’est un échec. Dans les années 1930, le Malamute, dont les effectifs sont en chute libre, manque de disparaître. La race est sauvée par Eva Seeley et son mari, et par Paul Voelker, qui chacun donne naissance à une lignée de Malamute. Aujourd’hui, le Malamute est devenu une race assez populaire à travers le monde.


Sociable et amical, le Malamute est un parfait chien de famille. Il est très joueur et a besoin de se dépenser chaque jour pour être bien dans sa tête. C’est un chien qui déteste la solitude. N’adoptez surtout pas un Malamute si vous vous absentez trop longtemps de chez vous chaque jour.

41. Braque de Weimar

Chien de chasse originaire de l’Allemagne, le Braque de Weimar doit son nom au Grand-Duché de Weimar, où il était particulièrement apprécié par la noblesse locale. Une légende le fait descendre des chiens gris de Saint-Louis, chiens utilisés par le roi Louis IX. Traditionnellement à poil court, une variété à poil long apparaît au cours du XXe siècle. Un élevage systématique se met en place à la fin du XIXe siècle pour standardiser la race. Le club du Braque de Weimar est créé en France en 1978.


Le Braque de Weimar est un chien d'arrêt, très énergique et particulièrement doué pour la chasse. Bien qu’un peu têtu, le Braque de Weimar est très attaché à sa famille, pour qui il sera prêt à tout.

42. Shar-Pei

Le Shar-Pei est un chien originaire de Chine. Il s’agit d’une race très ancienne, née il y a environ 2000 ans. Il serait né dans la province du Guangdong, au sud. En chinois, le nom de Shar-Pei signifie peau de sable. Il était traditionnellement utilisé par les paysans comme chien de chasse et chien de garde. Il était également utilisé comme chien de combat. Rustique, il n’avait pas vraiment les faveurs des classes les plus riches. À l’arrivée massive des Occidentaux au XIXe siècle, de nouvelles races de chien de combat apparaissent, contre lesquelles le Shar-Pei ne pouvait rien faire. Délaissée, la race a manqué de disparaître, avant d’être sauvée dans les années 1960 par des éleveurs américains et britanniques, qui importèrent plusieurs Shar-Pei.


Le Shar-Pei est un chien très calme, d’une grande douceur et d’une grande gentillesse. Son instinct protecteur fait de lui un bon gardien, d’autant qu’il est particulièrement fidèle à sa famille.

43. Dogue de Bordeaux

Les ancêtres du Dogue de Bordeaux seraient arrivés dans le sud de la Gaule au Ve siècle, en compagnie des cavaliers nomades venus d’Asie, comme les Alains, les Huns ou les Taïfales. Ces chiens furent croisés au fur et à mesure des siècles avec d’autres chiens autochtones. Utilisé à la fois pour la chasse au gros gibier, pour garder le bétail des bouchers et pour les combats de chien, le Dogue de Bordeaux a failli disparaître au XXe siècle en raison des deux guerres mondiales, avant d’être sauvé par des éleveurs passionnés. La race est définitivement relancée dans les années 70.


Bien qu’il fasse un excellent chien de garde et de défense, le Dogue de Bordeaux est aussi un merveilleux chien de compagnie. Courageux et déterminé, il possède un très fort instinct de protection. 

44. Caniche

Les origines du Caniche sont hélas mal connues. Plusieurs versions s’affrontent, sans qu’aucune ne tire son épingle du jeu. Pour certains, il descend du Barbet français. Pour d’autres, son ancêtre est un ancien épagneul d’eau allemand aujourd’hui disparu. Quoi qu’il en soit, le Caniche devient assez rapidement l’un des chiens favoris des nobles et des têtes couronnées d’Europe. Le roi Henri III est connu pour être un grand amateur de caniches. Il reste un chien des classes supérieures jusqu’au XXe siècle, avant de se démocratiser dans les classes moins aisées. Le Caniche a la particularité d’avoir les pattes palmées : il était traditionnellement utilisé dans la chasse au canard, dans l’eau, et devait donc parfaitement savoir nager.


Le Caniche est un chien qui déborde d’énergie et de vitalité. Particulièrement intelligent, il peut aussi se montrer forte tête à ses heures. Cependant, il ne faut surtout pas faire preuve de violence avec lui, car c’est un chien très sensible.

45. Mastiff

La race daterait de 2500 av. J.-C.. Jules César en fait mention en 55 av. J.-C., lorsqu’il lance l’invasion de l’Angleterre. Les Romains ramènent alors les animaux avec eux pour s’en servir comme chiens de guerre. Certains spécialistes pensent que certains chiens ont été croisés avec des Mastiffs alpins, aujourd’hui disparus, à la fin du XIXe siècle pour donner naissance à la race de Mastiff que nous connaissons aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, la paternité du Mastiff a été attribuée à l’Angleterre. La race a manqué de s’éteindre après la Seconde Guerre mondiale, avant d’être sauvée de justesse. Elle a été reconnue à titre définitif par la Fédération Cynologique Internationale en 1964.


Malgré son apparence très dissuasive, le Mastiff est un chien doux et affectueux. C’est cependant un très bon chien de garde, méfiant envers les étrangers, et qui n’hésitera pas à s’interposer en cas de danger.

