🏠 > Institute 👉 Coryza chat

LE CORYZA DU CHAT : SYMPTÔMES ET TRAITEMENTS

La rhinotrachéite virale féline, plus connue sous le nom de coryza, est une maladie fréquente chez les chats.  Elle pourrait s’apparenter à une grippe chez l’homme, mais ses conséquences peuvent être dramatiques. Très contagieuse, elle peut rapidement se répandre parmi la population féline, notamment chez les chats habitués à vadrouiller en extérieur s’ils ne sont pas vaccinés. Non soigné, le coryza peut s’avérer mortel dans sa forme la plus agressive.

coryza-chat

Qu’est ce que le coryza du chat ?

Le coryza n’est pas un virus unique, mais résulte, la plupart du temps, d’une combinaison de souches virales ou de bactéries, qui entraînent différents symptômes.


Le premier, le calivirus, provoque fièvre, écoulements oculaires et nasaux, abattements, ulcères buccaux. Il est en général associé à une perte d’appétit. Les ulcères buccaux sont en effet très douloureux pour votre chat. Le calicivirus est responsable de la calicivirose, qui existe aussi sous une forme particulièrement virulente, entraînant des œdèmes, une fièvre très importante, ou encore des ulcères.


Le deuxième, appelé Herpès Virus Félin (FeHV1), s’attaque aux voies respiratoires et nasales. Il entraîne lui aussi une très grosse fatigue et peut dégénérer vers des complications importantes.


Enfin, le troisième, de la famille des réovirus, est à l’origine de symptômes beaucoup plus légers, comme des larmoiements.


Pris en charge à temps, le coryza, même s’il peut devenir chronique, se soigne bien. Il est en revanche dangereux pour les chatons et les animaux immunodéprimés – notamment les chats atteints par le « sida du chat ».


Le coryza se transmet par un simple éternuement ; il est donc primordial d’isoler tout individu porteur de la maladie. Sachez que la maladie peut rester dormante chez un chat, même guéri, et réapparaître si l’animal subit un stress important. Si le coryza n’est pas une affection zoonose – la transmission du félin vers l’homme est impossible –, la contamination vers le chat est possible via des habits ou des chaussures souillés. Il est donc capital de faire également vacciner les chats d’intérieur pour éviter tout risque.


TESTEZ NOUS !

2 Semaines de croquettes =1€ TTC*

Livré chez vous. Sans engagement

*14 jours de croquettes personnalisées aux besoins actuels de votre chat ✔️ Livré chez vous en 48h ✔️ Sans engagement. Frais de port inclus.

Quels sont les symptômes du coryza du chat ?

Le coryza se manifeste par différents symptômes, facilement reconnaissables. L’animal malade présente de la fièvre, un état général d’abattement, une perte d’appétit. Ces signes sont accompagnés d’écoulements nasaux, buccaux et lacrymaux. Le chat tousse, et dans certains cas, a mauvaise haleine. Par ailleurs, le coryza est souvent à l’origine d’une infection comme la conjonctivite.


On note également la présence possible d’ulcères au niveau de la bouche. Certains félins cessent de boire et s’exposent à la déshydratation. Dans les cas les plus extrêmes, l’atteinte des voies respiratoires entraîne des pneumonies ou des nécroses des os du nez. Non soigné, le coryza finira par provoquer la mort de l’animal. L’âge n’a pas d’influence particulière, et tous les chats peuvent être touchés, mais les chatons sont bien sûr plus vulnérables, en raison de leur système immunitaire moins performant.


La période d’incubation du coryza est de deux à quatre jours. Une fois la maladie déclarée, le chat est exposé à des poussées tout au long de sa vie, malgré un traitement adapté. On parle de coryza chronique, qui nécessitera un traitement à chaque nouvelle apparition.

coryza-chat

Quels traitements pour le coryza ?

Une fois dans l’organisme, le virus du coryza ne disparaîtra jamais complètement. Le traitement vise donc à le rendre dormant dans la mesure du possible, afin que le chat puisse mener une vie tout à fait normale.


Le vétérinaire peut faire appel à un ensemble de médicaments en fonction des symptômes à traiter. Les antibiotiques seront utilisés pour lutter contre les surinfections bactériennes, tandis que les anti-inflammatoires permettront de gérer la douleur et la fièvre. Le soin des yeux passera par des collyres ou des pommades.


Pour les chats les plus touchés, ou dans le cas d’un coryza chronique et récidivant, le spécialiste utilisera des antiviraux. L’hospitalisation peut être indispensable dans les cas les plus graves, notamment pour assurer une bonne hydratation du félin. Une fois la maladie sous contrôle, il sera nécessaire de garder l’animal sous surveillance afin de repérer d’éventuelles nouvelles poussées.

