CHIHUAHUA : SA SANTÉ

Même si le Chihuahua est un chien bien plus résistant que sa petite taille ne pourrait le faire croire, il n’en reste pas moins fragile. La santé du Chihuahua dépend de soins réguliers, d’une alimentation adaptée et d’un cadre de vie qui lui permet de dépenser son énergie.

Santé du Chihuahua : points forts

En dépit de sa petite taille, le Chihuahua jouit d’une constitution robuste. Il peut espérer vivre jusqu’à 15 ans. Certains chiens peuvent même aller jusqu’à 20 ans ! Il ne requiert que peu d’entretien puisqu’il prend lui-même grand soin à rester propre.

La santé du Chihuahua passe par sa gamelle : l’alimentation du Chihuahua doit être riche et équilibrée afin de lui apporter des apports caloriques suffisants. La taille des croquettes doit aussi prendre en compte la petite taille de ses mâchoires et favoriser une bonne hygiène dentaire du chien. Des soins réguliers et une protection contre les températures froides permettent aussi de garder ce petit chien en bonne santé.

Santé du Chihuahua : points faibles

L’étroitesse de ses mâchoires provoque une vraie sensibilité dentaire. La fragilité de ses dents est, en fait, son talon d’Achille. Un brossage quotidien permet de prévenir une bonne partie des problèmes dentaires mais il est parfois nécessaire de recourir à une alimentation médicalisée ou à des friandises pour chien à mâcher pour limiter la formation de tartre. La santé du Chihuahua n’est hélas pas infaillible.

Parmi les maladies fréquentes du Chihuahua, on retrouve l’hypoglycémie. Les crises sont plus fréquentes chez les chiens plus jeunes ou plus petits. Une alimentation adaptée et des repas fréquents permettent de prévenir les crises. Il est conseillé aux maîtres d’avoir toujours un peu de miel à portée de main, surtout lors des promenades.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Les maladies du Chihuahua ?

👉 Luxation de la rotule

Ce trouble articulaire est aussi appelé « luxation patellaire ». C’est un trouble génétique assez courant chez les chiens de petite taille qui se caractérise par un mauvais développement des crêtes formant la rainure rotulienne provoquant une luxation ou un glissement de la rotule.

Le glissement de la rotule peut être douloureux. Le Chihuahua affecté tient sa patte fléchie et son pied au-dessus du sol jusqu'à ce que le muscle quadriceps se détende et s'allonge, après quoi l'animal ne ressent aucune gêne et continue son activité. Selon la sévérité de la luxation et l’impact sur la qualité de vie, une opération chirurgicale peut être envisagée.

👉 Collapsus de la trachée

Autre trouble de la santé du Chihuahua, le collapsus de la trachée se caractérise par une développement incomplet ou par un affaiblissement des anneaux cartilagineux de la trachée entraînant un aplatissement de la trachée. Elle peut être congénitale ou acquise, extrathoracique ou intrathoracique (à l'intérieur ou à l'extérieur de la cavité thoracique).

Les symptômes incluent de la toux, une incapacité à faire de l'exercice, une détresse respiratoire et une sorte d’étouffement lors des repas. Ce trouble serait causé par une carence dans le cartilage de l’anneau trachéal en glycosaminoglycanes, glycoprotéines, calcium et chondroïtine. Lorsqu’il est acquis, cela est souvent le fait du syndrome de Cushing, de maladies cardiaques, de maladies respiratoires chroniques ou d’infections.

👉 Molera

C’est un des principaux problèmes de la santé du Chihuahua. Aussi appelé « fontanelle », ce trouble anatomique affecterait entre 80 % et 90 % des chiens de cette race, avec une fréquence élevée chez les chiens dont le crâne est en forme de pomme. Cette anomalie se caractérise par un « trou » dans la tête d'un Chihuahua. C’est, en fait, la même chose qu'une fontanelle chez les bébés humains.

La plupart des chiots naissent avec un « trou » dans la tête. Les différents os se joignent entre eux après la naissance grâce à des sutures cartilagineuses. Un Chihuahua avec un crâne en forme de dôme et une molera ne serait pas plus susceptible qu’un autre de développer une hydrocéphalie, selon une étude datant de 1989.