BOXER : SA SANTÉ

Derrière son apparence de force et de puissance, la santé du Boxer est fragile. Des soins réguliers, une vigilance des maîtres et une alimentation adaptée sont essentiels pour lui permettre de rester en bonne santé.

Santé du Boxer : points forts

Le Boxer est un chien sportif et athlétique à la musculature puissante. Il est endurant et plein d’énergie. Son entretien est facile et s’il est en bonne santé, il n’aura besoin que d’une à deux visites par an chez le vétérinaire.

Le mode de vie, mais aussi l’alimentation du Boxer, jouent un rôle important sur sa santé. Plus il bénéficie d’activités physiques adaptées et d’une alimentation de qualité, et moins il souffrira de troubles articulaires, respiratoires, digestifs et cardiaques. Pour ce chien, le proverbe a tout à fait raison : la santé du Boxer passe par l’assiette (ou la gamelle).

Santé du Boxer : points faibles

En dépit de son apparence puissante, la santé du Boxer doit être surveillée de près. Certaines maladies sont fréquentes chez le Boxer, notamment un certain nombre de pathologies liées à sa morphologie (le fameux « nez aplati » ou les troubles articulaires) mais aussi à l’hérédité, comme les cardiopathies et une forme de dégénérescence nerveuse. Il est aussi sensible aux maladies de peau du chien.

En bref, les maîtres doivent se montrer particulièrement vigilants et profiter du toilettage pour examiner leur chien et ne pas hésiter à l’emmener chez le vétérinaire au moindre doute, comme une perte de poids significative ou des difficultés à respirer.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Les maladies du Boxer ?

👉 Dysplasie de la hanche

C’est un des problèmes qui touchent la santé du Boxer. Il s’agit d’un problème articulaire que l’on retrouve fréquemment chez les chiens de moyenne et grande taille. Il se caractérise par une malformation de la hanche qui entraîne, à la longue, de l’arthrose du chien. Ce trouble apparaît durant la phase de croissance. Outre un facteur héréditaire, une mauvaise alimentation serait aussi en cause : une prise de poids trop rapide ou des apports nutritionnels inadaptés (gare aux excès en minéraux et en protéines !) contribuent fortement à son apparition.

La dysplasie de la hanche peut être très douloureuse et impacter fortement sa qualité de vie. Plus le trouble est sévère, et plus le chien aura des difficultés à se déplacer. Selon l’âge, le poids et le mode de vie du chien, plusieurs traitements peuvent être envisagés allant du suivi médical au remplacement complet de la hanche.

👉 Cardiomyopathie

Il s’agit d’une maladie dégénérative du myocarde (le tissu musculaire du coeur) qui provoque des troubles du rythme cardiaque. Même si elle est présente chez d’autres races, le Boxer reste le plus touché en raison d’une transmission héréditaire. Cette maladie évolue lentement : il y a d’abord une phase asymptomatique plus ou moins longue avant qu'apparaissent les premiers signes, à savoir une faiblesse importante, des syncopes ou une incapacité à faire des efforts physiques.

Lorsque la maladie est installée, elle se manifeste par de la toux et par une insuffisance cardiaque. En l’absence d’une prise en charge vétérinaire, elle peut entraîner la mort. Le traitement dépend du stade d’évolution de la maladie. Il peut chercher à réguler le rythme cardiaque au moyen d’anti-arythmiques ou se concentrer sur le traitement de l’insuffisance cardiaque. Certains compléments alimentaires, comme les huiles de poisson, peuvent également être prescrits.

👉 Cancer

Le cancer est le principal problème de la santé du Boxer. C’est même la première cause de mortalité chez lui. Une étude réalisée par l’université de Géorgie aux Etats-Unis durant 20 ans a montré que le cancer a été la cause de mortalité de presque 45 % des Boxers. Les causes peuvent être génétiques ou environnementales.

Les tumeurs cérébrales et les mastocytes sont plus courantes. Il est recommandé aux maîtres de se montrer vigilants et d’apprendre à reconnaître les premiers signes de la maladie comme l’apparition de bosses ou de masses sur la peau, une perte de poids rapide, une baisse d’énergie, un changement dans les selles ou l’apparition de symptômes rappelant ceux de la grippe.