COLLEY

Le Colley à poil long, aussi appelé plus simplement Colley ou Berger écossais, est une race de chien de taille moyenne devenue très célèbre à travers le monde entier grâce à Lassie, chienne héroïne de romans et de séries télévisées. Encore très populaire de nos jours, le Colley séduit par sa personnalité et sa beauté.

Un peu d’histoire

Les origines plus anciennes du Colley sont mal connues, mais toujours est-il que la race telle que nous la connaissons aujourd’hui commence à se fixer à partir du XIXe siècle en Écosse. Au départ, le Colley partageait de grandes similitudes avec le Border Collie, avant de s’en éloigner peu à peu.

La race connaît un très fort pic de popularité dans les années 1860. En effet, la reine Victoria se prend de passion pour le Colley. Un premier standard est même établi sous son règne, en 1881. Ce standard fait par ailleurs mention de deux variétés de Colley : le Colley à poil long, appelé Rough Collie, et un Colley à poil court, appelé Smooth Collie. Ce dernier serait né après le croisement d’un lévrier Barzoï avec un Setter anglais. De nos jours, le Colley à poil long et le Colley à poil court sont considérés comme deux races à part entière.

Le Colley arrive dans l’Hexagone à la fin du XIXe siècle. De nos jours, il existe plusieurs lignées de Colley, assez différentes les unes des autres. Attention à ne pas confondre le Berger des Shetland avec le Colley : même s’il lui ressemble, en version miniature, dans les faits, ce chien constitue bien une race à part entière !

Le Colley a été reconnu officiellement par la Fédération Cynologique Internationale en 1955.

Caractéristiques physiques

Le Colley est un chien de taille moyenne à grande et à la silhouette assez élancée. 

  • Le mâle mesure entre 56 et 61 cm au garrot, et pèse entre 20 et 29 kg.

  • La femelle mesure entre 51 et 56 cm au garrot, et pèse entre 18 et 25 kg.

La race appartient au groupe n°1 de la FCI : chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de bouvier suisses). Il porte le numéro 156.

Corps : le corps du Colley est légèrement plus long que haut. Le Colley possède également un dos bien soutenu, avec une poitrine haute et large derrière les épaules. Les côtes sont bien cintrées.

Tête : de profil, la tête du Colley a une forme de coin bien dessiné, avec des contours lisses. Le crâne est plat et le stop légèrement perceptible. L’extrémité du museau est tronquée et arrondie, avec une truffe bien noire.

Oreilles : les oreilles sont de petite taille, bien écartées l’une de l’autre sans être trop éloignées non plus. Lorsque le chien est au repos, elles sont portées en arrière, mais une fois l’animal attentif, elles sont portées vers l’avant et semi-dressées.

Yeux : les yeux du Colley affichent une expression de très grande douceur. Ils sont de taille moyenne et disposés un peu obliquement, en forme d’amande. Ils sont normalement de couleur brun foncé, mais sont bleus chez les sujets bleu merle (qui peuvent également avoir les yeux hétérochromes). 

Queue : la queue est longue et portée bas lorsque le chien n’est pas actif. Elle se relève légèrement en courbe à l’extrémité.

Poil : le pelage du Colley à poil long est, comme son nom l’indique, long et très dense. Le poil de couverture est droit et dur, tandis que le sous-poil, lui aussi bien épais, est doux. Le Colley possède des franges au niveau des pattes.

Couleur : le standard accepte différentes couleurs pour le Colley. Ces couleurs doivent toutes porter des marques blanches :

  • Tricolore (noir dominant, taches feu sur la tête et les membres). C’est la variété de pelage la plus répandue.

  • Zibeline. la couleur de Lassie, et celle qui est désormais surtout associée au Colley.

  • Zibeline et blanc

  • Bleu merle.

Quelques remarques sur la taille du Colley

Même s’il est plutôt léger, le Colley n’en reste pas moins un chien qui ne passe pas inaperçu. Il est important de prendre ce paramètre en compte au moment de l’adoption, notamment si vous comptez voyager avec votre chien. En effet, dans les transports en commun (tant en train qu’en avion), les animaux, au-dessus d’un certain poids, sont soumis à des conditions de voyage plutôt strictes. Pensez à bien vous renseigner avant le départ, notamment en avion, car les compagnies aériennes ont toutes des exigences particulières en ce qui concerne les cages de transport à placer dans la soute.

