QUELLE EST L’ESPÉRANCE DE VIE DU MALINOIS ?

Le Berger belge malinois est un chien plutôt solide, qui jouit d’ailleurs d’une bonne espérance de vie par rapport à d’autres chiens de la même taille. Malheureusement, il n’est pas non plus à l’abri de certaines pathologies.

L’espérance de vie du Malinois

L’espérance de vie du Malinois se situe entre 10 et 14 ans. Votre toutou peut donc rester assez longtemps à vos côtés, surtout s’il est dans la moyenne haute. Il vit plus longtemps que d’autres races de grands chiens, voire de races géantes dont l’espérance de vie est relativement courte – parfois moins de 10 ans pour certains, comme le Bouvier bernois. Le Berger malinois vit presque aussi longtemps que des races de petits chiens, réputées pour leur longévité. Gardez cependant à l’esprit que ces chiffres sont avant tout indicatifs. Votre compagnon à quatre pattes pourra vivre plus longtemps, mais il peut aussi hélas être victime d’un accident ou d’une maladie.

Comment prolonger l’espérance de vie du Malinois ?

Au-delà des imprévus et des hasards de la vie, il est possible de prendre quelques précautions pour prolonger l’espérance de vie du Malinois et entretenir sa santé.

L’importance d’une alimentation de qualité

Il ne faut pas négliger l’impact de l’alimentation sur la santé d’un chien. Le contenu de la gamelle doit donc être sérieusement réfléchi pour être certain de donner à votre Berger belge malinois une nourriture répondant à l’ensemble de ses besoins. Commencez par bannir, si possible, l’alimentation vendue en grande surface et en supermarché. Peu qualitative, fabriquée à partir de protéines d’origine végétale à la provenance douteuse, elle n’est en réalité pas adaptée à nos boules de poils. De bonnes croquettes ou une bonne pâtée ne vous coûteront pas forcément plus cher. Prenez le temps de bien lire les étiquettes pour vérifier les compositions. Privilégiez les croquettes contenant au moins 25 à 28 % de protéines et sans édulcorants ou conservateurs. N’hésitez pas à utiliser des compléments alimentaires pour répondre à des besoins bien spécifiques, mais demandez toujours conseil à votre vétérinaire avant d’en donner à votre Malinois.

Les soins préventifs

Le suivi vétérinaire est bien sûr aussi à prendre en compte pour assurer une longue vie en bonne santé à votre chien. Prenez chaque année rendez-vous pour les rappels de vaccins. N’hésitez pas à demander un petit bilan de santé pour votre chien lorsqu’il commencera à entrer dans la catégorie des chiens seniors. De votre côté, veillez à bien administrer tous les soins préventifs nécessaires : vaccins, antiparasitaires contre les tiques et les puces, vermifuges.

Prendre en compte l’éducation

L’éducation du Malinois a une incidence indirecte sur son espérance de vie. En effet, un chien correctement dressé sera plus à même d’éviter les accidents et donc de se mettre en danger. Si votre compagnon à quatre pattes vous obéit correctement, vous n’aurez aucune difficulté à le garder à vos côtés. Le Berger malinois n’est de plus pas un chien de chasse. Il est donc moins susceptible de se lancer sur la piste de gibier. Les deux ordres que vous devez lui apprendre en priorité sont le rappel et la marche en laisse.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

Quelles sont les maladies fréquentes chez le Berger belge malinois ?

Même si elle est solide, la race de chien Berger belge malinois n’est pas épargnée par certains problèmes, parfois très sérieux.

Les maladies oculaires

  • L’atrophie progressive de la rétine : cette pathologie se caractérise par une dégénérescence progressive de la rétine, qui conduit, à terme, à la cécité totale de l’animal. Il n’existe aucun traitement.

  • La cataracte : le cristallin s’éclaircit peu à peu, entraînant une perte de vision qui peut être définitive. Il est cependant possible d’opérer pour tenter de rétablir la vue du chien.

Les maladies articulaires et osseuses

  • La dysplasie de la hanche : cette pathologie articulaire courante chez les grands chiens provoque un mauvais emboîtement de la tête du fémur dans la cavité de la hanche. Il existe différents stades, du plus léger (simple boiterie) au plus grave (quasi-immobilité). Le traitement est chirurgical. La dysplasie de la hanche étant souvent héréditaire, vérifiez que l’éleveur a évité le croisement entre deux individus touchés par la maladie.

  • La dysplasie du coude : similaire à la dysplasie de la hanche, la dysplasie du coude touche les membres antérieurs du chien. Elle provoque les mêmes problèmes et les mêmes risques. Le traitement est lui aussi identique.

  • La panostéite éosinophilique : il s’agit d’une atteinte de la moelle osseuse au niveau des os longs. Le chien se met alors à boiter. Il peut également avoir de la fièvre. Les mâles semblent plus touchés que les femelles. La maladie finit par guérir d’elle-même quelques mois après son apparition. En attendant, il est possible d’atténuer les symptômes grâce à des médicaments.

Les maladies dermatologiques

  • Le vitiligo : cette pathologie se caractérise par une dépigmentation de la face et dans certains cas des coussinets. Il n’existe pas de traitement, mais le vitiligo n’est pas dangereux pour votre Berger belge malinois.

  • Le lupus érythémateux systémique : heureusement peu fréquent, le lupus érythémateux systémique est un trouble du système immunitaire touchant la peau et les organes internes. On voit alors apparaître une séborrhée, de l’alopécie ou encore des problèmes articulaires. Le traitement se base sur des médicaments, mais aussi sur des shampoings, des antifongiques et des antibiotiques.

Les maladies neurologiques

  •  L’ataxie cérébelleuse : elle est provoquée par la dégénérescence spongieuse, responsable de la destruction progressive des neurones au niveau du cervelet et de la moelle épinière. Malheureusement, la mort survient assez rapidement.

  • L’épilepsie essentielle : les causes sont inconnues. L’épilepsie provoque des convulsions et/ou une perte de connaissance qui peut durer quelques secondes ou quelques minutes. Il existe un traitement pour limiter la  gravité des crises.