46. Dobermann

Le Dobermann doit son nom à son créateur, l’Allemand Karl Friedrich Louis Dobermann, qui a fait naître la race à la fin du XIXe siècle. Karl Dobermann, alors précepteur d’impôts, aurait créé une race de chien capable de le protéger lors de ses déplacements avec de fortes sommes d’argent. Le Dobermann serait dans tous les cas le croisement de plusieurs races, dont le Dogue allemand, le Pinscher et le Berger allemand. Le Dobermann arrive aux États-Unis en 1898. En France, il arrive par l’Alsace à la fin du XIXe siècle. Le succès du Dobermann a été immédiat, notamment auprès des institutions de protection, comme les forces de l’ordre. Malheureusement, sa réputation fut durement entachée en raison de son utilisation durant la Seconde Guerre mondiale par les troupes SS.


Particulièrement endurant, le Dobermann est un véritable athlète. C’est aussi un chien très affectueux et doux avec sa famille, bien loin de l’image d’animal féroce que l’on peut avoir en tête. C’est un très bon chien de garde, attentif et méfiant envers les étrangers.

47. Dalmatien

Malheureusement, les origines du Dalmatien sont mal connues et restent à l’état d’hypothèse. Selon certains historiens, la race était déjà connue durant l’Égypte antique. Pour d’autres, le Dalmatien est originaire d’une région de Croatie, la Dalmatie, à laquelle il doit son nom. Des livres du XVIIIe siècle font état de chien blanc à la robe tachetée. Le Dalmatien est devenu la mascotte des pompiers outre-Atlantique, car il emboitait le pas aux charrettes de pompier tractées par des chevaux. Le Dalmatien est d’ailleurs un chien de cocher, et aujourd'hui encore, il s’entend merveilleusement bien avec les chevaux. Il a été rendu célèbre à travers le monde avec le film Les 101 Dalmatiens.


Sensible, le Dalmatien n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il n’est donc pas vraiment conseillé comme premier chien. Actif et intelligent, il est aussi forte tête, ce qui demande une certaine poigne.

48. Dogue du Tibet

Le Dogue du Tibet est une race de chien très ancienne, dont le nom dit déjà tout de son origine. L’animal est bel et bien né au Tibet, où son nom en langue vernaculaire signifie littéralement « chien de porte ». Encore aujourd’hui, le Dogue du Tibet est utilisé par les bergers des hauts plateaux de l’Himalaya pour garder leurs troupeaux. La race est arrivée en Europe au XIXe siècle, par l’intermédiaire de marchands. En France, le premier dogue du Tibet répertorié arrive en 1978. La race a une certaine aura, au point que certains sont prêts à dépenser des sommes folles pour acquérir un dogue. Le record du chien le plus cher du monde est toujours détenu par un Dogue du Tibet. En Chine, ce chien est un signe extérieur de richesse.


Le Dogue du Tibet est un chien protecteur et très fidèle à sa famille, ce qui en fait un excellent gardien. Sa taille, à elle seule, est déjà dissuasive. Son caractère imprévisible et son indépendance n’en font pas le meilleur chien de famille. Il est déconseillé comme premier chien.

49. Berger des Pyrénées

Le Berger des Pyrénées, qui existe en deux versions (à poil ras et à poil long), est une race d’origine français, mais confidentielle au niveau du territoire. Bien qu’elle soit relativement ancienne, son existence ne dépasse pas vraiment les frontières des Pyrénées avant la Première Guerre mondiale. Il est alors utilisé comme chien militaire et chien de liaison, position dans laquelle il excelle. La population de Bergers des Pyrénées repart à la hausse après le conflit. Aujourd’hui, la race est cependant assez peu connue hors de France. Le Berger des Pyrénées est à la fois utilisé comme bien de troupeau, mais aussi comme chien de compagnie.


Courageux, entièrement dévoué à son maître, le Berger des Pyrénées est également un chien travailleur et opiniâtre. Il a besoin de se dépenser, car c’est un toutou énergique. Les compétitions d’agility sont parfaites pour lui, même s’il reste méfiant envers les étrangers.

50. Pinscher

Bien que le Pinscher existe en tant que tel depuis longtemps, ce n’est au XIXe siècle que se met en place un élevage sélectif de la race en Allemagne. Il existe en deux variétés : le Pinscher allemand et le Pinscher nain. Dans les deux cas, le Pinscher présente des ancêtres communs avec le Schnauzer, autre chien d’origine allemande. Le Pinscher nain, comme son nom l’indique, est un chien miniature, alors que le Pinscher allemand atteint la quarantaine de centimètres au garrot.


Énergique et intelligent, le Pinscher fait également montre d’une très grande fidélité. Qu’il soit allemand ou nain, le Pinscher fait un bon chien de garde, car il sait donner l’alerte lorsqu’il le faut. C’est également un chien doux et un très bon compagnon de jeux pour les enfants.

PUBLIÉ LE 9 FÉVRIER 2020 (mise à jour le 23 octobre 2020) - HECTOR KITCHEN, TOUS DROITS RESERVES 

SVP, donnez nous 1 clic pour évaluer la qualité de cet article. Merci beaucoup 🙏

SON ALIMENTATION PARFAITE ?

en 3mn !

"TESTÉ ET RECOMMANDÉ PAR NOS CLIENTS !"

Ne changez pas seulement de croquettes,

changez de philosophie