Pensez aussi au budget que représente l’adoption d’un grand chien. Pas seulement pour l’achat de l’animal, mais surtout pour l’alimentation. Forcément, un animal de grand gabarit mange plus qu’un petit chien. Une alimentation de bonne qualité coûte cher. Pensez-y et réfléchissez pour savoir si votre budget vous permet de suivre.

Caractère

Avant une adoption, il est impératif de bien se renseigner sur le caractère d’une race. Même si chacun a le droit d’avoir des préférences, le critère physique ne doit jamais constituer le critère principal dans le choix de votre futur compagnon à quatre pattes. Il est en effet impensable de demander à un chien de s’adapter à ce que vous attendez de lui.

Heureusement, des standards ont été établis pour vous faciliter la tâche. Ces standards listent les différents traits de caractère que l’on attend chez une race. Bien entendu, des variations sont possibles, et ces listes ne sont pas non plus à prendre entièrement au pied de la lettre. Mais elles restent un outil bienvenu pour les futurs adoptants.

Les qualités du Colley

  • Intelligent

Le Colley est une race de chien particulièrement intelligente. Il comprend vite ce que l’on attend de lui, ce qui est évidemment un avantage pour son éducation.

  • Loyal

Cette race de chien est connue pour vouer une très grande fidélité à son maître, mais également aux autres membres de sa famille. Il se montre très affectueux, et apprécie bien sûr les câlins et les caresses.

  • Protecteur

Il ne faut pas se fier à l’aspect sympathique et docile du Colley. Ce chien peut se montrer très protecteur s’il le faut et s’interposer s’il sent sa famille en danger. Le Colley étant un chien assez grand, il peut se montrer dissuasif s’il le faut.

  • Doux

Le Colley est un chien d’une très grande douceur, en particulier avec les enfants et les personnes âgées. Jamais agressif ou brutal, il n’a pas une seule once d’agressivité en lui, y compris avec les autres chiens ou les autres animaux.

Les points à surveiller chez le Colley

  • Peu indépendant

Le Colley n’est pas du tout un chien indépendant. Si certaines personnes apprécient les toutous pot de colle, il faut quand même se montrer prudent et ne pas encourager votre chien à développer une trop forte dépendance à votre égard (hyper attachement, anxiété de séparation). Le Colley n’est pas, dans tous les cas, un chien fait pour rester seul trop longtemps.

  • Assez possessif

La race de chien Colley est très attachée à son maître, au point que le chien n’aime pas beaucoup partager son attention avec d’autres. Là encore, faites bien attention à ne pas trop encourager l’animal : un trop grand attachement n’est pas une bonne chose.

En raison de ses très grandes qualités, le Colley convient bien pour une première adoption. Cependant, il a quand même besoin d’être éduqué et sociabilisé avec autant de sérieux qu’une autre race.

Comportement avec les autres

Le Colley est un chien d’un naturel sociable. Il s’entend bien avec tout le monde et adore en particulier les enfants. Patient et joueur, il adore s’amuser avec les plus petits, mais malgré le bon caractère du Colley, ne le laissez pas seul sans surveillance avec des enfants. Cette race de chien est aussi tout à fait capable de cohabiter avec des chats, surtout si l'animal a été sociabilisé tôt. Le Colley n’est pas particulièrement dominant ou agressif avec les autres chiens. Une bonne sociabilisation suffit pour qu’il s’entende bien avec ses congénères. Même si le Colley n’est pas un chien de chasse par nature, faites bien attention lorsqu'il est en présence de Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC).

Compatibilité

Le Colley convient-il à tout le monde ? Il est préférable que ce chien gentil, mais très sportif, partage le quotidien de personnes elles-mêmes dynamiques. C’est un animal endurant, et ses maîtres doivent être en mesure de satisfaire ses besoins. Pour cette raison, le Colley n’est pas conseillé pour les personnes sédentaires.

