QUELLE EST L'ESPÉRANCE DE VIE DU BRAQUE DE WEIMAR ?

Il est tout à fait normal de vouloir savoir combien de temps l’on peut espérer garder son chien à ses côtés. Découvrez quelle est l’espérance de vie du Braque de Weimar, ainsi que les maladies auxquelles la race est confrontée.

L’espérance du Braque de Weimar en chiffres

L’espérance de vie moyenne du Braque de Weimar se situe entre 11 et 14 ans. Elle s’aligne sur l’espérance de vie des autres chiens de cette taille. Bien sûr, cette espérance de vie ne reste qu’une indication, et il est possible que votre Braque défie les statistiques, comme il est aussi possible, hélas, qu’il soit victime d’une maladie ou d’un accident et qu’il vous quitte plus tôt que prévu.

Comment prolonger l’espérance de vie du Braque de Weimar ?

Même si vous n’êtes pas à l’abri d’imprévus, il est possible, en suivant quelques précautions, de prolonger l’espérance de vie de votre Braque de Weimar et de préserver sa santé.

Soignez l’alimentation de votre Braque de Weimar

L’alimentation d’un chien a un rôle prépondérant dans sa santé. Une nourriture de mauvaise qualité aura des effets néfastes sur votre animal. Il faut donc prendre un peu de temps pour bien choisir l’alimentation de votre Braque de Weimar. Privilégiez les aliments riches en protéines animales de qualité. Lisez bien les étiquettes des croquettes ou des pâtées pour vérifier les compositions. Gardez aussi en tête que la nourriture de votre Braque de Weimar va évoluer avec le temps. Demandez conseil à votre vétérinaire pour que l’alimentation de votre toutou reste bien adaptée à ses besoins.

Éduquer votre Braque de Weimar

Aussi étonnant que cela puisse paraître, bien éduquer son Braque de Weimar permet de préserver sa santé et sa vie. En effet, un toutou bien éduqué est un toutou plus à même d’obéir à son maître. Dresser votre chien vous permet notamment de le rappeler en cas de problème. Le Braque de Weimar est un chien de chasse. Il a donc parfois tendance à se laisser guider par son odorat.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Assurez un suivi vétérinaire régulier

Il va sans dire que vous devez vous rendre au moins une fois par an chez votre vétérinaire pour faire examiner votre chien et faire les rappels de vaccins. Administrez les vermifuges lorsque cela est nécessaire. Si vous utilisez votre Braque pour la chasse, alors il devra être vermifugé plus souvent que s’il s’agit d’un simple chien de compagnie. Traitez également votre chien contre les puces et les tiques, parfois vecteurs de maladies.

Faites attention aux besoins de votre Braque de Weimar

Il est important de bien répondre aux besoins de votre chien. Cela passe par un entretien régulier de sa fourrure, de ses yeux, de ses dents ou de ses oreilles. Mais vous devez aussi veiller à ce que votre compagnon à quatre pattes se dépense correctement. Il faudra consacrer assez de temps pour le faire courir et se dépenser, car le caractère du Braque de Weimar en fait un chien particulièrement vif et dynamique. Jouez avec lui et faites des activités canines à ses côtés.

Les maladies fréquentes chez le Braque de Weimar

Même si la santé du Braque est solide, il n’est pas complètement épargné par les maladies.

  • La dysplasie de la hanche du coude : cette pathologie articulaire est commune à un bon nombre de chiens, grands comme petits. Elle se caractérise par un problème d’emboîtement de l’os du fémur dans la cavité adéquat. La gravité de la maladie est variable. Dans les cas les plus graves, elle mène à la quasi immobilité du chien. La dysplasie de la hanche et du coude est souvent héréditaire, mais elle peut aussi être la conséquence d’une croissance mal gérée. C’est pour cette raison qu’il faut éviter les jeux trop brusques et les escaliers lors de la jeunesse de l’animal : si vous vivez en appartement avec votre Braque de Weimar, votre immeuble devra être équipé d’un ascenseur.

  • La maladie de von Willebrand : il s’agit d’une maladie de la coagulation sanguine. Elle se caractérise par un déficit d’un facteur de la coagulation, le facteur von Willebrand. La maladie peut être de trois types. Le type I est le moins grave. En cas de type II, le chien répond souvent mal au traitement, mais cette forme n’a été décrite que chez le Pointer. Le type III est le plus sérieux, mais aussi le plus rare. Le traitement médical est inefficace. Heureusement, le Braque de Weimar n’est pas concerné. On observe souvent des saignements abondants, même après des blessures plutôt superficielles. Le traitement consiste à administrer de la desmopressine.

  • La dilatation-torsion de l’estomac : cette pathologie touche les grands chiens. Elle est potentiellement mortelle si elle n’est pas traitée à temps. Elle se caractérise par un retournement de l’estomac sur lui-même, provoquant une obstruction des voies d’entrée et de sortie. L’estomac gonfle, et le chien halète, bave, tente de vomir. La pression est telle qu’elle peut faire éclater la rate et provoquer une hémorragie interne. Il s’agit d’une urgence vétérinaire.

  • L’atrophie progressive de la rétine : elle provoque la dégénérescence progressive de la rétine et à terme, une cécité complète du chien. Il n’existe malheureusement pas de traitement, mais l’animal ne souffre pas.

  • L’entropion : trouble oculaire qui se caractérise par l’enroulement de la paupière vers l’intérieur. Une opération chirurgicale est souvent nécessaire pour corriger le problème.