MON BERGER ALLEMAND ADULTE A DES GAZ, QUE FAIRE ?

Que votre toutou ait des flatulences n’a rien d’exceptionnel ! C’est même tout à fait naturel. En revanche, lorsque ce problème devient récurrent ou chronique, il est important de tenter de le résoudre, car cette présence de gaz peut cacher un autre souci. L’alimentation du Berger allemand joue ici un rôle capital, car c’est souvent elle qui provoque ou non l’apparition de flatulences.

Pourquoi mon Berger allemand adulte a-t-il des gaz ?

Plusieurs phénomènes sont en général à l’origine de l’apparition de gaz : l’ingestion d’air et la fermentation bactérienne à l’intérieur de l’estomac, pour commencer. Mais une alimentation de mauvaise qualité peut aussi favoriser l’apparition de flatulences. Si votre chien met beaucoup de temps à digérer, c’est peut-être le signe que sa nourriture n’est pas adaptée. La présence de vers dans l’appareil digestif de votre boule de poils aura aussi une incidence sur ses gaz. C’est pourquoi vous ne devez pas négliger la vermifugation. Votre toutou peut aussi souffrir de problèmes digestifs chroniques ou d’une allergie alimentaire. Enfin, certains médicaments provoquent des flatulences en altérant le microbiote, comme les antibiotiques, par exemple.

TESTEZ NOUS !

30 jours de croquettes à

- 50%

Livré chez vous. Sans engagement

La marche à suivre si votre Berger allemand adulte a des gaz

Une fois la source du problème identifiée, vous pouvez agir. Si votre chien ingère de l’air en mangeant trop vite, tentez de limiter la quantité de croquettes avalées en utilisant une gamelle anti-glouton par exemple, ou en humidifiant les croquettes. Si c’est l’alimentation qui est en cause, vérifiez qu’elle est de qualité – surtout, n’achetez pas de croquettes en supermarché ! N’oubliez pas de bien administrer ses vermifuges à votre toutou chaque année pour limiter les risques de parasites intestinaux. Enfin, si vous soupçonnez une allergie alimentaire, consultez votre vétérinaire. Si vous procédez à un changement d’alimentation, veillez à respecter une période de transition alimentaire d’une à trois semaines. Tout changer d’un coup risquerait de faire pire que mieux.