Santé

L’espérance de vie du Colley

L’espérance de vie moyenne du Colley est comprise entre 8 et 12 ans. Elle est donc plutôt dans la moyenne basse pour les chiens de son gabarit. Elle est même comparable à celle des chiens de taille géante, réputés pour vivre beaucoup moins longtemps que les autres. Cependant, il faut bien garder à l’esprit que l’espérance de vie n’est qu’une estimation qui varie en fonction de différents critères. Certains Colleys sont connus pour avoir vécu plus de 15 ans.

Comment prolonger l’espérance de vie du Colley ?

Mettez toutes les chances de votre côté et protégez votre Colley. Comment ? Grâce à ces quelques conseils très faciles à intégrer dans votre quotidien.

  • Une alimentation de haute qualité

Pas de secret. Un chien en bonne santé est un chien qui mange correctement. Il faut donc choisir une nourriture de très bonne qualité, répondant parfaitement aux besoins de votre toutou. N’hésitez pas à demander conseil pour optimiser l’alimentation de votre Colley.

  • Un suivi vétérinaire régulier

Même si votre chien vous paraît en bonne santé, il reste important de le faire examiner par un vétérinaire au moins une fois par an. Certaines maladies insidieuses se développent en silence : vous pouvez alors passer à côté de certains signes. N’hésitez pas non plus à demander un petit bilan de santé lorsque votre Colley commence à vieillir.

  • Des activités quotidiennes

Cette race de chien est connue pour son énergie et son dynamisme. Sans pour autant être aussi demandeuse que d’autres races de chien de berger, comme le Berger australien, le Colley a quand même besoin de se dégourdir les pattes chaque jour pour être heureux. La santé mentale est aussi importante que la santé physique.

  • Une éducation sérieuse

Peu de gens y réfléchissent, et pourtant, éduquer son chien est aussi une façon de le garder en bonne santé, voire en vie. Un Colley bien éduqué et obéissant est en effet un Colley mieux protégé contre les accidents.

Les maladies fréquentes chez le Colley

Même si le Colley est plutôt résistant, il est prédisposé à certaines maladies.

  • La dysplasie de la hanche

Malheureusement, le Colley est, comme beaucoup de races de grands chiens, touché par la dysplasie de la hanche. Il s’agit d’un trouble articulaire dont la gravité est variable, mais qu’il ne faut jamais prendre à la légère. La dysplasie de la hanche est souvent héréditaire : choisissez bien votre élevage. Faites également preuve de prudence au cours de la croissance de votre chiot, car la maladie peut aussi apparaître suite à des traumatismes au cours de la jeunesse de l’animal.

  • L’anomalie de l’œil du Colley

Aussi appelée hypoplasie choroïdienne, l’anomalie de l’œil du Colley est provoquée par le développement anormal d’un composant de l’œil, la choroïde. L’atteinte est bilatérale : elle touche les deux yeux. Cette pathologie est d’origine héréditaire. Dans les cas les plus sérieux, le chien peut devenir aveugle. Il n’existe aucun traitement, mais des tests permettent de dépister le gène responsable et d’écarter les individus porteurs de la reproduction.

  • L’atrophie progressive de la rétine

Il s’agit d’une autre maladie oculaire. La rétine se dégrade progressivement, sans qu’aucun traitement ne puisse empêcher l’avancée de la maladie. Le chien devient alors aveugle. Heureusement, il ne souffre pas. Mais vous devrez, de votre côté, vous adapter au handicap de votre compagnon à quatre pattes. 

  • La persistance du canal artériel

La maladie se caractérise par la persistance d’un petit canal, qui, avant la naissance, sert à envoyer le sang pauvre en oxygène vers la partie gauche du cœur, le fœtus ne respirant pas à l’intérieur du ventre de sa mère. À la naissance, ce canal est censé disparaître, car le cœur droit se met à envoyer ce sang vers les poumons. Il arrive assez fréquemment que cela ne soit pas le cas. Les symptômes de la PCA sont assez peu caractéristiques, et elle est en général découverte par hasard. Elle provoque peu à peu une insuffisance cardiaque. Il est important de mettre en place un traitement rapide.

  • L’épilepsie

Beaucoup de chiens sont touchés par l’épilepsie dite essentielle, et le Colley n’échappe pas à la règle. L’épilepsie est dite essentielle car de causes inconnues. La maladie se caractérise par des convulsions, parfois accompagnées d’une perte de connaissance. Des traitements existent pour contrôler la pathologie.