Le vaccin contre le coryza, un indispensable

Le vaccin contre le coryza est le seul moyen efficace pour lutter contre la contamination. Il s’effectue chez le chaton à partir de huit semaines, y compris chez les chats d’intérieur. Il est indispensable pour les chats habitués à évoluer en extérieur.


Le vaccin est efficace contre la plupart des virus impliqués dans le coryza, notamment le calicivirus. Compte tenu de la contagion du coryza et de son traitement difficile, le vaccin fait partie des vaccins les plus recommandés par les vétérinaires.


N’attendez pas que votre chat soit malade – d’autant que le traitement peut s’avérer onéreux – et prenez les devants pour le protéger. Si vous soupçonnez un coryza chez votre animal, prenez immédiatement rendez-vous chez votre vétérinaire.


La vaccination assurera à votre matou une bonne santé – et cela vaut d’ailleurs pour toutes les maladies pour lesquelles il existe des vaccins connus. Soyez bien à jour dans les rappels. Votre chat doit être impérativement vacciné, même s’il vit en appartement, car vous pourriez ramener des agents pathogènes chez vous sans le vouloir.

Le coryza est-il contagieux pour l’homme et le chien ?

Le coryza est une maladie particulièrement contagieuse entre les chats, mais qu’en est-il de l’homme et du chien ? De ce côté-là, vous n’avez aucune inquiétude à avoir, puisque le virus ne s’attaque ni à l’un ni à l’autre.


Sachez cependant qu’il existe bel et bien une grippe canine, qui n’est pas à prendre à la légère, puisqu’elle peut dégénérer en pneumonie mortelle. Pas d’inquiétude pour autant : aucun cas de grippe canine n’a été relevé en France. Elle a été détectée aux États-Unis et en Corée du Sud.

Les autres maladies respiratoires chez le chat

Le coryza n’est bien entendu pas la seule maladie respiratoire touchant les chats. Voici quelques autres pathologies à connaître :

Asthme

Les chats aussi peuvent faire de l’asthme. D’origine allergique, l’asthme félin entraîne une bronchite, avec une inflammation des voies respiratoires et une hypersécrétion de mucus. Attention : il semble que les chats de race Siamois soient plus touchés par l’asthme. Si votre matou a du mal à respirer, que sa respiration est sifflante et rapide, consultez rapidement un vétérinaire.

Rhinite

Les rhinites sont très fréquentes. Elles provoquent des éternuements, ainsi que des écoulements au niveau des yeux et des narines. Elles sont en général bénignes et ne demandent pas toujours un examen vétérinaire, sauf si l’animal cesse soudain de s’alimenter ou si les yeux ou les écoulements deviennent rouges.

Pneumonie

Les pneumonies constituent des cas d’urgence vétérinaire. Si votre chat a du mal à respirer, que sa langue devient bleue, qu’il respire vite et fort avec des mouvements irréguliers de l’abdomen, consultez sans attendre.

Les vers pulmonaires

Certains parasites sont parfois à l’origine de difficultés respiratoires chez le chat. C’est souvent le cas chez les matous qui ont accès à l’extérieur, lorsqu’ils mangent des escargots. Ces vers entraînent une inflammation des voies respiratoires, ainsi qu’une toux chronique. Malheureusement, le trouble respiratoire peut persister après l’élimination des vers. La prévention passe par l’administration d’un vermifuge.

L'ingestion d’un corps étranger

Si votre chat a un corps étranger coincé dans la gorge, il peut souffrir d’une irritation des voies respiratoires, provoquant une toux. Attention : ce corps étranger peut migrer dans la cavité nasale et provoquer d’importants dégâts. Voilà pourquoi vous devez emmener votre boule de poils le plus rapidement possible chez le vétérinaire si vous soupçonnez la présence d’un corps étranger.

Les polypes

Les polypes sont des tumeurs bénignes qui se développent dans la muqueuse surtout chez les chatons et les jeunes chats. Les symptômes sont des écoulements au niveau du museau et des ronflements. Heureusement, il est très simple de traiter les polypes : votre vétérinaire les éliminera sous anesthésie. 

Les problèmes de dents

Aussi étonnant que cela puisse paraître, les problèmes dentaires sont parfois à l’origine de soucis respiratoires. Ils provoquent de la toux, des éternuements et parfois des sensations d’étouffement. Seul votre vétérinaire sera en mesure de déterminer avec exactitude les problèmes qui touchent votre matou.

PUBLIÉ LE 9 JANVIER 2020 (Mis à jour le 15 novembre 2021) - HECTOR KITCHEN, TOUS DROITS RESERVES

Par l'équipe médicale et scientifique Hector Kitchen 

SVP, donnez nous 1 clic pour évaluer la qualité de cet article. Merci beaucoup 🙏

"TESTÉ ET RECOMMANDÉ PAR NOS CLIENTS !"