Conditions de vie

Les conditions de vie idéales du Colley

Comme pour beaucoup de chiens, le Colley s’épanouit plus facilement en milieu rural, dans une grande maison avec un jardin à disposition. Cependant, avoir un terrain n’est pas la garantie d’avoir un chien heureux. Si vous choisissez d’adopter un Colley, assurez-vous d’avoir assez de temps à lui consacrer chaque jour, et ce, même si vous vivez dans une maison. 

Le Colley peut-il vivre en appartement ?

Le Colley est un chien adaptable, qui peut tout à fait habiter en appartement avec son maître. Ne croyez pas que seuls les petits chiens sont adaptés à ce type de logement, bien au contraire. C’est une idée fausse, qui mène parfois à des problèmes. Certaines races de grands chiens ou de chiens géants sont même plus indiquées pour la vie en appartement, car ils sont moins actifs que des chiens de gabarit plus réduits.

Il faut prendre en compte le caractère de l’animal. Le Colley reste un chien énergique qui a besoin de faire de l’exercice au quotidien. Si vous vivez en appartement avec lui, il est essentiel que vous ayez assez de temps à consacrer à votre compagnon à quatre pattes. Apprenez aussi à votre chien à rester seul et à ne pas aboyer. Les aboiements répétés sont considérés comme des nuisances sonores. Pensez aussi à vos voisins.

Si vous craignez que votre Colley soit à l’étroit dans votre appartement, attendez d’avoir déménagé pour adopter ou dirigez-vous vers une autre race. Pourquoi ne pas choisir un Berger des Shetland ? Cet adorable petit chien ressemble beaucoup au Colley, mais en beaucoup plus petit.

Éducation

Tous les chiens ont besoin d’être éduqués, même ceux qui sont naturellement dociles. Le Colley fait partie de ceux-là. Ne passez pas à côté de l’éducation de votre chien au prétexte qu’il n’est pas agressif. L’éducation sert aussi bien à protéger les autres qu’à protéger votre compagnon à quatre pattes.

Quand commencer l’éducation du Colley ?

On conseille toujours de commencer l’éducation d’un chien le plus tôt possible. C’est en effet quand ils sont jeunes que nos fidèles compagnons apprennent le plus facilement. Après tout, ils ont tout à découvrir, et le monde autour d’eux fourmille de nouvelles informations à intégrer.

Attendez cependant quelques jours avant de vous lancer. N’oubliez pas que votre petit chiot vient tout juste d’arriver chez vous. Il sera forcément stressé et apeuré. Laissez-le s’habituer avant de commencer son éducation.

En parallèle, il est également essentiel de bien sociabiliser son chien. Sans cela, votre Colley aura bien du mal à s’entendre avec ses congénères, d’autres personnes ou d’autres animaux. La période charnière se situe entre le deuxième et le troisième mois. Durant ce court laps de temps, faites en sorte de multiplier les expériences positives avec d’autres personnes, d’autres chiens et d’autres animaux. Si vous avez un parc à chien près de chez vous, n’hésitez pas à y faire un petit tour. 

Enfin, faire appel à un éducateur canin est une excellente idée. L’école des chiots est également une bonne façon de sociabiliser votre toutou tout en améliorant son éducation.

Peut-on éduquer un Colley adulte ?

Si l’éducation doit être commencée le plus tôt possible, cela veut-il dire qu’éduquer un chien adulte est impossible ? Pas du tout ! Les chiens peuvent apprendre à tout âge. De plus, le Colley est connu pour son intelligence et sa vivacité d’esprit.

Il est cependant important de ne pas oublier qu’un chien adulte a déjà un certain bagage. Parfois, il a vécu des expériences difficiles ou a pris de mauvaises habitudes. Armez-vous de beaucoup de patience pour désamorcer les problèmes. L’appel à un éducateur canin est une nouvelle fois une solution pour éviter les erreurs.

Les bases de l’éducation du Colley

Comment bien éduquer son Colley ? D’abord, en prenant en considération le caractère de votre toutou. Adaptez votre approche : si votre Colley est du genre un peu timide ou timoré, faites preuve d’encore plus de douceur. N’oubliez pas que de mauvaises expériences risquent de marquer durablement l’animal.

C’est aussi pour cette raison que vous ne devez jamais, sous aucun prétexte, faire usage de la violence à l’égard de votre Colley. Les méthodes à l’ancienne, basées sur la coercition et la contrainte, sont à bannir entièrement. Laissez tomber le terme de dressage et préférez-lui celui d’éducation canine, bien plus positif. L’approche est totalement différente. Il s’agit de motiver l’animal via une récompense, sous forme de compliment, de jeu ou de friandise. Votre Colley finira par vous obéir parce qu’il en a envie, et non pas parce qu’il a peur de vous. 

Pour réussir l’éducation d’un chien, trois vertus indispensables : la cohérence, la constance et la patience.

La cohérence, d’abord. Si vous changez d’ordre tout le temps ou si vous ne respectez pas les autorisations ou interdictions que vous avez mis en place, votre Colley à poil long ne saura plus où donner de la tête et finira tout simplement par ne plus obéir. Il est capital que les règles de la maison soient respectées par chaque membre de la famille. Aucune exception n’est tolérée, y compris avec les enfants. 

Pour réussir l’éducation du Colley, vous devez faire montre de constance. De courtes leçons quotidiennes valent bien mieux qu’une longue et unique séance d’éducation par semaine. Répétez chaque jour et profitez des moments de jeu ou de promenade pour parfaire l’éducation de votre boule de poils.

Enfin, il va sans dire que la patience est de mise ! Un petit chiot est incapable de tout retenir d’un seul coup. Les erreurs ne sont pas des échecs, mais une façon de poursuivre les leçons. Ne vous énervez pas contre votre Colley. Inutile aussi de lever la main sur lui : vous feriez pire que mieux. Acceptez qu’il se trompe et poursuivez vos efforts.

Alimentation : bien nourrir son Colley

Il est très important que votre chien soit correctement nourri pour rester en bonne santé. Mais comment être certain de choisir les bonnes croquettes pour Colley ? Ou les bonnes pâtées ? Il est aujourd’hui possible d’acheter de la nourriture pour chien en grande surface, dans un cabinet vétérinaire, dans une animalerie ou même sur Internet. Voici quelques conseils pour faire le tri et sélectionner plus facilement les croquettes idéales pour votre Colley.

Connaître la composition des produits

La composition d’un aliment permet de savoir immédiatement si ce dernier est adapté ou non. En effet, plus les différents ingrédients utilisés dans la fabrication des croquettes seront de bonne qualité, et plus les croquettes seront elles aussi de qualité. Apprenez à lire les étiquettes de croquettes. Prêtez attention aux additifs, comme les exhausteurs de goût ou les conservateurs. Méfiez-vous aussi des compositions trop longues pour être honnêtes.

Privilégier les protéines animales

En tant que carnivore, votre Colley à poil long a besoin de manger des protéines animales pour être en bonne santé. Ne diabolisez pas non plus les protéines d’origine végétale, mais celles-ci ne doivent jamais composer la majorité de l’apport protéique de votre compagnon à quatre pattes. Veillez également à ce que les protéines soient issues d’une viande d’excellente qualité, dont la provenance est connue et indiquée sur le paquet. Le taux minimum de protéines est de 28%.

Faire attention aux glucides

Les glucides sont un macronutriment essentiel pour le bon fonctionnement de l’organisme. Il ne faut donc pas les supprimer complètement. Ne confondez pas non plus les glucides et le gluten : des croquettes sans gluten ne sont pas des croquettes sans glucides. C’est avant tout l’excès de glucides qui est mauvais pour la santé. Choisissez des croquettes assez pauvres en glucides pour limiter les risques d’obésité et de diabète.

Prendre garde au taux de minéraux

Le taux de cendres, en d’autres termes, les minéraux, doit aussi être surveillé. Un excès de minéraux est mauvais pour la santé. Faites bien attention à ce que ce taux ne dépasse pas 10%.

Prendre en compte les besoins de son Colley

Il est essentiel de bien prendre en compte les besoins nutritionnels de votre chien. Ces derniers vont évoluer au fil du temps. Une alimentation mal adaptée peut donc avoir des conséquences dramatiques sur la santé de votre boule de poils. Ne changez pas la nourriture de votre Colley sans demander conseil à un vétérinaire. Il est important de mettre en place une transition alimentaire pour éviter les problèmes de digestion.

N’hésitez pas à faire appel à un service de fabrication de croquettes sur mesure. C’est le meilleur moyen d’avoir une alimentation parfaitement adaptée à votre Colley !

Connaître les modes alternatifs d’alimentation pour chien

Vous n’avez peut-être pas envie de donner de la nourriture industrielle à votre chien. C’est tout à fait votre droit. Dans ce cas, comment faire ? Pas de panique, vous avez deux solutions.

  • La ration ménagère : le chien est nourri avec de la viande et quelques légumes cuits. Il est important de préparer des portions bien équilibrées (ni trop, ni trop peu). Consultez aussi régulièrement la liste des aliments toxiques pour les chiens afin d’éviter les empoisonnements accidentels.

  • Le régime BARF : le chien est nourri avec de la viande crue, accompagnée de légumes cuits soigneusement sélectionnés. Le régime BARF est très particulier. Il veut se rapprocher au plus près du régime originel des chiens. Mais attention : ne vous lancez pas dans l’aventure avant d’en avoir discuté avec un vétérinaire ou un professionnel de l’alimentation canine.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Entretien et hygiène du Colley

  • Vaccins : 40 à 60 euros

  • Alimentation : 40 à 70 euros

  • Budget mensuel : 50 à 80 euros

Le soin de la fourrure du Colley

La fourrure du Colley à poil long a besoin d’un toilettage régulier. Il faut éviter que votre compagnon à quatre pattes ne finisse plein de nœuds. À l’aide d’une brosse bien adaptée au poil de votre chien, brossez-le deux fois par semaine en période normale. Le Colley mue deux fois par an (voire quatre fois pour la femelle). Il est nécessaire de passer à un brossage quasi quotidien.

À quelle fréquence devez-vous laver votre chien ? À moins que votre Colley ne soit un animal de concours, on conseille en général de le laver une à deux fois par an. Il ne faut pas dépasser la fréquence d’un bain par mois : plus, et vous risqueriez de voir apparaître des problèmes dermatologiques chez votre chien.

Utilisez toujours du shampoing pour chien lorsque vous lavez votre Colley. Rincez-le à l’eau tiède. Vous pouvez le laisser sécher à l’air libre si les conditions s’y prêtent bien, ou utilisez un sèche-cheveux réglé sur basse température.

Soigner les yeux et les oreilles du Colley

Le Colley a les yeux sensibles. Vous devez donc vous montrer très vigilant. Nettoyez-les une fois par semaine à l’aide d’une compresse de gaze (le coton pouvant laisser des microfibres derrière lui) et de sérum physiologique ou de lotion adaptée. Si vous soupçonnez une infection ou un problème, ne perdez pas de temps et consultez rapidement un vétérinaire.

Les petites oreilles du Colley ont aussi besoin de soin. Inspectez-les régulièrement, surtout après une promenade dans la forêt ou à la campagne. Nettoyez le conduit auditif avec une lotion appropriée.

Tailler les griffes du Colley

En règle générale, les griffes d’un chien s’abîment naturellement au fil de ses promenades. Mais il peut aussi arriver que votre toutou ait besoin de se faire tailler les griffes. Munissez-vous d’un coupe-griffe ou d’une lime électrique. Prenez garde à ne jamais couper la partie vivante de la griffe. Il s’agit de la partie rosée chez les chiens qui ont la griffe claire. Pour ceux qui ont les griffes foncées, faites preuve de prudence et ne coupez pas trop court.

L’hygiène bucco-dentaire du Colley

L’hygiène bucco-dentaire est aussi importante chez les chiens qu’elle l’est pour nous ! C’est pour cette raison que vous devez brosser les dents de votre Colley à poil long au moins une fois par semaine, en utilisant du dentifrice pour chien. Habituez-le dès sa jeunesse à bien supporter la brosse à dents. Pensez aussi au soin de ses gencives en lui donnant des objets à mâcher, comme des pieds ou des oreilles de porc séchés.

Le suivi vétérinaire du Colley

Vous rendre régulièrement chez le vétérinaire est le seul moyen de bien protéger votre toutou contre les maladies, en le vaccinant. Profitez-en aussi pour le protéger contre les parasites comme les puces et les tiques, ainsi que contre les vers intestinaux.

Prix du Colley

Combien coûte un chiot Colley ?

Le prix d’un chiot Colley est compris entre 1000 et 1400 euros. Pourquoi un tel prix, plutôt élevé ? L’achat d'un chien de race représente toujours un coût, auquel vous devez en plus rajouter tous les frais annexes, comme les dépenses vétérinaires, les accessoires, les jouets, etc. Quels sont les paramètres qui peuvent jouer sur le prix d’un chiot ? Les voici :

  • Le chien est-il destiné à la compagnie ? Les chiens de concours sont en général plus chers que les autres. Même chose pour les futurs reproducteurs.

  • Quelle est la réputation de l’élevage ? Plus un éleveur est demandé, plus ses prix seront importants. Ne confondez pas prix élevé et qualité.

  • Le chien descend-il de parents champions ou décorés ? L’ascendance de l’animal a en effet tendance à faire grimper son prix.

Où acheter un Colley ?

La première et seule option, si vous souhaitez un Colley pure race inscrit au LOF, est de vous tourner vers un éleveur. Celui-ci doit impérativement être déclaré, avec un numéro d’identification. Ne vous précipitez pas non plus sur le premier élevage venu. Visitez les lieux, posez des questions et vérifiez l’état des animaux. L’éleveur doit pouvoir répondre à toutes vos interrogations.

Tout le monde n’a pas envie de mettre autant d’argent pour adopter un chien. Vous avez donc la possibilité de vous tourner vers les refuges ou les associations. Le Colley étant une race relativement populaire, il n’est hélas pas rare d’en trouver en attente d’adoption. 

Dans tous les cas, nous vous déconseillons fortement de faire appel à des animaleries ou à des particuliers qui vendent leurs chiots sur Internet. En cas de problème, vous n’aurez pas beaucoup de recours.

Sommeil

Le Colley peut-il dormir dehors ?

L’épaisse fourrure du Colley lui confère une très bonne protection contre les intempéries et lui permet de dormir dans votre jardin. Cependant, il est important de prendre vos dispositions pour que votre chien se repose correctement, et surtout sans danger.

  • Choisir la bonne niche

Privilégiez les niches en bois aux niches en plastique ou en PVC. Les niches en bois sont un peu plus chères à l’achat, mais elles sont plus solides, et surtout, elles sont bien mieux isolées. C’est la qualité première que l’on doit retrouver chez une niche : celle-ci doit bien protéger le chien contre le froid, mais aussi contre la chaleur.

  • Placer la niche

Installez la niche dans un endroit suffisamment dégagé de votre terrain. Votre Colley doit en effet pouvoir observer tout son environnement sans être gêné. Il a un instinct protecteur et peut donc monter la garde et vous alerter en cas d’intrusion.

N’attachez jamais votre compagnon à quatre pattes devant sa niche, même avec une laisse longue. Il faut que le chien puisse se déplacer comme bon lui semble, afin de se mettre à l’abri en cas de souci. Parfois, la fuite est la meilleure des réponses.

Enfin, sécurisez bien votre jardin. Le Colley n’est pas d’un tempérament fugueur, mais ne tentez pas le diable.

Bien choisir le panier de son Colley

Rien ne vous empêche, bien sûr, de faire dormir votre Colley à l’intérieur de votre logement, bien au contraire ! Mais là encore, mettez toutes les chances de votre côté en faisant les bon choix.

Le matériau idéal

Le choix du matériau dépend en grande partie du caractère de votre Colley. En effet, si votre chien est destructeur, il est préférable de choisir un panier en plastique, plus à même de résister à l’assaut de ses crocs. Les paniers en plastique ont également l’avantage d’être faciles à nettoyer. Seul défaut : ils ne sont pas particulièrement confortables. Installez un petit coussin ou une couverture à l’intérieur.

Vous pouvez également acheter des paniers en tissu ou en cuir, qui sont plus fragiles, mais plus confortables. Autre petit défaut : ils sont plus exposés aux infestations de parasites. Prenez garde !

Nous vous déconseillons d’acheter des paniers en osier, pour la simple et bonne raison qu’une fois détruits, ces paniers présentent un risque majeur d’étouffement ou d’occlusion intestinale.

Où mettre le panier ?

Installez le panier de votre Colley dans un endroit calme et peu passant. Aucun chien n’aime être dérangé toutes les cinq minutes alors qu’il tente de se reposer. C’est également pour cette raison que vous devez apprendre à vos enfants, si vous en avez, à ne jamais déranger un toutou qui se repose.

En général, un coin du salon fait parfaitement l’affaire ! Le panier doit être dans un endroit bien chauffé en hiver, et assez frais en été. Évitez de le placer en hauteur pour ne pas favoriser la dysplasie de la hanche.

Jeux et activités pour Colley

En bon chien de berger, le Colley est un animal dynamique et énergique. Il n’est pas fait pour l’inaction, et il a besoin de se dégourdir les pattes chaque jour, même s’il n’est pas aussi hyperactif que d’autres races de chien. Promenez-le pendant une longue heure, au moins, pour lui permettre de renifler de nouvelles odeurs.

Côté activités, n’hésitez pas à emmener votre chien courir avec vous : le canicross est excellent pour la santé de votre Colley, d’autant que celui-ci est endurant. Il peut sans problème vous suivre lors de vos courses à pied. C’est aussi un chien particulièrement performant lors des compétitions d’agility, d'obérythmée ou de treibball. Renseignez-vous sur la présence d’un club près de chez vous !

Enfin, n’oubliez pas d'acheter des jouets pour chien. Vous ne pouvez pas être constamment avec ce dernier. Il a donc besoin de pouvoir se divertir en votre absence. Choisissez des jouets solides et adaptés à la taille de la mâchoire du Colley. Si vous avez un chat ou un autre chien, votre Colley pourra aussi s’amuser avec eux.

Assurance : bien protéger son Colley

L’assurance pour Colley

Devez-vous faire assurer votre Colley avec une assurance particulière ? La réponse est non. Votre chien n’est pas un chien de chasse utilisé à la chasse ni un chien de catégorie. Sa détention n’est soumise à aucune condition. Vous n’avez donc aucunement besoin de faire des démarches supplémentaires.

En fait, il est même très probable que votre Colley soit déjà assuré, via votre assurance de responsabilité civile. Cette assurance prend en charge tous les membres dépendants de votre foyer, y compris vos animaux domestiques.

Elle vous permet d’être remboursé si jamais votre chien venait à commettre des dégâts sur autrui ou sur les biens d’autrui. Bien entendu, le remboursement dépend également des circonstances de l’incident. Il n’est pas rare que certaines compagnies d’assurance ne remboursent pas si elles estiment que le maître est à l’origine de l’accident.

C’est pour cette raison que vous devez vous montrer prudent et lire avec attention chaque ligne de votre contrat afin de ne pas vous laisser surprendre. Penchez-vous sur les clauses d’exclusion, ainsi que sur les plafonds de remboursement et les délais de carence.

La mutuelle pour Colley

La mutuelle pour Colley n’est pas non plus obligatoire. Il est cependant toujours intéressant de se questionner sur l’utilité d’un tel outil. La mutuelle pour chien vous permet en effet d’être remboursé de certains frais vétérinaires.

En France, les traitements ou les opérations vétérinaires sont parfois très chers, et un certain nombre de propriétaires n’ont d’autres choix que de renoncer à faire soigner leur chien. Avec la mutuelle, vous évitez de vous retrouver dans une telle situation.

Bien sûr, là encore, vous devez prendre le temps de lire les différents contrats afin de choisir le plus adapté. Faites attention aux clauses d’exclusion. Certaines mutuelles refusent de rembourser les frais induits par des maladies génétiques et héréditaires. Enfin, la plupart des organismes ne prennent pas en charge les chiens âgés ou déjà malades. N’attendez pas trop longtemps avant de vous décider.

Découvrez l'alimentation enfin sur-mesure pour votre chien

Voir d'autres chiens de taille moyenne :